Le bataillon de Chasseurs à Cheval au cœur des attentats du 22 mars à Bruxelles (deuxième partie)

capture d'écran JT RTBF
capture d’écran JT RTBF

Le sergent Paul-Henri, le caporal Johan et le soldat Samuel faisaient partie du peloton de Chasseurs à Cheval (ISTAR) en opération Vigilant Guardian le 22 mars 2016 à l’aéroport de Zaventem à Bruxelles. Témoignages.

Le 22 mars 2016 peu avant 8H du matin, deux explosions simultanées retentissent à l’aéroport de Zaventem à Bruxelles faisant une quinzaine de morts, dont les deux kamikazes, et une centaine de blessés. Les militaires de l’opération Vigilant Guardian, appartenant au bataillon de Chasseurs à Cheval, seront les premiers à arriver sur les lieux et à s’occuper des blessés. Leur action sera déterminante pour sauver des vies. Ils font partie des héros de cette triste journée qui a plongé la Belgique dans le deuil. En toute franchise et simplicité, certains d’entre eux ont accepté de témoigner sur leur action ce jour-là ainsi que leur vécu et leur expérience en tant que militaires. Des témoignages de premier plan.

La deuxième partie de notre focus sera consacrée à l’avant et l’après 22 mars 2016 : préparation à réagir, regard des médias, retour sur le terrain et enseignements à en tirer.

« On n’est jamais préparé à un tel événement »

En prenant leur poste ce matin-là, les militaires du bataillon de Chasseurs à Cheval en opération Vigilant Guardian ne pensaient sans doute pas vivre une telle situation. Ils ont mis en pratique en quelques secondes sans avoir le temps de réfléchir ce qu’ils avaient appris durant leur formation militaire. « Ce jour-là, pour ma part, j’ai vraiment agi machinalement », explique le sergent Paul-Henri qui poursuit : « Lorsque j’étais en train de sortir les blessés, aider mes collègues et chercher d’autres victimes, j’avais l’esprit occupé. » Le caporal Johan nous parle de son ressenti : « J’ai fait ce qui me semblait juste en ne perdant pas de vue que j’étais d’abord là pour sécuriser les lieux, ensuite les choses s’enchaînent. » Le cas du soldat Samuel est différent, lui qui met en avant sa formation de Para Commando : « Mon expérience de sept années passées dans cette unité exigeante mentalement et physiquement m’ont sans aucun doute beaucoup aidé tout comme mes cours de premiers soins. » Le bataillon de Chasseurs à Cheval pouvait d’ailleurs être fier de l’action réalisée par ses militaires ce jour-là. Cette même action a amené le regard des médias dans les jours qui ont suivi.

Sous le projecteur des médias

Le soldat Nathan rencontre Walter Benjamin (capture d'écran RTL-TVI)
Le soldat Nathan rencontre Walter Benjamin (capture d’écran RTL-TVI)

Parmi les témoignages recueillis ce jour-là par la presse belge, celui de Walter Benjamin avait particulièrement ému l’opinion publique. « Ma vie, je la dois à un militaire de l’armée belge que je voudrais remercier. Il est venu vers moi, m’a pris dans ses bras et m’a serré très fort. Il m’a dit « parle-moi, reste avec moi, regarde-moi dans les yeux, ne t’endors pas » », avait-il raconté. Trois semaines plus tard, il rencontrait son sauveur à l’hôpital devant les caméras de RTL-TVI. Un mois après les attentats, la Défense organisait également un point presse pour valoriser l’action des militaires de toutes les unités qui ont agi ce jour-là. À l’époque, le sergent Paul-Henri avait témoigné devant les caméras des différents médias du pays. L’effervescence est retombée aujourd’hui mais qu’importe les militaires du bataillon de Chasseurs à Cheval ne s’en plaignent pas et restent modestes.

« Je n’ai fait que mon devoir de soldat »

Le sergent Paul-Henri témoigne sur BX1 (capture d'écran BX1)
Le sergent Paul-Henri témoigne sur BX1 (capture d’écran BX1)

