Un nouveau comité stratégique se penchera sur l’avenir de la Défense belge à l’horizon 2040

La ministre de la Défense Ludivine Dedonder a lancé des travaux pour actualiser la Vision Stratégique (crédit-photo Malek Azoug/BE Défense)

Un nouveau comité stratégique se penchera sur l’avenir de la Défense belge à l’horizon 2040. 

La ministre de la Défense belge, Ludivine Dedonder, a annoncé la semaine dernière qu’elle avait pris la décision de constituer un Comité stratégique afin d’actualiser la Vision Stratégique de 2016 et la loi de programmation militaire à l’horizon 2030-2040 en tenant compte du nouvel environnement géostratégique.

Un comité de 12 experts

Le comité comptera dix personnes qui seront chapeautés par deux coordinateurs:  Tanguy de Wilde d‘Estmael, professeur de géopolitique et de relations internationales à l’UCLouvain, et le colonel Eric Kalajzic, titulaire de la chaire de politique mondiale de l’Ecole royale militaire. Les autres membres du comité sont: Alexander Mattelaer, directeur adjoint de l’Institut Egmont; Jonathan Holslag, professeur en relations internationales à la VUB; Dorothée Vandamme, professeur en relations internationales à l’UMons; Nina Wilen, directrice du Programme Afrique à l’Institut Egmont; David Criekemans, expert en géopolitique mondiale à l’Université d’Anvers; Cindy Du Bois, directrice de la chaire d’économie à l’Ecole Royale Militaire; Delphine Resteigne, professeur à la Chaire de sociologie de l’École Royale Militaire et à l’Université de Mons; Sven Biscop, directeur du programme « L’Europe dans le monde » à l’Institut Egmont; Caroline Zickgraf, chargée de recherches FNRS Université de Liège et Joseph Henrotin, rédacteur en chef de la revue Défense & Sécurité Internationale et docteur en science politique de l’ULB.

Un vote à la Chambre pour septembre 2021

« Ces douze personnes permettront de comprendre les menaces futures et d’investir au mieux dans des moyens de défense de sorte que la Belgique soit prête à confronter ces difficultés et à garantir la sécurité de chaque citoyen belge, aujourd’hui comme demain », a expliqué Ludivine Dedonder. Selon l’agenda souhaité par la ministre, les experts se réuniront à partir de la deuxième quinzaine de janvier, à raison d’une fois par semaine. Un rapport est attendu pour le 31 mai, qui servira de base pour les discussions politiques au sein du parlement en juin et éventuellement début juillet. L’objectif est qu’un vote sur le texte intervienne en septembre 2021 à la Chambre. Il devrait y avoir une adaptation de la loi de programmation militaire.

Une méthode identique utilisée en 2015

Une telle méthode avait déjà été employée pour l’élaboration de la Vision Stratégique de 2016. Le ministre Steven Vandeput avait fait appel à une « Wise Pen » team composé d‘une dizaine d‘experts provenant du monde académique, de la diplomatie, du monde économique et financier, des médias et de la Défense. Chaque membre devait rédiger un document en répondant aux questions suivantes: « Est-ce que la société belge a besoin d‘un outil de défense en 2030 ? Dans l‘affirmative, quelles doivent être les missions-clés ? En partant de la réalité d‘aujourd‘hui, dans quel sens la Défense belge devrait-elle évoluer ? ». Les résultats de ces expertises ont été présentés lors d‘un colloque le 25 février 2015 au Campus Renaissance de l’Ecole Royale Militaire. Le colloque avait été animé par Stephan De Spiegeleire, spécialiste Défense au Centre d’études stratégiques de La Haye (HCSS), avec un débat entre les experts et le public.

La Vision Stratégique avait été présentée officiellement au Conseil des Ministres le 30 juin 2016. Elle avait donné lieu à une loi de programmation militaire qui avait été déposée à la Chambre le 7 novembre de la même année. Son vote en mai 2017 était une première en Belgique.

Publication_Textes des experts du Wise Pen_FR

5 commentaires

  1. Une toute 1ere constatation en lisant la liste y énumérée c’est qu’il ne s’y trouve qu’ UN seul militaire sur douze élus !
    De plus , poser la question de savoir si la société belge aurait encore besoin d‘un outil de défense en 2030 n’est-ce pas déjà là , en quelque sorte , une porte ouverte à tous ceux qui prônent le pacifisme béat des années pré-40 des naïfs qu’étaient Chamberlain// Daladier et leurs acolytes : on a vu la suite .

  2. Qu’il y ait une réflexion globale sur le concept de sécurité nationale, qui s’étend bien au-delà du domaine militaire, pourquoi pas…
    Mais en général, les montagnes accouchent souvent de souris en gestion administrative:
    http://informatiques-orphelines.fr/index.php/2021/03/03/ni-responsable-ni-coupable/

    C’est pourtant une des plus importantes constatations de cette pandémie: plus rien n’est épargné.
    http://electrosphere.blogspot.com/2020/04/covid-19-pandemie-infodemie-et.html

Laisser un commentaire