L’un des deux « quartiers du futur » de la Défense sera à Charleroi

Le Vice-Président wallon et Ministre de l’Aménagement du territoire Willy Borsus, le bourgmestre de Charleroi, Paul Magnette, la ministre de la Défense,Ludivine Dedonder, et le Chef de la Défense, Michel Hofman, ont présenté à la presse le projet du quartier du futur à Charleroi (crédit-photo Gert-Jan D’haene/BE Défense)

L’un des deux « quartiers du futur » de la Défense sera à Charleroi.

Lors d’une conférence de presse le 3 septembre, la ministre de la Défense Ludivine Dedonder a officialisé le choix de Charleroi pour l’un des deux « quartiers du futur » de la Défense. Ce quartier sera basé sur le site de la Porte Ouest à l’endroit de l’ancien site industriel Duferco-Carsid. « Le « quartier du futur » sera un nouveau projet de construction moderne et respectueux de l’environnement, situé à proximité du centre-ville et facilement accessible via transport en commun. En créant des casernes semi-ouvertes, la Défense veut encourager une coopération plus étroite avec les instances civiles locales », explique le communiqué.

Le quartier n’aura effectivement pas qu’une activité militaire. « Le partage d’infrastructures telles que celles du catering, du sport, de l’accueil de la petite enfance, ou des espaces de formations sont à l’étude », est-il précisé. Les quartiers du futur ont pour but de susciter des coopérations nouvelles dans les domaines des ressources humaines et de la recherche et du développement avec les acteurs de l’écosystème. C’est pourquoi on parle de quartiers semi-ouverts. La ministre de la Défense Ludivine Dedonder a mis l’accent sur le renforcement du lien armée-nation.

Ce projet était un des axes de la note de politique générale de la ministre Ludivine Dedonder d’octobre 2020. L’objectif est toujours d’avoir une meilleure répartition géographique des quartiers pour accroître l’attractivité et lutter contre l’attrition en permettant aux militaires de travailler au plus près de leur domicile avec un éventail le plus large de fonctions. Avec des deux quartiers, il s’agit de s’implanter un peu plus dans des zones à faible présence militaire: les provinces de Flandre orientale et du Hainaut. Le choix des villes étaient toujours en prospection mais Charleroi était présenté comme favori en Wallonie. Pour la Flandre orientale, deux villes sont sur les rangs: Aalter ou Alost. Le choix n’a pas encore été annoncé.

Selon la Défense, la création non seulement d’unités de la Composante Terre, mais également d’autres unités plus petites, offrira la possibilité de réunir différents métiers. Aucune grande unité existante ne devra déménager à Charleroi et la montée en puissance se fera progressivement. Le plan d’occupation du nouveau quartier sera communiqué dès qu’il aura été établi. Les travaux à Charleroi commenceront dès que possible et sous cette législature.

Les commandos belges étaient en exercice dans la région de Charleroi en mai dernier (crédit-photo Miguel Mike Delcampo/Télésambre)

En mai dernier, le 2 bataillon de Commandos a effectué un exercice de grandeur nature en milieu civil appelé « Storm Challenge » dans les régions de Charleroi et Florennes. Le scénario de cet exercice a eu lieu en plusieurs phases: atterrissage d’assaut sur Florennes, saut opérationnel depuis un C-130 sur Binche suivi d’une action sur une école et assaut amphibie au sud de Charleroi pour sécuriser une centrale nucléaire et exfiltrer le directeur de la centrale. Présent lors de la dernière journée de l’exercice, le bourgmestre de Charleroi Paul Magnette avait confirmé la candidature de la ville.

Au départ, les « quartiers du futur » devaient faire partie des projets présentés par la Belgique à la Commission européenne pour bénéficier des fonds du Plan de relance européen pour un montant de 100 millions d’euros. Ils ont été retirés au dernier moment pour être inclus dans le plan de relance fédéral. Le coût des deux quartiers est estimé à environ 300 millions d’euros.

3 commentaires

  1. Curieux ces quartiers semi-ouverts !!!!!
    À quand l’installation de salons de coiffure,de salles de danse et de restaurants
    J’imagine la difficulté d assurer la sécurité pour les militaires de ces quartiers où l’on mélange les genres
    À mon avis La Défense est faite pour préparer la guerre ce qui évidemment n’empêche en rien de passer des conventions avec le civil pour l’utilisation de certaines installations

Laisser un commentaire