La Défense mobilisée pour faire face à la nouvelle montée de l’épidémie Covid-19

Comme au début de la crise en mars dernier, la Défense est de nouveau appelée sur le front face à la recrudescence de cas en Belgique (crédit-photo Sedeyn Ritchie/BE Défense)

La Défense mobilisée pour faire face à la nouvelle montée de l’épidémie Covid-19.

Alors que la recrudescence des cas Covid-19 ne cessent d’augmenter en Belgique, la Défense a été à nouveau appelée à la rescousse. La ministre de la Défense Ludivine Dedonder a sonné la mobilisation générale et le Conseil des ministres de vendredi a décidé de mettre en appui la Défense dans la lutte contre la Covid-19. L’Etat-Major a d’abord étudié l’ensemble des ressources qu’il pouvait mettre à disposition.

L’aide aura trois axes principaux: la mise à disposition de personnel médical et paramédical (ambulanciers, testing, prélèvement), le transport médical et la distribution logistique. Dans le domaine du transport, les moyens engagés pourront être les C-130, des hélicoptères, des ambulances médicales et des camions pour l’évacuation et le rapatriement. Dans le domaine logistique, il s’agira d’un appui de personnel et d’infrastructure pour le triage ainsi que d’infrastructure mobile et temporaire tels que les tentes et containers. L’Hôpital Militaire Reine Astrid continue de soulager les autres hôpitaux et la ministre a demandé d’analyser les possibilités d’augmentation de la capacité de prise en charge.

En tout, la Défense peut mobiliser directement près de 1.500 personnes. Le commandant de la Composante Médicale, le général-major Pierre Neirinckx, s’est adressé à son personnel à l’aube de cette nouvelle mobilisation. « Dans nos formations et nos entraînements, nous nous sommes préparés aux situations dramatiques…Et maintenant la situation exige que nous remontions au feu…Ce que nous ferons, ensemble, soudés ! Notre force réside dans notre unité, dans notre dévouement aux patients et dans notre motivation à servir le Pays », a-t-il conclu son message. La Composante Médicale est petite avec 1.348 militaires et ses moyens sont donc limités. Une gestion centralisée des demandes a été mise en place par les autorités fédérales via le centre de crise fédéral et la Santé publique.

Par ailleurs, le chef de la Défense, l’amiral Michel Hofman, a pris des mesures pour son personnel. Les entraînements seront au maximum suspendus jusqu’au 20 novembre. Les 1.200 militaires de la Brigade Motorisée ont pu terminer leur période d’entraînement en Allemagne malgré plusieurs cas de contaminations. Seules sont prioritaires: la préparation aux déploiements et la formation surtout celle de base. Le télétravail est de nouveau la règle et les unités devront travailler avec un effectif réduit. Les activités protocolaires sont suspendues. « Cependant, il est tout à fait possible que des mesures nationales encore plus strictes soient prises avant cette date, mesures qui nous obligeraient, par exemple, à suspendre temporairement certaines parties de la formation également (par exemple : la formation spécialisée) », prévient le chef de la Défense. Ces nouvelles mesures permettront aussi de libérer du personnel pour exécuter les tâches d’appui dans le cadre la lutte contre la Covid-19.

Il est encore une fois surprenant de constater que les politiques sont surpris par les moyens réduits de la Défense alors qu’eux-mêmes en sont à l’origine malgré les avertissements. Le plus bel exemple est celui de l’hôpital de campagne dont le nouveau ne sera pas opérationnel avant 2022.

Un commentaire

Laisser un commentaire