Un détachement néerlandais assurera la sécurité des F-16 belges déployés en Jordanie

35 militaires néerlandais assureront la sécurité du détachement belge en Jordanie comme en 2015 et 2017 (crédit-photo NL Defensie)

Un détachement néerlandais assurera la sécurité des F-16 belges déployés en Jordanie.

Ces derniers jours, un dossier inattendu a fait son apparition avec l’envoi d’un détachement d’un pays partenaire comme Force Protection des F-16 belges déployés en Jordanie. Lors de notre compte-rendu du débat en commission parlementaire sur cette mission en mai dernier, nous avions souligné le fait que la participation des Pays-Bas n’était pas envisagée comme cela avait été le cas en 2015 et 2017. La question de la Force Protection n’a pas été évoquée en public peut-être à huis-clos en commission du suivi des missions à l’étranger.

Pourtant le 18 septembre dernier à moins de 10 jours du déploiement des F-16 en Jordanie, le Conseil des Ministres a approuvé l’augmentation temporaire du nombre des militaires belges déployés dans le cadre de l’opération Inhenrent Resolve passant de 95 à environ 125 militaires pour un maximum de trois mois. Cette trentaine de militaires belges supplémentaires assureront la sécurité du détachement en attendant la reprise de cette tâche par une nation-partenaire. Même s’ils n’étaient pas mentionnés, la logique voulait que cela soit les Pays-Bas.

La Défense néerlandaise a approuvé très tardivement cette mission (crédit-photo NL Defensie)

Quelques jours plus tard, le ministère de la Défense néerlandaise annonce le 23 septembre avoir reçu une demande du gouvernement belge pour l’envoi de militaires néerlandais afin d’assurer cette tâche. Il précise qu’il étudie l’opportunité et la possibilité. Finalement il approuve l’envoi d’un détachement de 35 militaires pour une durée de 13 mois cinq jours plus tard. Quinze premiers militaires commenceront leur mission le plus tôt possible dès le mois d’octobre. Ils seront rejoints par les vingt autres à partir du 1er décembre à la fin de la première rotation de la Force Protection belge. Le détachement néerlandais restera sur place jusqu’en novembre 2021 afin d’assurer la sécurité lors de la phase de redéploiement du matériel en Belgique. La Défense néerlandais a approuvé cette mission car elle n’aura pas d’impact significatif sur le planning opérationnel et d’entraînement déjà arrêté. Le coût du déploiement est estimé à 5 millions d’euros par an. Cette dépense supplémentaire sera financée sur le budget de la sécurité internationale (BIV) pour les opérations de gestion de crise.

Les F-16 belges ont quitté la base de Florennes ce mardi 29 septembre (crédit-photo IPR Composante Air)

Il semble que ce dossier se soit décanté très tardivement sur le fil juste avant le début de la mission des F-16 belges en Irak et en Syrie. Une unité belge avait été programmée pour la 2ème rotation si aucune solution alternative n’avait été trouvée. Sollicitée par nos soins sur ce dossier tardif et surprise, le cabinet du ministère de la Défense n’a pas répondu. En revanche, la Défense nous a précisé que des retards imprévus dans le processus de planification et de validation étaient à l’origine de l’absence de nation-partenaire pour assurer cette tâche d’où la décision de faire appel à une unité belge en attendant afin de ne pas compromettre la sécurité du détachement déployé. Le personnel appartient en grande partie au 2 Wing de Florennes.

Les 4 F-16 belges ont décollé hier de la base de Florennes pour la Jordanie. Les premiers éléments belges sont arrivés sur place mi-septembre afin de préparer leur arrivée. Les F-16 belges participeront à l’opération Inherent Resolve dans le cadre de la lutte contre l’Etat Islamique en Irak et en Syrie. Le nom belge de l’opération restera le même qu’en 2015 et 2017: opération Desert Falcon (ODF).

3 commentaires

Laisser un commentaire