Entre missions et livraisons, la flotte MMF prend son envol

Le lieutenant-colonel belge Kurt Deprez est chef des opérations aériennes du MMU (crédit-photo adjudant Jozef Vanden Broeck/Composante Air)

Entre missions et livraisons, la flotte MMF prend son envol.

Un an après la livraison du premier appareil, la flotte MMF (Multinational MRTT Fleet) continue de prendre son envol malgré les difficultés dues à la pandémie. Explications avec le lieutenant-colonel Kurt Deprez, commandant du détachement belge et chef des opérations aériennes au sein du MMU (Multinational Multirole Tanker Transport Unit).

Le premier A330 MRTT a atterri à Eindhoven le 30 juin 2020 (crédit-photo NL Defensie)

Rappel des faits. Le programme MMF réunit six pays européens : Allemagne (5.500 heures de vol), Pays-Bas (2.000 heures de vol), Luxembourg (1.200 heures de vol), Belgique (1.000 heures de vol), Norvège et République Tchèque (100 heures de vol). L’acquisition des neuf A330 MRTT a été effectuée par l’Organisation conjointe de coopération en matière d’armement (OCCAR), sous l’égide de l’OTAN. La gestion logistique de la flotte est assurée par la NSPA, l’agence de soutien et d’achats de l’OTAN.

L’IOC a été repoussée à fin 2021 (crédit-photo MMU)

L’IOC est prévue pour fin 2021

Quatre A330 MRTT ont déjà été livrés depuis juin 2020 et un cinquième devrait arriver au mois d’août. Deux autres livraisons sont prévues en 2022. Conséquence de la pandémie, l’IOC (Initial Operational Capability) a été retardée de plus ou moins six mois et est désormais prévue pour la fin de l’année. « Quand il faut partir de zéro, ce n’est pas facile de faire ça à distance. De plus, la formation pour la plupart des techniciens et du personnel navigant a lieu en Espagne. Chaque fois qu’il est de retour, le personnel doit respecter une quarantaine et dans ce cas-là, il ne peut pas être très opérationnel. Ça a rallongé les délais dans certains domaines », explique le lieutenant-colonel Kurt Deprez. A partir de l’année prochaine, il sera possible pour l’unité de déployer un avion sur des théâtres opérationnels pour une certaine période. Une nouvelle étape pourrait être franchie.

Le contingent luxembourgeois s’envole pour le Mali dans l’A330 MRTT (crédit-photo LU Arméi)

Plus de 200 missions ont été effectuées par l’A330 MRTT

En un an, l’A330 MRTT a déjà effectué plus de 200 missions de vol que ce soit des vols d’entraînement, des ravitaillements en vol ou bien des vols de transport de troupes via l’EATC (European Air Transport Command, qui coordonne le déploiement de la flotte ainsi que la répartition des coûts d’entretien et de personnel) pour des pays partenaires du programme. Les vols opérationnels ont eu lieu vers le Mali, l’Afghanistan et la Jordanie. Sa première mission à destination de la MINUSMA a été effectuée début avril. Le 15 mai dernier, le Luxembourg profitait pour la première fois du programme pour envoyer son détachement d’une vingtaine de militaires au sein de l’EUTM Mali depuis l’aéroport du Findel. En juin, l’avion a ramené une centaine de militaires néerlandais de la 11ème Brigade Luchtmobiele qui s’entraînaient à Fort Hood au Texas aux États-Unis. Des militaires belges en ont aussi profité.

La capacité MEDEVAC sera opérationnelle dès cet été (crédit-photo Bundeswehr / Stephan Ink)

A l’été, la capacité MEDEVAC sera disponible 

La MMU se répartit sur deux bases : Eindhoven aux Pays-Bas et Cologne en Allemagne. Eindhoven est la base principale qui abrite l’état-major de la MMU et la plupart du personnel. Cologne est une Forward Operating Base (FOB) dont le personnel est pour le moment uniquement allemand et est également composé de techniciens et de personnel naviguant. La base allemande accueillera l’unique A330 MRTT en mode MEDEVAC. « Cette capacité est une demande spécifique de l’Allemagne mais les autres pays du programme pourront en profiter. Elle sera gérée par les Allemands. Cet avion sera en stand-by 24H/24 et prêt à partir endéans les 24 heures », indique le lieutenant-colonel Kurt Deprez. Après avoir terminé sa configuration, 180 militaires allemands, spécialistes en évacuation médicale, ont suivi une formation sur ce nouvel appareil fin avril, faisant la transition avec l’A310 MRTT. L’appareil pourra être utilisé dès cet été.

L’A330 MRTT est une capacité toute nouvelle pour la Défense belge (crédit-photo adjudant Jozef Vanden Broeck/Composante Air)

Une capacité nouvelle pour la Composante Air belge 

Si par exemple les Néerlandais possédaient déjà une capacité de ravitaillement en vol avec leurs 2 KDC-10, ce n’est pas du tout le cas de la Belgique. C’est donc quelque chose de nouveau. A Eindhoven, il y a une quarantaine de militaires belges qui sont déployés dans les différentes branches de l’unité : état-major, personnel navigant, techniciens et support opérationnel. La plupart du personnel belge appartenait avant au 15 Wing de Melsbroek et évoluait sur C-130 ou Embraer. Les premiers sont arrivés en 2019 mais la plupart ont rejoint l’unité l’année dernière. Tout comme les autres membres du personnel du MMU, ils ont suivi la formation donnée par Airbus en Espagne afin de se qualifier. L’A330 MRTT a déjà fait un passage à Melsbroek pour tester la piste d’atterrissage. Toutefois il ne décollera pas forcément toujours de l’aéroport de BruMil quand la Belgique fera appel à lui. « Cela dépendra de ce qu’on va transporter, quand et comment. Ce sera à l’EATC de décider si ça vaut la peine de faire une étape par Melsbroek ou bien alors si les passagers seront amenés à Eindhoven. C’est une question de coordination. Les deux options sont possibles », précise le lieutenant-colonel Kurt Deprez.

Six des neuf A330 MRTT seront stationnés à la base d’Eindhoven. Les trois autres seront basés à Cologne en Allemagne. La dernière livraison aura lieu en 2024 avec le neuvième appareil financé par le Luxembourg. A terme, la flotte pourrait compter onze appareils si d’autres partenaires venaient s’ajouter à cette collaboration multinationale.

 

Un commentaire

Laisser un commentaire