Le déploiement de trois unités hospitalières intermédiaires était le maximum pour la Composante Médicale

La Composante Médicale a été mobilisée au maximum de ses capacités (crédit-photo Vincent Bordignon/BE Défense)

Le déploiement de trois unités hospitalières intermédiaires était le maximum pour la Composante Médicale.

Au plus fort de la deuxième vague durant le mois de novembre, la Composante Médicale a été mobilisée pour soulager les capacités hospitalières du pays. A défaut de pouvoir déployer un hôpital de campagne, elle a ouvert des unités de soins intermédiaires dans trois hôpitaux en régions wallonne et bruxelloise. En tout, ce sont 68 militaires qui ont été déployés: 26 à Liège, 19 à Charleroi, 23 à Bruxelles. Ce déploiement s’est étalé sur un mois avec des ouvertures début novembre pour Liège et mi-novembre pour les autres. « Dans les conditions actuelles, un total de trois capacités hospitalières intermédiaires est le maximum pour la composante médicale », a expliqué la ministre Ludivine Dedonder dans une réponse écrite au député Christophe Bombled. Dans une autre réponse écrite, elle indiquait également que ce déploiement ne pouvait durer qu’un mois. En plus de ces 68 hommes, la Composante Médicale a également fourni 7 autres militaires, des aides-soignants, en renfort dans les hôpitaux de Geraardsbergen et Namur.

Ce chiffre illustre les capacités limitées de la Composante Médicale qui s’est mobilisée au maximum de ses moyens. Il faut souligner qu’elle a fait appel aussi à sa réserve puisque trois réservistes (deux infirmiers et un médecin issus du 14ème Bataillon Médical et du 3 EMI) ont été aussi déployés soit dans ces unités hospitalières intermédiaires soit dans des centres de soins durant cette période. C’est sans compter la centaine de militaires déployés dans les maisons de repos. « Le ministère de la Défense compte relativement peu de médecins ou d’infirmières, mais il dispose d’un groupe considérable d’ambulanciers bien formés et gérés de manière centralisée », explique aussi la ministre. A l’occasion du rapatriement des militaires infectés au coronavirus, le site B2 Bruxelles rappelle le soutien médical limité en opérations à cause d’un manque de moyens et le recours à un partenaire externe. Selon les derniers chiffres officiels, la Composante Médicale compte 1.348 hommes.

En plus de ces trois capacités hospitalières intermédiaires et des deux appuis médicaux isolés, la Défense a encore mis 58 militaires en appui de 21 hôpitaux dans des fonctions de réception-logistique-administratives, a souligné la ministre. Ces militaires provenaient en grande partie de la Composante Terre. Des chiffres qui soulignent une fois de plus l’extrême mobilisation des capacités de la Défense.

7 commentaires

  1. Le vocabulaire martial est sur-employé dans le traitement contre la pandémie:
    https://www.franceculture.fr/emissions/le-temps-du-debat/le-temps-du-debat-emission-du-vendredi-19-fevrier-2021

    Est-ce que le gouvernement belge fait appel à des cabinets de conseils comme en France?
    https://www.lemonde.fr/m-le-mag/article/2021/02/05/de-la-creation-d-en-marche-a-la-campagne-de-vaccination-mckinsey-un-cabinet-dans-les-pas-de-macron_6068833_4500055.html

    Tout cela pour se couvrir d’éventuelles poursuites judiciaires quant à la gestion du problème:
    https://www.marianne.net/politique/gouvernement/mckinsey-le-cabinet-qui-dirige-le-monde-et-la-vaccination-en-france

Laisser un commentaire