L’amiral de division Yves Dupont prend la tête de l’Ecole Royale Militaire

L’amiral de division Yves Dupont est le nouveau commandant de l’Ecole Royale Militaire (crédit-photo ERM)

L’amiral de division Yves Dupont prend la tête de l’Ecole Royale Militaire. 

L’amiral de division Yves Dupont a succédé hier au général-major d’aviation Lutgardis Claes à la tête de l’Ecole Royale Militaire. Il y a commencé sa carrière militaire en 1983. De 2000 à 2009, il a la charge de la modernisation des chasseurs de mines. Entre mars 2009 et juin 2011, il est en charge de l’appui technique direct, de la maintenance et de l’appui logistique de la flotte de la marine belge en tant que directeur de NAVLOG. Il est ensuite nommé chef d’état-major et directeur adjoint de la direction de l’appui opérationnel de la Marine. Entre juin 2013 à septembre 2014, il exerce la fonction de directeur de l’appui opérationnel. Jusqu’à fin mars 2017, il est chef de la section navale de la DGMR avant de prendre la tête de la division « Systèmes » de la DGMR. L’amiral de division Yves Dupont est aussi actuellement le représentant belge au Agency Supervisory Board de l’OTAN, poste qu’il quittera d’ici la fin 2020.

Après une carrière militaire de 42 ans, le général-major d’aviation Lutgardis Claes partira à la pension à la fin de l’année. Elle avait été la première femme à prendre la tête de cette prestigieuse école, qui forme les officiers belges et luxembourgeois, le 18 mai 2017. « Lorsque, le 16 octobre 1978, les nouvelles promotions ont été incorporées à l’ERM, le commandant de l’École de l’époque a fait part de ses réflexions du moment : “Des filles…pour faire quoi ?” Il s’est ensuite mis à énumérer les restrictions légales, statutaires et traditionnelles qui allaient entièrement à l’encontre de la volonté de recruter des femmes officiers, de les former et de leur proposer une carrière à part entière. Depuis lors, ces limitations ont été systématiquement supprimées par le législateur et l’État-major de la Défense, si bien qu’aujourd’hui, chaque homme ou chaque femme a toutes les chances de s’épanouir dans sa vie de militaire. Le même commandant de l’École conclut, à l’époque, son discours par : “Quoi qu’il en soit, le futur des demoiselles élèves officiers, tout comme celui de leurs camarades masculins, sera celui qu’ils et elles façonneront par leur propre travail, leur passion et leur volonté. Je ne doute pas de leur persévérance et je suis personnellement convaincu qu’un jour une femme officier général occupera la fonction passionnante qui m’a été confiée.” Comme j’aurais aimé lui dire personnellement, en mai 2017, lors de mon investiture, que sa prédiction s’était réalisée », a-t-elle écrit dans son mot d’adieu.

En raison de la pandémie Covid-19, la cérémonie militaire d’investiture du nouveau commandant de l’ERM s’est tenue de façon restreinte et très confidentielle loin de son faste habituel. Elle s’est faite en présence du chef de la DG HR ,le lieutenant-général Jan Hennes, lui aussi sur le départ d’ici la fin de l’année, du chef de la Défense, l’amiral Michel Hofman ainsi qu’une délégation limitée du personnel de l’ERM.

Un commentaire

Laisser un commentaire