Le Special Operations Regiment s’est préparé à ses nouvelles missions à Otterburn

Un sniper du SOR en exercice à Otterburn en novembre 2018 (crédit-photo BE Defense)

Du 4 au 14 novembre, environ 550 militaires belges dont une grande majorité provenait du nouveau Special Operations Regiment étaient à Otterburn en Ecosse pour une période d’entraînement.

Nouvelle unité de l’armée belge, le Special Operations Regiment (SOR) a vu le jour en juillet dernier avec une réorganisation interne et la disparition de la brigade Légère. Son commandant le colonel Vincent Descheemaeker expliquait à l’époque que les structures internes étaient en cours de modification et que  chaque unité bénéficierait d’une réorientation spécifique visant à effectuer des opérations spéciales. Le SOR était déployé en Ecosse pour une période d’entraînement après l’exercice Storm Tide qui avait eu lieu en septembre dernier.

Les para-commandos du 2 Bataillon de Commandos et du 3 Bataillon de Parachutistes étaient la colonne vertébrale de cet exercice. Autre unité du nouveau SOR, le 6 groupe CIS (Systèmes de Communication et d’Information) faisait partie de l’appui aux côtés du Bataillon d’Artillerie, du 1 Wing et du 29 Bataillon Logistique. La 14ème compagnie du 11 Bataillon Génie était aussi présente.

Transport d’une pièce d’artillerie par un NH-90 durant l’entraînement du SOR à Otterburn (crédit-photo BE Defense)

Les militaires belges se sont entraînés aux procédés de combat spécifiques aux opérations spéciales notamment la progression en terrain difficile en réagissant au contact ennemi et à l’interopérabilité avec les unités du Génie et Artillerie à capacité para-commando. Ils ont également testé et passé des certifications en réalisant un rappel à partir d’un NH-90 avant le prochain retrait du Sea-King à la fin de l’année. En plus l’exercice avait un côté médical avec l’entraînement aux différents soins à apporter aux blessures de combat et évacuation médicale en Agusta 109. Le SOR a également reçu la visite de l’amiral Michel Hofman, vice-chef de la Défense. Durant cette visite, le tir de deux missiles antichars Spike a eu lieu.

Le but de cet exercice était de maintenir les capacités spécifiques des unités para-commandos en adéquation avec les missions spéciales qui leur sont dédiées. Après son instauration officielle, le SOR doit maintenant devenir pleinement opérationnelle alors qu’un déploiement en Afghanistan se profile pour septembre 2019. Les contours de cette mission sont en discussion avec les différents partenaires. « Le Special Operations Regiment doit, comme le para-commando, devenir une marque de fabrique mondiale. Nous pourrons, de cette manière, également gagner la confiance d’autres pays afin qu’ils collaborent encore davantage avec nous », expliquait l’adjudant-major Bloemen, nouvel adjudant de corps du SOR, au magazine en ligne Belgian Army. 

Autre unité du nouveau SOR, le Special Forces Group n’a pas participé à cet entraînement. Comme nous l’a précisé le service de presse de la Défense, les Forces Spéciales gardent leurs missions particulières pour lesquelles elles peuvent être appuyées par les autres unités para-commandos comme Special Forces Support Group (SFSG) pour renforcer leur exécution. Un entraînement commun n’est donc pas au programme.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.