La Belgique reste un client important de l’industrie de Défense française

Avec le contrat des chasseurs de mines, la Belgique reste un client important de l’industrie de Défense française

La Belgique reste un client important de la France en achat d’armement.

En 2018, la Belgique était devenu l’un des cinq premiers clients des industries de défense françaises. La cause en était la signature du contrat CaMo (capacité motorisée) et du partenariat stratégique entre la Belgique et la France d’une valeur de 1,5 milliard d’euros. Le rapport parlementaire du Ministère français des Armées sur les exportations d’armement de la France en 2019 a été rendu public dernièrement. La Belgique reste un client important. « Au cœur de la politique d’exportation que je mène depuis 3 ans, il y a un choix résolu et engagé : celui de renforcer nos partenariats européens. Je suis donc fière d’annoncer qu’en 2019, les clients de l’Union européenne ont représenté 42 % des prises de commandes auprès de nos industriels (et près de 45 % en comptant les autres pays européens, hors UE). Trois pays européens – la Belgique, la Hongrie et l’Espagne – figurent parmi nos cinq principaux clients », commente la ministre française Florence Parly. Alors que l’Espagne était déjà mise en avant l’année dernière, la Hongrie fait son entrée avec l’achat d’hélicoptères H225M et H145M.

Après CaMo, c’est le contrat des chasseurs de mines qui fait que la Belgique reste un client important de l’industrie de Défense française. « Le secteur naval apparaît en forte hausse ; il a représenté la moitié de nos prises de commandes, alors qu’au cours des dernières années, il se situait à 10 % en moyenne. Le contrat de remplacement des chasseurs de mines des marines belge et néerlandaise (programme piloté par la Belgique pour le compte des deux nations) a compté pour plus de 40 % dans cet excellent bilan 2019 enregistré par le secteur », détaille le document. Ce contrat a été signé à Bruxelles le 5 juillet 2019 avec  le consortium Belgium Naval & Robotics, qui rassemble Naval Group et Eca Group. Il a un montant d’environ 2,2 milliards d’euros dont 1,1 milliard pour la Belgique. L’autre programme mis en avant dans ce rapport parlementaire est celui du programme d’observation spatiale MUSIS (système multinational d’imagerie spatiale pour la surveillance, la reconnaissance et l’observation) à laquelle participe la Belgique avec la France, l’Italie, la Grèce, l’Espagne et l’Allemagne.

Le montant des commandes de la Belgique augmente encore de 700 millions d’euros en 2019 en passant de 1,1 milliard d’euros à 1,8 milliard d’euros.

7 commentaires

  1. Curieusement c’est plutôt un aveu de faiblesse: les contrats avec la Belgique sont des contrats pérennes qui ont surtout pointés la baisse des commandes des clients traditionnels de l’industrie d’armement française (Arabie saoudite, Egypte, Qatar) en terme de gros contrats. Les industriels allemands et italiens en ont bien profité…
    Seuls les émirats arabes unis ont passés de belles commandes.

    Avec les tensions actuelles, certains regardent en Grèce ou l’Inde, mais notre grand allié et ses industriels veillent:
    https://air-cosmos.com/article/lavenir-des-exportations-franaises-23446

    D’autant plus que la défense et l’espace font partie des sacrifiés des financements européens:
    https://www.lopinion.fr/blog/secret-defense/fonds-europeen-defense-sera-7-milliards-pas-13-220776

Laisser un commentaire