La Composante Terre veut engager un SGTIA au sein de l’opération française Barkhane

La Belgique pourrait s’engager plus fortement au Sahel (crédit-photo IPR bataillon ISTAR)

La Composante Terre veut engager un SGTIA au sein de l’opération française Barkhane. 

Selon le site Forces Operations Blog, la Composante Terre et la Défense belge penchent sérieusement sur le déploiement d’un SGTIA (sous-groupement tactique interarmes) d’environ 250 hommes au Sahel. Dans cette région, les militaires belges sont déjà présents avec un détachement de 4 hommes au sein de l’EUTM Mali et un autre de 88 hommes, dont un peloton multisensor de 48 hommes au sein de la MINUSMA. Cette fois-ci, le déploiement irait au profit de l’opération française Barkhane. Ce serait un premier ancrage du partenariat franco-belge dans le cadre du contrat CaMo (capacité motorisée). La Belgique deviendrait le principal contributeur de l’opération Barkhane.

Le déploiement de ce SGTIA est à l’ordre du jour du plan des opérations 2021 qui sera présenté aux députés normalement au mois de novembre. Il faudra encore l’aval du gouvernement et la décision finale interviendrait avant le deuxième trimestre 2021. Cette ambition de la Composante Terre n’est pas surprenante. Le général-major Pierre Gérard avait fixé le cap à son arrivée fin 2019, faisant de la vocation opérationnelle des forces terrestres une priorité absolue. Il envisageait fermement l’engagement d’une compagnie interarmes dans la période 2021-2024. Sur le moyen terme, il visait également l’engagement d’un bataillon interarmes à partir de 2025. La Brigade Motorisée aurait d’ailleurs dû mener un grand exercice en Jordanie en juin dernier avec 1.200 hommes. Objectif: s’entraîner dans un « environnement exigeant » proche, par exemple, de celui du Sahel. Mais avec la pandémie du coronavirus, il a été annulé.

Si la Belgique s’engageait fortement dans cette opération, elle enverrait un signal fort sur le sujet de la coopération européenne alors que la France attend de l’aide dans sa lutte contre le terrorisme dans la bande sahélo-saharienne.

8 commentaires

Laisser un commentaire