Tour d’horizon des principaux investissements du plan STAR pour la Composante Terre

La Composante Terre recevra plus de 50% de l’enveloppe budgétaire du Plan STAR (crédit-photo
Adrien Muyllaert/BE Défense)

Un tour d’horizon des principaux investissements du plan STAR pour la Composante Terre.

Le gouvernement a approuvé le 17 juin dernier l’ensemble du plan STAR. Le projet de loi modifiant la loi du 23 mai 2017 de programmation militaire des investissements pour la période 2016-2030 avait été déposé à la Chambre le 3 juin dernier. Le plan STAR et le projet de loi ont été présentés la semaine dernière aux députés de la Commission de la Défense. Nous commençons un tour d’horizon des principaux investissements du plan STAR avec la Composante Terre.

Avec près de 6,5 milliards d’euros, la Composante Terre va recevoir plus de 50% des investissements du plan STAR avec une réorganisation significative. Il s’agit surtout d’investissements moyens dans plusieurs domaines qui seront renforcés: 191,24 millions d’euros pour la capacité ISTAR; 235,63 millions d’euros pour le génie; 429,19 millions d’euros pour la logistique ou bien encore 858,63 millions d’euros pour la capacité CIS comme exemple.

La Brigade Motorisée connaîtra une certaine réorganisation (crédit-photo Brigade Motorisée)

Renforcement de la Brigade Motorisée

La Brigade Motorisée va monter en puissance pour s’articuler autour de quatre bataillons d’infanterie sur Griffon et de deux bataillons de cavalerie sur Jaguar dans le cadre du contrat CaMo. « Cette structure peut servir de base pour se transformer en deux brigades identiques », suggère le document. En plus de sa fonction de reconnaissance terrestre, le bataillon ISTAR viendra en appui des équipes de renseignement humain en tant que plateforme NSO (Non Source Operations) sur Pandur. Le plan STAR confirme qu’en plus de participer au développement du véhicules blindé d’aide à l’engagement (VBAE), la Belgique va en faire l’acquisition pour pouvoir équiper exclusivement le nouvel « Escadron de Recherche et d’Intervention » (ERI) au sein du bataillon ISTAR en 2030 pour un montant de 351 millions d’euros. Cette dernière sera mise en place à partir de 2024 dans un premier temps sur les CLV (Command and Liaison Véhicule) d’Oshkosh Defense, commandés fin 2020 et qui seront livrés à partir de 2023. Quant au futur bataillon de reconnaissance belgo-luxembourgeois, il sera en principe réalisé au sein d’un bataillon de cavalerie avec l’apport de personnel du bataillon ISTAR.

La capacité logistique connaîtra une certaine évolution. Les deux futurs quartiers seront dotés chacun d’une compagnie logistique de soutien direct pour la Brigade Motorisée. Un comité logistique de soutien direct sera créée à Heverlee pour assurer quant à lui le soutien du Special Operations Regiment. Un bataillon logistique de théâtre (Theatre Logistic Batallion (TLB)), dont l’état-major sera basé à Charleroi, sera créé. Le 29ème bataillon logistique, qui sera responsable du soutien logistique général déployé lors des déploiements, bénéficiera d’un renforcement capacitaire.

Le Special Operations Regiment bénéficiera d’une capacité de transport aérien tactique (crédit-photo BE Défense)

Mise en place d’une capacité de transport aérien tactique pour le SOR

De nouvelles capacités aériennes seront mises à disposition du Special Operations Regiment. Les cinq avions de soutien seront exploités par un « Special Operations Air Squadron Fixed Wing » qui sera créé au sein de la Composante Air. Il sera fait l’acquisition en 2023 de 15 hélicoptères légers pour un montant de 250,8 millions d’euros pour la période 2024-2026. Ils remplaceront les 4 NH90 TTH ainsi que les A109. Le modèle n’est pas précisé mais au vu des exemples de coopération donnés (Allemagne et Luxembourg), il s’agit bien du H145M d’Airbus. Ces hélicoptères permettront aux Forces Spéciales de se doter d’une « Special Operations Air Task Unit – Rotary Wing » pour le transport de 16 opérateurs complètement équipés, une nouvelle capacité dont le manque avait été identifié lors de l’opération Red Kite. Dans un deuxième temps (2029-2032), la Belgique fera l’acquisition d’hélicoptères plus lourds (moyens ou lourds), entre 8 à 10 selon le modèle choisi, pour un investissement de 612,8 millions d’euros. « En ce qui concerne le HTH, toutes les synergies possibles avec les partenaires européens seront exploitées », explique le plan STAR. Les Pays-Bas et l’Allemagne ont signé dernièrement une lettre d’intention pour renforcer leur coopération dans le domaine aérien: F-35 et Chinook de quoi ouvrir une piste pour la Belgique.

La Défense souhaite également faire l’acquisition de véhicules blindés légers supplémentaires pour le SOR, qui seront compatibles avec le contrat CaMo, pour compléter la flotte des RRV (Rapid Reaction Vehicle) et LTTV (Light Troop Transport Vehicle), dont la livraison et l’exploitation ont déjà débutées. « De plus, vu la large palette de modes d’engagements possibles, il est également opté pour doter cette capacité de « Mobility Packages », c’est-à-dire de véhicules allant de la moto au SUV blindé permettant, en fonction de la mission, d’utiliser le vecteur de transport le plus approprié », précise le document. Dans le domaine amphibie, la flotte de FRISC (Fast Raiding Interception Special Forces Craft) va être renouvelée et étendue avec l’acquisition de « Maritime Mobility Packages ».

Tant la Brigade Motorisée que le Special Operations Regiment vont bénéficier d’une montée en puissance notamment dans le domaine du soutien avec un redimensionnement de la capacité logistique et la mise en place d’une nouvelle capacité de transport aérien tactique.

6 commentaires

  1. Un embryon de 2 brigades avec 2 bataillons de cavalerie et 4 bataillons d’infanterie, cela va dans le bon sens mais est-ce que l’OTAN va se contenter de 2 brigades légères ? L’arrivée du MGCS (à confirmer) en 2040 solutionnera la question ? Faudra-t-il créer une troisième brigade blindée au sein de la composante terre ?…

    J’aime

  2. […] La Chambre des représentants a approuvé la semaine dernière en séance plénière le projet de loi modifiant la loi du 23 mai 2017 de programmation militaire des investissements pour la période 2016-2030. Elle a été votée par 87 oui, 11 non et 41 absentions. Elle prévoit une enveloppe de 10,2 milliards d’euros d’investissements supplémentaires en plus des 9,2 milliards prévus par la Vision stratégique de 2016 pour 2030. Les grandes lignes directrices de ces investissements sont reprises dans le plan STAR. […]

    J’aime

Répondre à Dikkenek Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.