Après le combat urbain, le combat hivernal dans les Alpes autrichiennes pour les Carabiniers-Grenadiers

Les Carabiniers-Grenadiers se sont entraînés dans les Alpes autrichiennes (crédit-photo Composante Terre)

Les Carabiniers-Grenadiers se sont entraînés au combat dans des conditions hivernales.

Vertigo est un exercice mené classiquement et régulièrement par l’armée belge afin de s’entraîner au combat hivernal dans les montagnes autrichiennes au camp de Seetaler Alpe. Cette année, l’armée y a déployé 80 hommes dont la grande partie venait de la 1ère compagnie des Carabiniers-Grenadiers. L’exercice a duré quinze jours. Durant la première semaine, les militaires belges se sont principalement à entraîner à se mouvoir en région montagneuse avec des raquettes et des skis. Pour la deuxième semaine, les Carabiniers-Grenadiers sont entrés dans le vif du sujet avec de la tactique et des techniques de combat avec réaction au contact de l’ennemi. Après une progression de nuit, les deux pelotons, installés en défensive sur la crête, ont du repousser une attaque ennemie en coordination avec l’appui feu de deux sections mortier de 60 et 50mm. Dans un second temps, les différentes sections ont mené alternativement des attaques afin de déstabiliser les positions ennemies.

 

Si l’armée belge ne possède pas d’unités de montagne, elle entraîne toutefois ses unités d’infanterie dans ces conditions car elle participe à des opérations en zones montagneuses comme en Afghanistan. Des éléments du Centre d’Entraînement Commando s’entraînent annuellement en montagne pour garder leur qualification spécifique. En 2017 et 2018, c’est le 12/13 de Ligne de Spa qui a participé à l’exercice Vertigo.

22 commentaires

  1. La préparation opérationnelle aussi a ses marronniers: quatre-vingts soldats du 1er bataillon d’infanterie Carabiniers / Grenadiers de Léopoldsburg se rendront du 1er au 12 février 2021 dans le camp d’entraînement d’hiver de Lizum / Walchen, d’une superficie de 50 km², au Tyrol, en Autriche.

    Est-ce approprié aux temps de la COVID-19 pour ces 80 soldats ?
    «Toutes les précautions sont prises», quarantaine avant et après, chaque soldat subit un test PCR. Et il y a un contrôle médical final juste avant le départ.

    Les soldats doivent s’entraîner avant de pouvoir entrer en opération dans les zones de conflit, ils doivent souvent y être qualifiés.

    C’est pourquoi la composante Terre a annulé pas moins de 500 exercices de longue durée d’au moins deux jours en 2020, ce qui a un gros impact opérationnel.

    Le but est d’apprendre à survivre dans la neige et le froid tout en progressant sur le terrain avec des techniques tactiques offensives et défensives.
    Là, ils s’entraîneront pour les conditions hivernales: «cet exercice est un élément essentiel de la progression de l’entreprise vers un éventuel déploiement opérationnel. L’entraînement en montagne, en hiver comme en été, nécessite des tactiques et des techniques spécifiques dans lesquelles l’endurance, la perspicacité, la persévérance et la manoeuvrabilité sont essentielles. »

    Bon courage.

Laisser un commentaire