L’Amirauté Benelux à la tête d’un exercice international de lutte contre les mines en mer du Nord

Le Godetia est le navire amiral de la flotte de déminage de l’OTAN (SNMCMG1) depuis juillet 2018 (crédit-photo Jürgen Braekevelt/BE Defence)

L’Amirauté Benelux, état-major commun des marines néerlandaise et belge, est à la tête d’un exercice international de lutte contre les mines « Sandy Coast 2018 » en mer du Nord au large de la Côte belge. « Sandy Coast 2018 » débute aujourd’hui et durera environ une semaine. 

L’exercice Sandy Coast 2018 rassemble 10 navires de lutte contre les mines ainsi que 500 marins pour son exécution et sa gestion. La Composante Marine compte plusieurs navires participants: le Godetia, navire de soutien et actuellement navire amiral de la flotte de déminage de l’OTAN « SNMCMG 1 » ainsi que les chasseurs de mines Bellis et Crocus. L’équipe VSW (very shallow water), qui fait partie de la Mine Warfare Unit du département Opérations de Zeebruges et qui est spécialisée dans la détection d’engins sous-marins en eaux peu profondes, est également présente avec des drones sous-marins Remus.

Deux groupes de tâches ont été définis. L’un est composé uniquement d’unités belges et néerlandaises et l’autre est la flotte de déminage de l’OTAN « SNMCMG 1 », commandée actuellement par le capitaine de frégate belge Peter Ramboer depuis le mois de janvier. L’exercice va se dérouler en quatre phases:  la phase de préparation, la phase de formation à l’amélioration du combat (CET) et à la formation à l’intégration de la force (FIT), la phase tactique opérationnelle avec un scénario inconnu des unités et une dernière partie avec le retrait de l’eau des mines d’entraînement utilisées.

« L’exercice a divers objectifs tels que le renforcement de la coopération internationale, l’augmentation de la capacité de déploiement des unités et l’entraînement à la mise en œuvre des navires par l’état-major. L’objectif principal est de maintenir et, dans la mesure du possible, d’améliorer la disponibilité opérationnelle, afin que les unités puissent réagir rapidement et de manière adéquate à une menace réelle d’un engin explosif sous-marin », a indiqué la Défense dans un communiqué.

Les Marines belge et néerlandaise ont un savoir-faire spécifique dans le domaine de la lutte contre les mines (MCM) avec l’École belgo-néerlandaise de guerre contre les mines d’Ostende et le Mine countermeasure vessels Operational Sea Training (MOST) de Zeebrugges, une unité d’entraînement pour navires de déminage non seulement de la Belgique et des Pays-Bas mais aussi de l’OTAN.

Un commentaire

  1. […] L’Amirauté Benelux (ABNL, l’état-major commun des marines néerlandaise et belge) dirige depuis le 10 septembre un exercice OTAN de lutte contre les mines au large des côtes belges, en mer du Nord. 500 marins et 10 navires de lutte contre les mines prennent part à cet exercice Sandy Coast 2018 qui s’achèvera le 28 septembre(DefenceBelgium). […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.