L’opération Vigilant Guardian se poursuit mais sa fin est plus qu’hypothétique

Malgré l’épidémie du coronavirus, l’opération Vigilant Guardian se poursuit normalement (crédit-photo Ritchie Sedeyn/BE Défense)

L’opération Vigilant Guardian se poursuit mais sa fin est plus qu’hypothétique.

Depuis le début du confinement en Belgique le 18 mars, les militaires belges continuent de patrouiller dans les rues dans le cadre de l’opération Vigilant Guardian. Les rues et les transports en commun sont plus vides. Certains aéroports ont vu leur trafic fortement diminué. Pas de quoi arrêter la mission. Avec la fermeture de l’aéroport de Charleroi le 25 mars, le détachement militaire, fourni par le 10 Wing de Kleine-Brogel,  est retourné en stand-by dans son unité et reprendra sa mission dès le retour des activités à l’aéroport. Le chiffre de militaires déployés n’a pas sensiblement baissé même si la Défense n’a pas voulu nous fournir plus d’indications pour des raisons de sécurité.

La question d’un déploiement de militaires aux frontières ou bien pour faire respecter les règles de confinement a été évoquée du bout des lèvres, notamment pas politiques locaux. Pour l’instant, le gouvernement n’a pas décidé d’activer cette option. En amont, le syndicat SLFP-Défense a déjà demandé un cadre légal clair en la matière quant aux règles d’engagement si cela devait être le cas. On se souvient du flou lors des premiers mois de l’opération Vigilant Guardian. Sans avoir précisé sous quelle forme, la Défense a planifié un soutien au ministère de la Justice dans le cadre de la lutte contre le coronavirus si le gouvernement en fait la demande.

Mais la crise du coronavirus risque de remettre à demain la fin de l’opération Vigilant Guardian que la Défense espérait voir avant la fin de l’année. Le plan « 200 plus 100 », qui amorce le retrait des militaires des rues de façon progressive, n’a toujours pas débuté. En pleine crise sanitaire conjuguée à une crise économique, le gouvernement en affaires courantes, qui a reçu vendredi dernier des « pouvoirs spéciaux » pour trois mois, a d’autres priorités. De plus la police se trouve sous pression avec un déploiement important sur le terrain pour faire respecter le confinement. Les formations sont impactées avec l’épidémie ce qui aura une répercussion dans la montée en puissance de la DAB.

Le dernier conseil des ministres a prolongé le 27 mars le déploiement des militaires pour un mois supplémentaire avec un maximum de 550 militaires, ce qui est en réalité un peu moins avec une moyenne de 420 militaires déployés sur le terrain.

10 commentaires

  1. Pour la fidélisation des troupes, vous pouvez vous brosser!
    Les personnels vont se barrer d’être aussi mal utilisés au quotidien.

Laisser un commentaire