Les syndicats militaires en colère après le retrait d’une des mesures pour le personnel de Défense

L’allocation d’éloignement pour les militaires ne verra pas le jour dans l’immédiat (crédit-photo Vincent Bordignon/BE Défense)

Les syndicats militaires en colère après le retrait d’une des mesures pour le personnel de Défense.

Le 3 août dernier, le ministre de la Défense Philippe Goffin et le ministre de la Fonction publique, David Clarinval, annonçaient quatre mesures pour rendre plus attractif le métier de militaire. A l’époque, ces mesures paraissaient déjà minimes sans grande révolution. Elles étaient toutefois un signe d’une timide avancée. En janvier dernier, l’Etat-Major de la Défense avait aussi annoncé qu’elle prévoyait d’introduire une indemnité d’éloignement mais elle ne verra pas le jour du moins dans l’immédiat.

L’annonce a été faite par les syndicats. La mesure a été retoquée par le Ministère de la Fonction Publique. Le ministre David Clarinval ne veut pas créer une inégalité de traitement par rapport à certains fonctionnaires et éviter ainsi un déséquilibre. Les syndicats ne décolèrent pas après les annonces du mois d’août à grand renfort de communication. « Maintenant, M. Clarinval se rétracte et il use d’un double langage. Quelle attitude lâche ! », accuse le syndicat ACMP-CGPM dans un communiqué. « Le SLFP-Défense déplore cette décision et exige qu’il soit tenu compte de l’absence du domicile des militaires et des multiples affectations pendant leur carrière. Sinon, l’actuel travail commun du Ministre de la Défense, de l’Etat-major de la Défense et des organisations syndicales n’aura plus de sens ! », réagit de son côté le syndicat. Les syndicats militaires ne décolèrent pas devant ce recul.

La nouvelle a d’ailleurs donné lieu à une passe d’armes sur Facebook entre le président du SLFP-Défense, Boris Morenville, et le ministre David Clarinval. Ce dernier a expliqué que l’allocation d’éloignement n’avait pas pu être mise en place car le gouvernement étant en affaires courantes, ce genre de dossiers était sous contrainte budgétaire dont le ministre ne pouvait pas s’écarter. « Le dossier pourra être remis sur la table par le prochain gouvernement de plein exercice et j’espère sincèrement que le futur ministre de la Fonction Publique  soutiendra ces mesures dont l’allocation d’éloignement », s’est-il défendu. Une explication qui n’a pas convaincu Boris Morenville, la mesure étant budgétisée en interne par la Défense. « Croyez-moi la publication d’auto congratulations de début août ne sert qu’à une poignée de militaires…vous aviez cette fois la chance de prendre une décision pour l’ensemble du personnel flexible, disponible et pro », lui a-t-il répondu. Ambiance.

Une autre grande mesure est sur la table: l’alignement du salaire des militaires sur celui des policiers. Un accord a été signé entre les syndicats et l’Etat-Major de la Défense en juin dernier. Il doit être maintenant avalisé et concrétisé par le gouvernement.

Laisser un commentaire