Le commandement des opérations spéciales de l’OTAN se prépare à atteindre sa pleine capacité opérationnelle en 2021

Le C-SOCC s’est réuni pour la première fois afin de se préparer à être pleinement opérationnel en 2021 (crédit-photo DK Forsvaret)

Le commandement des opérations spéciales de l’OTAN (C-SOCC) se prépare à atteindre sa pleine capacité opérationnelle en 2021.

En juin 2018, la Belgique, les Pays-Bas et le Danemark ont signé pour la création d’un Composite Special Operations Component Command (C-SOCC). Ce nouveau commandement doit permettre à l’OTAN d’avoir une capacité de forces spéciales pour ses opérations, un domaine en pénurie jusqu’ici au sein de l’OTAN face à une demande croissante. Il ne sera pas permanent mais se formera en cas d’opération (ou d’entraînement). Il participera à la force de réaction de l’OTAN visant à soutenir les opérations de l’OTAN ainsi que les missions internationales. Le C-SOCC gérera jusqu’à six groupes de travail des opérations spéciales et un groupe de travail aérien spécial.

Ce projet de création de ce QG des Forces Spéciales a nécessité des transformations au sein des armées partenaires dans le but de disposer d’une capacité SOF d’environ 1300 hommes. En juillet 2018, la Composante Terre belge a créé un Special Operations Regiment, qui rassemble les unités para-commandos et le Special Forces Group. De son côté, l’armée néerlandaise s’est dotée d’un commandement des opérations spéciales (SOCOM) afin de coordonner la capacité SOF néerlandaise dans son ensemble.

Dans un premier temps, le C-SOCC est commandé par le général danois Peter Boysen. Les Pays-Bas visent également à terme de prendre sa tête. Les pays-partenaires du projet se sont réunis la semaine dernière à Aalborg au Danemark pour lancer officiellement le quartier-général. « Avec cette conférence, les pays qui font partie du siège se sont réunis pour la première fois. De cette façon, nous obtenons une compréhension commune de la progression des travaux et de ce qui est encore nécessaire pour déployer le quartier général dans le contexte de l’OTAN », a expliqué le général Peter Boysen à l’occasion. Le C-SOCC participera à une série d’exercices en 2020 afin de se certifier. En 2021, il devrait être pleinement opérationnel en intégrant la Force de réaction de l’OTAN (NRF).

Le Composite Special Operations Component Command comptera 125 personnes, dont 41 militaires belges. Les Néerlandais fourniront également un soutien aux opérations des forces spéciales, comme des unités d’hélicoptères spécifiquement entraînées et équipées.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.