Le Protected Recovery Vehicle se dévoile lors du défilé du 21 juillet

Le Protected Recovery Vehicle a été présenté au public pour la première fois lors du défilé du 21 juillet (crédit-photo Facebook Military Command Brussels Capital Area)

Le Protected Recovery Vehicle se dévoile lors du défilé du 21 juillet.

Invisible ou presque mais bien là. Un exemplaire du nouveau véhicule de dépannage de la Défense belge a bien défilé sur la Place des Palais le 21 juillet dernier. La RTBF n’en aura malheureusement pas offert de belles images alors qu’il s’agissait de la grande nouveauté de cette édition, malheureusement restreinte, de ce défilé.

Avec des tests effectués en France et en Belgique depuis le début de l’année 2021, et une formation du personnel qui a débuté en mai, la Belgique est presque prête à recevoir ses nouveaux véhicules de dépannage. Les livraisons débuteront à la fin de l’année 2021 et se termineront en 2022. Deux versions sont attendues: le Protected Recovery Vehicle (PRBV) et le Combat Recovery Vehicle (CRV). Ces deux versions sont basées sur le même châssis, à savoir le Mercedes 8×8 AROCS, mais diffèrent quelque peu.

Le PRV, baptisé Aurus, est attendu en 13 exemplaires tandis que le CRV, baptisé Taurus, en 15 exemplaires. Ces deux véhicules disposent d’un kit complet de désincarcération, d’un treuil de récupération lourd et d’une barre de remorquage. La différence entre les deux versions tient dans le fait que le PRV dispose d’une grue avec deux treuils capables de hisser un Dingo ou un véhicule de 8 tonnes. Le CRV ne dispose pas de grue mais bien de davantage d’espace de stockage pour des outils ou des pièces de rechange. Les CRV pèseront 30 tonnes et les PRV 35.

Le Protected Recovery Vehicle sera équipé du système ROSY de Rheinmetall (capture d’écran RTBF)

La différence majeure avec le matériel jusque-là en service tient dans la protection du véhicule et de l’équipage. La cabine offre le même degré de protection qu’un Dingo 2, y compris NRBC. Pour son auto-défense, les PRV et CRV sont équipés d’un tourelleau téléopéré FN deFNder Light équipé d’une mitrailleuse de 7,62mm. Les véhicules sont également dotés du système ROSY, développé par l’entreprise allemande Rheinmetall. Ce système offre une protection à 360° en déployant un écran de fumigènes protégeant le véhicule, tant en mouvement qu’à l’arrêt, contre la menace que représente les missiles guidés par TV, EO, IR, IIR, laser et SACLOS.

Les 28 PRV/CRV vont remplacer les 30 Renault Kerax en service depuis une vingtaine d’année en Belgique. Le duo sera en mesure de récupérer tous les véhicules actuels et futurs de la Défense.

La ministre de la Défense avait récemment déclaré dans une réponse à une question d’un député au sujet de l’état du parc belge en moyen de dépannage que : « Un véhicule chenillé en tant que moyen de dépannage n’est nécessaire que pour le dépannage d’un autre véhicule chenillé. Pour le dépannage des véhicules à roues, un véhicule à chenilles est un nice-to-have, mais pas une nécessité ». Cette affirmation peut être remise en cause par l’incident qui s’était déroulé à Bergen (Allemagne) au cours duquel un Piranha belge avait dû être secouru par un Leopard Buffel allemand car seul un véhicule chenillé était capable d’accomplir cette mission.

Laisser un commentaire