Les forces spéciales belges n’ont pas pu participer à l’exercice Flintlock

A cause de l’annulation du pays hôte le Sénégal, le Special Forces Group n’est pas présent cette année pour l’exercice Flintlock (crédit-photo SF Gp)

Les forces spéciales belges n’ont pas pu participer à l’exercice Flintlock.

Depuis 2005, l’US Africa Command organise un exercice international en Afrique dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, appelé Flintlock. C’est le plus important et le plus grand exercice annuel des opérations spéciales en Afrique qui a pour but de renforcer la capacité Counter Terrorism (CT) des pays partenaires africains.

La Belgique fait partie des pays partenaires occidentaux qui sont régulièrement présents avec un détachement d’une vingtaine de forces spéciales. Lors de la présentation de la note de politique générale pour 2022, le commandant Kristof Van Belleghem, directeur des opérations militaires au sein du cabinet de la ministre de la Défense Ludivine Dedonder avait évoqué cette participation. « La Défense poursuit, en étroite collaboration avec l’Allemagne, le partenariat avec les forces spéciales nigériennes dans le cadre de l’exercice Flintlock », avait-il indiqué.

Malheureusement cette participation a été annulée à cause du pays hôte de l’exercice, le Sénégal. « En consultation avec nos partenaires sénégalais, il a été déterminé que nous sommes collectivement incapables de soutenir les activités de l’exercice là-bas en ce moment », explique un communiqué de l’U.S. Africa Command. Du coup, l’exercice se tient du 15 au 28 février en Côte d’Ivoire avec des effectifs réduits. Il rassemble environ 400 militaires du Cameroun, de la Côte d’Ivoire, du Ghana, du Niger, du Canada, des États-Unis, de la France, de la Norvège, des Pays-Bas et du Royaume-Uni. En 2021, l’exercice n’a pas pu avoir lieu à cause de la pandémie. La dernière édition de 2020 avait accueilli environ 1.600 militaires de plus d’une trentaine de pays participants dont la Belgique.

L’exercice Flintlock permet à la Défense belge de développer son réseau multinational et de le renforcer, d’élargir l’expérience africaine et de faire de l’assistance militaire, l’une des trois tâches principales du Special Forces Group.

Un commentaire

Laisser un commentaire