Les drones des futurs chasseurs de mines belges et néerlandais seront fabriqués à Ostende

François Falcou, directeur général d’ECA Robotics, et Dirk Declerck, PDG du port d’Ostende, ont signé le contrat pour la construction de l’usine de drones des futurs chasseurs de mines belge (crédit-photo ECA Group)

Les drones des futurs chasseurs de mines belges et néerlandais seront fabriqués à Ostende.

Le consortium français Belgium Naval & Robotics, qui a remporté le marché des contrats des chasseurs de mines belges et néerlandais, a annoncé hier dans un communiqué de presse que les futurs drones de ces chasseurs de mines ainsi que ceux de contrats à venir seraient fabriqués à Ostende et non Zeebrugge comme cela avait été annoncé au départ. L’usine sera construite dans la zone portuaire et aura une surface de 5.000m². Elle devrait être opérationnelle au cours de 2022 et employer plus de 70 personnes. Les travaux plus le début de la production sont estimés à environ 10 millions d’euros. Un deuxième site devrait voir le jour en Wallonie dans le Hainaut pour le bureau d’études et le siège.

L’un des drones qui équipera les futurs chasseurs de mines belges (crédit-photo ECA Group)

Plusieurs équipements de ces nouveaux chasseurs de mines seront fabriqués dans cette usine: le drone sous-marin A18-M, le sonar tracté T18-M, le drone de surface INSPECTOR 125 et les drones d’inspection et de neutralisation de mines Seascan et K-STER, les systèmes de déploiement et de récupération drone-drone ainsi que les équipements de surface. La marine belge mettra en place dans ses chasseurs de mines un concept novateur, appelé à équiper les capacités navires Mine Countermeasures (MCM) d’autres pays dans les années à venir. Le navire n’entrera plus dans la zone à déminer mais enverra des drones autonomes contrôlés à distance. Ces chasseurs de mines mesureront plus de 80 mètres de long et seront capables d’accueillir à leur bord jusqu’à 63 membres d’équipage. Ils seront plus grands que ceux que possèdent actuellement la Composante Marine.

Le consortium français Belgium Naval & Robotics promet la création de 4 milliards d’euros de chiffre d’affaires et de 7.000 emplois en Belgique sur 20 ans. Les retours économiques sont répartis à hauteur de 50% en Flandre, 35% en Wallonie et 15% à Bruxelles. Dans ce but, 39 partenariats avec des entreprises belges ont été signés. La signature de ce contrat avec le port d’Ostende marque une nouvelle étape importante dans l’arrivée des nouveaux chasseurs de mines belges.

Après une phase de design de trois ans, Belgium Naval & Robotics  lancera la phase de production des navires et des systèmes de drones avec une première livraison attendue en 2024. À partir de 2025, des navires seront ensuite livrés en alternance à la Belgique et aux Pays-Bas. La dernière livraison est prévue pour 2030.

Laisser un commentaire