La Défense luxembourgeoise veut recruter plus d’officiers et sous-officiers

Les candidats officiers et sous-officiers luxembourgeois sont formés en Belgique (crédit-photo ERM)

La Défense luxembourgeoise veut recruter plus d’officiers et sous-officiers. 

Le ministre luxembourgeois de la Défense François Bausch a déposé le 10 septembre dernier un projet de loi portant sur une modification concernant l’organisation militaire. Il doit permettre à l’armée luxembourgeoise de recruter plus d’officiers et sous-officiers. Ainsi par an, 110 officiers pourront s’engager au lieu de 90 actuellement, 266 sous-officiers contre 206 et 100 caporaux contre 90. Le nombre de civils augmentera aussi passant de 170 à 240. A court terme, la Défense vise le recrutement de 164 personnes entre 2020 et 2023 à savoir 30 officiers, 54 sous-officiers, 10 caporaux ainsi que 70 civils.

Le gouvernement justifie ce projet de loi par sa volonté d’augmenter ses dépenses de Défense. Cet effort se voit déjà dans le domaine aérien avec l’achat d’un A330 MRTT en plus de l’A400M déjà livré. Le projet de loi mentionne toutefois également la modernisation de sa composante terrestre et la volonté d’investir de façon plus importante dans les ressources humaines. Il estime que le taux d’encadrement est actuellement trop faible. « Le taux d’encadrement de l’armée luxembourgeoise est d’environ 25% alors qu’en moyenne il est supérieur à 50% pour les armées de nos alliés et partenaires. Le manque en personnel d’encadrement peut constituer une entrave quant au maintien du niveau sécuritaire et opérationnel de nos forces », explique le ministre de la Défense. Mais ce n’est pas la seule raison.

L’autre explication réside dans le fait que l’accord du 12 juillet 2019 relatif au temps de travail et de repos dans l’Armée a accentué le manque de personnel, et notamment de personnel militaire de carrière. « Dorénavant, il faut davantage d’unités de temps pour arriver à un niveau similaire d’entrainement, et ainsi opérationnalité. Ceci est lié à l’élargissement du temps de récupération émanant des exercices et manœuvres », indique-t-il. Il faut donc accroître le nombre de militaires de carrière afin de garantir l’encadrement de ces activités.

Le coût de cette mesure est de 7,1 millions d’euros pour la période 2020-2023 et de 11,5 millions d’euros au total avec le recrutement des civils supplémentaires. Cela sera inscrit dans l’effort de Défense et financé par les dépenses de fonctionnement et de personnel du budget de la Défense.

Laisser un commentaire