Les Forces Spéciales n’envisagent toujours pas le recrutement externe

Le Special Forces Group recrute en interne au sein de la Défense (crédit-photo SF Gp)

Les Forces Spéciales n’envisagent toujours pas le recrutement externe.

Tout comme le reste de la Défense, le Special Forces Group a des difficultés de recrutement d’autant plus amplifiées par le fait de sa formation particulièrement exigeante. La question d’un recrutement externe, directement dans le monde civil, s’est posée de façon régulière. Elle a été à nouveau posée par la député du Vlaams Belang Annick Ponthier avec la possibilité de faire appel à des chasseurs de têtes afin de chercher des civils compétents. Dans sa réponse, le ministre Philippe Goffin explique que la Défense ne compte toujours pas faire appel à un recrutement direct. « La Défense recherche plutôt du personnel ayant une certaine expérience militaire et une certaine maturité pour rencontrer les exigences spécifiques du travail mental et physique », explique-t-il. L’armée continue de s’appuyer sur un recrutement interne. Les civils, qui voudraient intégrer le Special Forces Group, doivent d’abord devenir militaire au sein de la Composante Terre et si possible dans une unité para-commando. Le ministre rappelle également que seule une moyenne de 20% des candidats réussit à passer la première semaine de sélection. C’est une moyenne qui reste stable sur ces dernières années.

Parallèlement, le Special Forces Group travaille sur la mise en place d’un Deep Development Team, une équipe mixte avec l’intégration de personnel féminin, afin de prendre en compte de façon plus approfondie le domaine humain dans les zones de déploiement. Huit stagiaires féminines suivent actuellement cette nouvelle formation spécialisée et spécifique sur les 19 candidatures qui avaient été retenues au départ. « Les membres féminins de Deep Development Team effectueront les mêmes tâches que leurs collègues masculins: recherche, étude, analyse, organisation et contacts avec les dirigeants locaux, établissement de réseaux humains, influence et synthèse des problèmes et solutions appropriées », explique le SF Gp sur son site. Le projet a vu le jour en 2018.

Ces dernières années, le Special Forces Group a eu une meilleure visibilité médiatique dans sa volonté d’attirer de nouvelles recrues. La VTM et la RTBF avaient diffusé un reportage exceptionnel en plusieurs épisodes sur les forces spéciales en 2016 et 2017 avec des images inédites. Fin 2019 et début 2020, la chaîne flamande a diffusé une émission « Kamp Waes » avec 15 citoyens qui suivaient l’entraînement des forces spéciales en collaboration avec le SF Gp. L’émission a rencontré un grand succès en Flandres avec plus de 1,5 million de spectateurs de moyenne.

Le nombre des Forces Spéciales est confidentiel et jamais communiqué par la Défense mais les SF Gp seraient entre 115 et 130. Dans la vision stratégique du ministre Vandeput, ils vont voir leur capacité grandir pour atteindre le chiffre de 225 opérateurs en plus des deux bataillons de paracommandos qui forment le Special Operations Regiment d’où la nécessité de recruter.

7 commentaires

Laisser un commentaire