Le contrat du F-35 signé en catimini en octobre dernier

Contrairement à ce que nous écrivions hier, l’accord d’Etat entre la Belgique et les Etats-Unis a bien été signé en octobre dernier mais sans communication. Correction et précisions.

Une erreur s’est glissée dans notre article d’hier bien malgré nous cependant. Faisant un point sur les conséquences de la crise gouvernementale sur la Défense, nous écrivions que l’accord sur le F-35 n’était pas finalisé. A l’Avant-Garde n’était pas le seul site à parler de cet état de fait. Le non-moins sérieux site de la RTBF n’écrivait pas autre chose: « Le feuilleton du remplacement des F-16 a connu son épilogue, la Belgique achètera bien les F-35 américains. Mais si la décision est officielle depuis fin octobre, il faut encore négocier avec le vendeur, Lockheed Martin… et ça c’est un gouvernement en plein exercice qui doit le faire », pouvait-on lire. Faux aussi donc.

En réponse à notre article sur Twitter, le colonel Harold Van Pee, celui qui a piloté le dossier du remplacement du F-16 en dirigeant l’équipe ACCaP chargée d’évaluer les offres, infirmait ce que nous écrivions. La Belgique et les Etats-Unis ont signé un memorandum of understanding puis le contrat dans la foulée le 26 octobre ainsi que l’accord avec Loockhed Martin, nous a-t-il indiqué. Surprise puisque ces signatures se sont faites sans un minimum de publicité et aucune communication officielle. Pas de photos de poignées de main devant des drapeaux. Rien. Nous avons cherché à plusieurs endroits. Le communiqué du 25 octobre écrivait ceci:« Le ministre Vandeput signera un accord entre Etats avec les États-Unis au nom de notre pays » sans toutefois indiquer une date. Il aurait été simple de dire demain au vu du laps de temps pour le lendemain. C’est d’autant plus surprenant que la signature avec la France pour le contrat des blindés a fait l’objet d’une communication a minima mais communication quand même. En revanche, rien pour le F-35, laissant sous-entendre ainsi que l’accord n’était pas signé.

Pourtant le remplacement du F-16 est un dossier extrêmement important qui a beaucoup occupé l’espace médiatique pendant plusieurs mois, peut-être trop au goût de certains. Tout s’est donc accéléré dans le final avec la décision puis la signature. Pris face à la polémique, les principaux acteurs du dossier se sont plus concentrés sur l’explication du choix en oubliant de le formaliser purement et simplement. C’est dommageable évidemment car le dossier aurait mérité un autre débat plus sérieux et une autre communication qu’une signature en catimini. Durant les derniers temps de son mandat, le ministre Steven Vandeput ne communiquait pratiquement plus. Son dernier acte aura été un très long communiqué pour expliquer en détails le choix du gouvernement sur les différents investissements. Son départ a été annoncé via son parti un peu dans la précipitation alors qu’il devait rester en poste jusqu’en janvier. Une communication désordonnée sur la fin à l’image d’un ministre pressé de passer à autre chose.

Deux contrats ayant été formalisés et signés, il ne reste donc plus que celui des chasseurs de mines dont il est cette fois-ci certain qu’une décision n’a pas encore été prise. Un dossier qui engage la Belgique auprès des Pays-Bas.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.