La Belgique utilisera la même formule que le contrat CaMo pour l’acquisition de canons Caesar

Avec ce nouvel investissement, l’artillerie belge augmentera sa puissance de feu (crédit-photo bataillon d’Artillerie)

La Belgique utilisera la même formule que le contrat CaMo pour l’acquisition de canons Caesar.

La Vision Stratégique de 2016 du ministre Steven Vandeput mettait l’accent sur l’évolution de l’artillerie actuelle vers une batterie d’appui-feu de précision indirect, à longue portée, équipée de véhicules à roues aérotransportables. « À l’arrivée des nouvelles pièces d’artillerie longue portée, les mortiers 120mm actuellement utilisés par l’artillerie seront réintégrés dans les bataillons de manœuvre », explique le document. Ce petit investissement au regard des autres gros dossiers d’achat a toutefois une enveloppe de 48 millions d’euros pour une livraison à partir de 2027. Il marque une montée en puissance de feu de l’artillerie belge.

En 2018, le général Rudy Debaene, ancien commandant de la DGMR, indiquait que la Belgique regardait du côté de la France et notamment du système d’artillerie Caesar dans ce dossier. En janvier dernier, le général Pierre Gérard, commandant de la Composante Terre, confirmait l’intérêt de la Belgique pour des obusiers Caesar dans ses voeux de début d’année.

Une délégation belge a découvert le système Caesar mi-octobre (crédit-photo 11 RAMa FR)

Le 29 octobre, le Conseil des Ministres a marqué son accord pour le lancement d’un marché public pour l’acquisition d’une artillerie mobile de précision à longue portée « afin de consolider davantage l’ancrage capacitaire des forces terrestres motorisées au sein de la défense européenne », précise le communiqué. Le site du journal L’Echo a indiqué qu’il s’agissait de l’achat de neuf systèmes d’artillerie français à longue portée Caesar de nouvelle génération (NG).

Selon les précisions que nous a fournies la Défense, cette validation du Conseil des Ministres va lui permettre d’entamer officiellement des discussions avec la DGA française (Direction Générale de l’Armement). La ministre Ludivine Dedonder attribuera le contrat sur la base du « devis » fourni par la DGA. La méthode sera la même que pour le contrat CaMo à savoir que la DGA conclura un contrat au nom et pour le compte de la Belgique auprès de Nexter pour l’acquisition du système Caesar NG. Il n’y aura donc pas d’appel d’offres mais un accord de gouvernement à gouvernement.

L’artillerie antiaérienne a disparu en 2017 avant d’être réactivée en 2020 (crédit-photo Daniel Orban/BE Défense)

En octobre 2020, la Composante Terre annonçait également la réactivation de l’artillerie antiaérienne. Le dossier est un peu plus complexe. En commission fin octobre, la ministre Ludivine Dedonder avait indiqué que des formations et des entraînements étaient programmés afin de conserver le savoir-faire au sein de la Défense et de pouvoir opérer rapidement avec d’éventuelles nouvelles capacités. « La France est disposée à aider la Belgique en ce qui concerne la capacité Mistral mais aucune négociation avec des fournisseurs potentiels n’est en cours pour l’instant », a précisé la ministre aux députés. Une autre coopération belgo-française pourrait voir le jour.

Mi-octobre, une délégation belge était accueillie à Canjuers en France par le 11ème régiment d’artillerie de Marine (RAMa), qui s’y trouvait pour un exercice, afin de découvrir le système Caesar.

 

5 commentaires

  1. Les mortiers de 120 mm ne rejoindront pas finalement les bataillons de manœuvre. Ils seront en principe remplacé par des griffons MEPAC et resteront au bataillon d’artillerie

  2. Les Français décidément très heureux que la Belgique commande chez eux ( Griffon, Jaguar) annoncent déjà lors d’une audtion parlementaire qu’on serait partenaires avec eux dans leur projet de développement de leur VBAE ? Il y a même déjà eu des questions posées au parlement Français à ce sujet ? Est ce que quelqu’un est au courant de cette future participation chez nous ?
    http://www.opex360.com/2021/11/09/une-cooperation-franco-belge-pour-le-developpement-du-successeur-vehicule-blinde-leger-se-precise/#comments

  3. En tout et pour tout 9 pièces d’artillerie pour la composante terre. Le concept suranné d’acquisition de minimum suffisant est-il remplacé par un concept d’acquisition « pour ne pas mettre la main » ? A défaut de crédibilité de la Belgique, est-il envisagé une option pour des CAESAR supplémentaires ?

Laisser un commentaire