Feu vert du gouvernement pour l’achat de six nouveaux chasseurs de mines

Schéma de l’ensemble des systèmes constituant la future capacité de lutte contre les mines de la Composante Marine (crédit Kurt De Clerq/BE Defence)

Le gouvernement Charles Michel a approuvé vendredi en Conseil des Ministres son accord sur le lancement d’une procédure de marché public pour le remplacement et le support initial de la capacité de lutte contre les mines de la Composante Marine en coopération avec les Pays-Bas en charge du remplacement des frégates.

Ces nouveaux navires remplaceront le navire de soutien logistique et de commandement Godetia et les chasseurs de mines actuels, qui seront en fin de vie en 2025.  Ils  effectueront leur mission au moyen de déploiement de drones télécommandés à partir de véhicules de surface  et sous-marin sans pilote le tout avec l’appui de sonars, de systèmes de dragage de mines et d’engins pour détruire les mines. Comme le décrit la vision stratégique, le navire de commandement Godetia ne sera pas remplacé intrinsèquement. Chaque nouveau chasseur de mine aura une capacité d’état-major suffisante à bord grâce aux modules de commandement et de contrôle avec la capacité de soutien logistique plus importante. La mise en service du premier navire belge est prévue pour 2023.

« Avec le début de ce contrat public, nous franchissons une nouvelle étape dans la mise en œuvre de la vision stratégique. La nouvelle flotte des six chasseurs de mines sera leader en Europe et dans le reste du monde et confirmera notre rôle de pionnier dans la lutte contre les mines maritimes. Avec ces navires, nous aurons une capacité suffisante pour le contrôle de nos eaux, tout comme pour un déploiement à long terme dans des opérations à l’étranger », a déclaré le ministre Steven Vandeput dans un communiqué.

Au sein du processus de planning de la défense de l’OTAN, la Belgique se focalise, dans son développement capacitaire, sur trois capacités dont la lutte maritime contre les mines, comme le précise le communiqué du gouvernement. Dans le cadre d’une coopération de défense européenne plus intégrée, plusieurs initiatives sont en cours au sein de l’UE, dont la coopération structurée permanente (PESCO) récemment lancée. La Belgique a présenté, avec les Pays-Bas, un module PESCO dans le domaine de la lutte contre les mines marines et prendra la direction de celui-ci. D’autres pays européens pourront s’inscrire dans le projet développé par les marines belge et hollandaise.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s