Un nouveau mode de coopération avec une équipe belgo-néerlandaise pour la maintenance de la frégate Louise-Marie

Militaires belges et néerlandais et civils effectuent la maintenance de la frégate Louise-Marie (crédit-photo NL Defensie)

Un nouveau mode de coopération avec une équipe belgo-néerlandaise pour la maintenance de la frégate Louise-Marie.

Après quatre ans d’opérations, la frégate Louise-Marie est en maintenance à Den Helder pour un an minimum. Les travaux ont commencé au début de l’été. Le dernier numéro du magazine de la Koninklijke Marine met l’accent sur un nouveau concept mis en place. L’Amirauté Benelux a mis en place une équipe de soutien binationale BST (Binational Support Team), composée de 7 officiers et sous-officiers belges, autant pour les Néerlandais, plus 25 civils recrutés via des offres d’emplois. Cette équipe permanente se consacre uniquement à la maintenance. Elle a à sa tête le capitaine-lieutenant néerlandais Peter Vader.

Jusqu’ici, c’est le propre équipage de chaque frégate qui effectuait ces travaux de maintenance. Face à la pénurie de techniciens auxquels sont confrontés les deux marines, l’ABNL a trouvé cette solution de l’équipe BST avec un mélange de militaires et de civils. Le concept est déjà testé avec les chasseurs de mines néerlandais pris en charge par une équipe BST de 11 personnes à Zeebruges. La Marine néerlandaise travaille sur un planning pour étendre le concept à ses patrouilleurs et à ses frégates de défense aérienne et de commandement.

Durant ces longs mois d’entretien, les 175 hommes de la frégate Louise-Marie sont affectés sur d’autres navires de la Composante Marine.

Un commentaire

Laisser un commentaire