Trois démineurs belges continueront d’appuyer le SEDAL luxembourgeois durant un an

Trois spécialistes du SEDEE prendront en partie en charge les missions du SEDAL luxembourgeois (crédit-photo Daniel Orban/BE Défense)

Trois membres du service de déminage belge (SEDEE) resteront en appui au Luxembourg durant un an.

Depuis le drame de Waldhof et le décès de deux sous-officiers luxembourgeois du SEDAL, l’adjudant-major Luc Derneden et l’adjudant-chef Mike van de Berg, dans l’explosion d’un obus de la Seconde Guerre mondiale, le service de déminage belge aide le service de déminage luxembourgeois qui est en effectif réduit avec quatre militaires depuis le mois de mars dernier. Fin avril, le gouvernement a officialisé ce soutien pour une durée de sept mois à la demande des autorités luxembourgeoises.

Cette mission se poursuivra en 2020 et a été budgétisée par le gouvernement pour une durée d’un an avec la mise à disposition de trois démineurs belges du SEDEE afin de renforcer provisoirement la capacité de déminage du Luxembourg. Le coût est estimé à 300.000 euros. Cette mission est dans la continuité de ce qui a été décidé par le gouvernement lors du Conseil des ministres du 26 avril. Il s’agit d’un appui offert au Luxembourg, signe de la bonne entente qu’entretiennent les Défenses des deux pays.

Le SEDEE, Service d’Enlèvement et de Destruction d’Engins Explosifs, fêtera ses cent ans d’existence en 2020.

Laisser un commentaire