Le sergent Paul-Henri reste lucide sur l’actualité médiatique qui passe et continuellement volatile : « Il n’y a pas eu de changement dans mon quotidien. Qui se souvient d’un visage apparaissant une fois vingt secondes au JT ? », ajoutant « Les militaires ne sont pas là pour la gloire mais pour protéger la nation. » Même ton modeste chez le soldat Samuel, qui n’a pas spécialement ressenti d’effervescence médiatique : « J’ai fait tout ce que j’ai pu ce jour-là car il le fallait. Je pense avoir fait mon devoir. » Il préfère parler d’autres héros et de sa fierté d’avoir servi dans le bataillon ISTAR : « La presse a parlé de ce qui s’est passé en général, pas de tous les héros que j’ai vu ce jour-là. J’ai vu des gens se surpasser pour aider les autres. Je suis fier d’avoir été avec ce peloton du bataillon où j’avais été déployé en renfort. » Il confie même avoir gardé de très bons contacts avec ces collègues néerlandophones du bataillon, des liens indéfectibles entre frères d’armes noués lors d’événements tragiques. Pour sa part, le caporal Johan a toujours voulu rester anonyme mais regrette la couverture médiatique parfois trop répétitive pour certaines choses même s’il confirme qu’elle a été positive pour l’armée tout comme c’est le cas pour l’opération Vigilant Guardian qui a pris une nouvelle tournure après les attentats.

De retour sur le terrain en opération Vigilant Guardian

L’expression est du soldat Samuel : « Quand on tombe de cheval, il faut y remonter le plus vite possible. » Pas de demande de traitement de faveur ou de repos particulier, les militaires du bataillon de Chasseurs à Cheval sont de retour sur le terrain deux jours après. « Dans un premier temps, j’étais très, trop attentif. C’est très fatigant. Et les bruits violents me faisaient sursauter. Mais ça m’est passé, la vie continue. J’ai tiré beaucoup de leçons de cette épreuve », explique le soldat Samuel. Pas de changement particulier pour le caporal Johan : « Je ressens la même chose qu’avant que tout cela se soit produit. Je reste sur mes gardes un peu plus parano qu’avant. » Mais tous soulignent l’inventivité du terrorisme d’aujourd’hui : « Maintenant je sais comment j’ai réagi pour cette situation-là mais on n’a jamais deux fois le même scénario…qui sait quel sera le prochain ? », raconte le sergent Paul-Henri, qui confie avoir eu au mois de juin dernier une crise d’angoisse comme civil en vacances à l’aéroport de Zaventem au moment de l’enregistrement des bagages. « Lorsque je suis passé par la suite dans le cadre de l’opération Vigilant Guardian, je n’ai plus rien éprouvé. Le fait d’être en service nous fait changer pas mal notre comportement », poursuit-il, une façon de rappeler qu’un militaire reste un humain mais qu’il répondra toujours présent pour faire son devoir de militaire. Cela ne peut que forcer le respect.

Un militaire du bataillon de Chasseurs à Cheval en opération Vigilant Guardian à Bruxelles en juillet 2016 (photo bataillon ISTAR-IPR)
Un militaire du bataillon de Chasseurs à Cheval en opération Vigilant Guardian à Bruxelles en juillet 2016 (photo bataillon ISTAR-IPR)

« Même si le déploiement dans les rues de nos cités n’aura malheureusement pas permis d’éviter les attentats, cette opération se sera malgré tout révélée utile. Un temps précieux a pu être gagné et des vies humaines ont été sauvées grâce aux réactions immédiates de notre personnel et des secouristes militaires », écrivait la Défense dans son Dbriefing des attentats du 22 mars. Dans le dernier numéro de la Revue Militaire Belge, le commandant de la Composante Médicale, le Médecin Général-major Pierre Neirinckx a encore appuyé ces propos : « Il est cependant remarquable de noter que les premiers gestes qui ont sauvé des vies ce 22 mars, sont principalement dus aux réflexes de nos militaires qui patrouillaient ce jour-là. » Depuis la Défense organise des cours de premiers soins à d’autres institutions comme les pompiers pour partager son expérience. Des militaires présents ce jour-là, le soldat Samuel a suivi par la suite un cours de six semaines de secourisme militaire, assez poussé en premiers soins, pour être mieux préparé. Il y aura un avant et un après 22 mars 2016 pour tous ces militaires et pour l’armée belge dans son ensemble.

À environ un mois du premier anniversaire de ces tristes attentats, le blog À l’Avant-Garde voulait rendre hommage à sa façon à ces militaires du bataillon de Chasseurs à Cheval, anonymes ou pas, qui ont sauvé des vies grâce à leur action déterminante dans une situation exceptionnelle inédite. Merci aux militaires qui se sont confiés et au service de presse de la Défense qui a spontanément collaboré au projet, permettant sa réalisation.

 

2 commentaires

  1. Le sergent Paul-Henri, le caporal Johan et le soldat Samuel???? Il n’y a pas là une erreur? Ce ne serait pas plutôt le Maréchal des Logis Paul-Henri, le Brigadier Johan et le Cavalier Samuel?

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s