La Défense belge souhaite faire l’acquisition de 15 hélicoptères légers H145M d’Airbus

Arrivé en 2013, le NH90 TTH n’a été déployé qu’une seule fois en opération au Mali en 2018. Son histoire au sein de la Défense belge aura duré dix ans et a été un échec. (crédit-photo Daniel Orban/BE Defense)

La Défense belge souhaite faire l’acquisition de 15 hélicoptères légers H145M d’Airbus.

La ministre Ludivine Dedonder a lancé officiellement vendredi dernier son plan STAR (Security, Technology, Ambition, Resilience), qui actualise la Vision stratégique de 2016. Selon les informations de la VRT NWS et de Jens Franssen, l’achat de quinze hélicoptères légers H145M d’Airbus serait un dossier déjà bien avancé, marquant la fin des NH90 TTH de la Composante Air. Ces derniers avaient été commandés en juin 2007 et la première livraison était intervenue en 2013. La capacité opérationnelle initiale (IOC) avait été prononcée en 2015. La pleine capacité opérationnelle (FOC), prévue d’abord pour fin 2016, n’aura finalement jamais été atteinte et n’aurait pas dû avoir lieu au mieux avant la fin de cette année. L’hélicoptère n’a été déployé qu’une fois en opération au Mali au sein de la Minusma en 2018. En juin 2020, la Défense a fait le choix de mettre en retrait ces quatre NH90 TTH et de baisser drastiquement leur plan de vol à environ 1.000 heures par an. Les raisons sont des mises à jour et des heures de vol coûteuses, un soutien industriel imparfait et des pénuries de personnel. En principe, ils devaient rester opérationnels au moins jusqu’en 2024.

Avec les H145M, les heures de vol seront largement moins coûteuses. Selon une source proche du dossier toujours cité par VRT NWS, on passerait de 15.000 euros pour une heure de vol à moins de 3.000 euros. L’hélicoptère a l’avantage d’être assez polyvalent et facilement modulable. Il pourra appuyer tant les opérations de la Brigade Motorisée que celles du Special Operations Regiment. Avec un plus grand nombre d’appareils, la Composante Air aura plus de flexibilité pour gérer sa flotte et la maintenance sera simplifiée. Ces quinze H145M remplaceront aussi les A109 Agusta, dont il reste moins d’une vingtaine en service, d’ici 2030.

Voisin de la Belgique, le Luxembourg possède déjà deux hélicoptères H145M d’Airbus (crédit-photo LU Direction de la Défense)

En juillet 2018, le Luxembourg a fait l’acquisition de deux hélicoptères H145M via l’agence de soutien et d’achats de l’OTAN (NSPA). Ils ont été acquis par la Défense pour le compte de l’armée et de la police luxembourgeoises. Ils ont été les premiers appareils de la toute nouvelle Composante Aérienne luxembourgeoise avant l’arrivée de l’A400M. Les appareils ont un double emploi civil et militaire. Ils sont stationnés auprès de la Luxembourg Air Ambulance à l’aéroport de Luxembourg et seront opérés par ses pilotes jusqu’en décembre 2023. L’armée luxembourgeoise devrait ensuite fournir des pilotes. Avec l’acquisition belge, cela pourrait faciliter leur formation. Luxembourg Air Ambulance assure également la maintenance. Les coûts de ce programme capacitaire se chiffrent pour le Luxembourg à 39 millions d’euros, dont environ 24 millions pour l’acquisition en tant que telle et 15 millions pour des contrats de maintenance, la mise à disposition du personnel et les infrastructures.

La Belgique va s’atteler maintenant à revendre ses 4 NH90 TTH et regarde du côté de la France. Avec cet argent, elle pourrait faire l’acquisition d’un cinquième NH90 NFH pour compléter sa flotte réduite de quatre appareils. A cause de sa coopération avec la Marine néerlandaise, la Composante Marine est obligée de continuer à exploiter l’appareil pour les missions de ses frégates.

L’achat de quatre hélicoptères de transport lourds n’a pas encore reçu l’approbation car c’est un dossier complexe à monter de l’achat à son exploitation.

 

Laisser un commentaire