Le Luxembourg espère se doter d’un hôpital militaire pour 2028

L’armée luxembourgeoise a été mobilisée durant la pandémie Covid-19 (crédit-photo LU Arméi)

Le Luxembourg espère se doter d’un hôpital militaire pour 2028.

Le document présentant les « Lignes directrices de la défense luxembourgeoise 2025+ » ouvrait la voie à un projet d’hôpital militaire, pouvant servir à la fois à soutenir l’OTAN et le réseau hospitalier civil luxembourgeois en cas de crise sanitaire majeure ou d’attentats terroristes. L’idée a fait son chemin en 2015 et 2016 lors de la vague d’attentats qui ont touché l’Europe et plus particulièrement la France et la Belgique. « Le projet reposait sur un double constat: d’une part, la demande de l’OTAN en besoin de médecine militaire, et donc la possibilité d’augmenter «l’effort de défense» du Luxembourg, d’autre part la volonté d’améliorer les capacités nationales de prise en charge médicale en cas d’incidents majeurs », expliquait le ministre de la Défense François Bausch dans une réponse écrite en septembre dernier.

Le processus a été entamé en 2017 quand le Conseil des gouverneurs a validé l’idée d’un concept global pour le «Projet de médecine militaire et de médecine de catastrophe». En 2018, le projet du Centre Hospitalier Emile Mayrisch (CHEM) d’Esch, dont la construction a débuté en décembre 2019, a été sélectionné comme partenaire privilégié de la Défense pour le développer. Le 8 juillet 2019, la Direction de la Défense et le CHEM ont signé un accord de coopération pour sa mise en œuvre. Le 23 juillet 2020, le gouvernement a donné son accord pour que l’armée commande une étude sur sa faisabilité. Un groupe interministériel en collaboration avec l’Université du Luxembourg et l’Association Médecins- Médecins dentistes (AMMD) est en train de rédiger le cahier des charges pour sélectionner les experts qui la réaliseront.

Le Rôle 1 luxembourgeois doit atteindre sa pleine capacité opérationnelle en 2023 (crédit-photo LU Arméi)

Le projet a fait hier l’objet d’une présentation officielle en commission à la Chambre par le ministre de la Défense François Bausch à la demande de députés. Selon le ministre, l’idée serait de déployer cet hôpital militaire en cas de crise sanitaire, civile ou militaire (pandémies, attaques terroristes etc.). Le reste du temps, l’hôpital serait utilisé en tant que pôle de recherche et centre de formation (médecine de catastrophe etc.). Cette nouvelle entité militaire serait reliée au CHEM par un tunnel souterrain. Pour le ministre François Bausch, le scénario optimal serait d’adopter le projet de loi de financement avant l’été 2023 afin que la construction de cette nouvelle entité soit achevée en 2028. Les coûts de sa construction feront partie des dépenses de Défense du Luxembourg.

Actuellement, l’armée luxembourgeoise met en place une capacité de type Rôle 1 avec l’aide de ses voisins du Benelux. Elle vise une pleine capacité opérationnelle en 2023.

3 commentaires

Laisser un commentaire