Le Luxembourg lance deux nouvelles missions en Irak et au Mozambique

Le plus grand nombre de militaires luxembourgeoise déployés à l’étranger le sont au Mali (crédit-photo EUTM Mali)

Le Luxembourg lance deux nouvelles missions en Irak et au Mozambique.

Au mois de juin dernier, le ministre de la Défense luxembourgeois François Bausch a fait le point sur les opérations de l’armée luxembourgeoise à l’étranger devant les députés des commissions de la Défense et des Affaires étrangères. Lors de de cette séance, il avait évoqué la possibilité de lancer une nouvelle mission en Irak suite au retrait des militaires luxembourgeois d’Afghanistan.

Le 20 septembre, le ministre François Bausch et le chef de la Défense le général Steve Thull ont présenté deux nouvelles missions aux députés des commissions de la Défense et des Affaires étrangères. La première confirme le déploiement d’un militaire luxembourgeoise au sein de la mission de l’OTAN en Irak (NMI – NATO Mission Iraq). Ce militaire participera à la formation et l’entraînement des troupes irakiennes pour une durée de deux ans. Initialement, le ministre avait parlé d’un déploiement de deux militaires: un officier et un sous-officier.

En 2018, il avait été question de l’envoi d’un détachement luxembourgeois en Irak avec des spécialistes dans le domaine de la communication par satellite. Finalement, le gouvernement avait renoncé à cette possibilité car la mission était trop dangereuse. Le Luxembourg s’était limité à la formation des spécialistes de l’OTAN aux technologies de communication par satellites et la mise à disposition de la bande passante et des terminaux de communication mobiles.

La deuxième mission concerne le Mozambique. Le Luxembourg avait annoncé son soutien à la mission européenne de formation EUTM Mozambique qui a été lancée au début de l’été. L’armée luxembourgeoise déploiera au maximum deux équipes composées de deux personnes qui s’occuperont de l’installation de capacité satellitaire et des entrainements initiaux pour l’usage des installations. Une autre équipe sera en réserve et interviendra uniquement en cas de besoin. La mission luxembourgeoise durera deux semaines. La contribution ressemblera à ce que fait déjà l’armée luxembourgeoise au sein de la Minusma depuis un an.

Ces deux nouvelles missions ont été approuvées par les députés en commission. Elles devront faire l’objet d’un projet de règlement grand-ducal avant de pouvoir débuter.

4 commentaires

Laisser un commentaire