F-35 en Belgique: l’éternel et impossible débat

Le dossier du remplacement des F-16 a été l’occasion d’une longue séquence polémique politico-militaire (crédit-photo Composante Air)

F-35 en Belgique: l’éternel et impossible débat.

Une procédure de marché public qui n’a pas été un long fleuve tranquille

Quatre ans après la signature du contrat du F-35, le débat n’est toujours pas terminé. Le dossier du remplacement des F-16 était une grenade dégoupillée pour n’importe quel ministre de la Défense. Quelque soit le choix, l’achat était controversé dès le départ à cause de l’ampleur du montant. La plus forte opposition est venue des écologistes et des socialistes. Entre la publication de l’appel d’offres en mars 2017 et le choix du candidat et la signature du contrat en octobre 2018, tout n’a pas été un long fleuve tranquille. On ne reviendra pas sur le triste épisode du « F-16 gate » qui n’aurait jamais dû exister et qui a surtout prouvé une méconnaissance du domaine de la Défense de la part des militaires, ce qui explique que le président du s.pa (aujourd’hui Vooruit) de l’époque, Johan Crombez, s’est fait facilement piéger par des faux mails. Alléchée par l’idée d’un scandale militaire, la presse n’a peut-être pas eu le meilleur traitement. Avec l’oeil d’aujourd’hui et la guerre en Ukraine, la prolongation des F-16 de quelques années paraît une ineptie qui aurait mis la Belgique encore plus en porte-à-faux avec les autres pays de l’OTAN. La Composante Air a d’ailleurs annoncé en janvier le retrait du service d’un F-16, qui atteindra les 8.000 heures de vol et le fameux seuil qui était contesté lors du débat d’avril 2018. On en viendrait aussi à oublier que le gouvernement belge a attendu la date butoir de l’appel d’offres pour annoncer son choix.

Le contrat pour le F-35 est le seul des quatre contrats de grands achats qui s’est fait sans photo et dans la discrétion

Une communication de la Défense parfois inopportune

Sur le sujet, la communication de la Défense a souvent été inopportune et à contre-temps, laissant la porte ouverte à toutes les interprétations comme celle que les dés étaient pipés dès le départ. La faute en revient aussi au ministère, qui n’a même pas communiqué sur la signature du contrat qui s’est faite en toute discrétion de quoi alimenter les rumeurs. « Au niveau du contenu, je suis convaincu que nos spécialistes sont parfaitement à même de (re)placer dans leur contexte les documents rendus publics concernant l’usure métallique de nos F-16 et d’en donner la signification exacte ainsi qu’un éclairage sur leur valeur factuelle. Ces éléments sont d’une nature tellement technique qu’il faudra apporter certaines nuances au débat », commentait en interne le général Marc Compernol, chef de la Défense, à l’époque du « F-16 gate ». Les explications ont eu lieu lors de plusieurs séances de la commission de la Défense mais c’était trop tard. Pas sûr d’ailleurs qu’elles aient convaincu à l’époque d’autant plus qu’un autre militaire, le colonel Rudi Decrop présenté comme le colonel X par la presse et lanceur d’alerte, était à l’origine du « scandale ». Encore plus récemment sur le montant des infrastructures qui a doublé, la Défense a laissé dire dans la presse sans réagir.

Les investissements pour les infrastructures, qui accueilleront les F-35, ont aussi été l’occasion de critiques sur l’achat (crédit-photo Consortium)

Les polémiques n’ont jamais cessé

On aurait pu croire que les polémiques s’éteindraient avec la signature du contrat mais elles ont juste changé de cible. Ce sont désormais les retours sur investissements qui sont scrutés, nuisances sonores, recherche du moindre surcoût pour montrer que c’était le mauvais choix. Et qu’importe si les mêmes questions auraient pu se poser avec le Rafale. Une certaine presse française spécialiste ne semble toujours pas digérer la « défaite » et s’empresse de relayer la moindre nouvelle négative sur le sujet. A l’époque, une partie des analystes français reconnaissait que la France n’avait pas géré au mieux l’appel d’offres en choisissant d’en sortir pour proposer une offre de partenariat d’état à état. Désormais, on parle de « coûts cachés » du F-35, comme cet article du Vif de décembre 2022 qui mélange un peu tout. Les autres grands dossiers d’achats sont bizarrement moins critiqués alors que le contrat CaMo entraîne aussi des frais indus et que les retours industriels ont aussi été compliqués. C’est sans compter le retard de l’A400M et le coût d’exploitation trop cher pour le NH90. Une partie de la classe politique ne lâche pas l’affaire. Les socialistes et les écologistes sont aujourd’hui plus discrets puisqu’ils se trouvent désormais dans la majorité et que la ministre de la Défense est socialiste. Le MR continue de défendre son choix. Le député Georges Dallemagne (Les Engagés) reste le plus farouche opposant à l’arrivée de l’appareil, alimenté parfois par des comptes Twitter peu fiables et avec un biais très anti-F-35.

Certains penchaient pour une coopération plus poussée avec l’Armée de l’Air française. Ici un F-16 belge accompagné de Mirage français en Estonie (crédit-photo Composante Air)

Un débat aussi entre experts

Le débat continue aussi entre experts du comité stratégique, qui ont planché sur un rapport qui a posé les bases du plan STAR, sur Twitter. Alexander Mattelaer, directeur adjoint de l’Institut Egmont, parle ainsi d’ « un réflexe gaulliste à propos du F-35 » en réagissant à une interview de Joseph Henrotin, rédacteur en chef de la revue Défense & Sécurité Internationale et docteur en science politique de l’ULB, sur le plan STAR dans L’Echo au début du mois de janvier. « Evidemment on peut constater que même après la mise en œuvre du plan-STAR (!), la capacité F16/F35 reste l’atout principale de la Belgique dans la défense collective, et chaque autre option remplacerait une dépendance par une autre (aussi structurelle et pas forcément plus fiable.) », écrit-il. « Toutes les dépendances ne se valent pas. Il y a toujours plus de leviers d’action lorsque l’on est partie prenante d’un programme avec des Européens avec qui nous sommes dans le même bateau que lorsque l’on subit des choix faits de l’autre côté de l’Atlantique… », lui a répondu Joseph Henrotin. « A mon avis c’est une opposition assez artificielle, et pas parce que tout est bien aux Etats-Unis, mais parce qu’il y des risques aussi réelles en Europe. C’est pour cette raison que la Belgique poursuit une stratégie de diversification de ses dépendances UE/OTAN, NL-FR-DE-UK-US etc. Et au niveau de la stratégie nucléaire la France ne veut/peut pas remplacer les Etats-Unis comme garant ultime. Pour notre position belge au sein de l’alliance, ça compte pour beaucoup », lui a rétorqué Alexandre Mattelaer. Au-delà des chiffres et des polémiques de scandales qui ont trop longtemps retenu l’attention, c’était surtout ce débat qui était légitime et le plus intéressant dans le cadre du remplacement du F-16 mais il n’a jamais été véritablement traité en profondeur.

Aux Pays-Bas, le F-35 a déjà connu un premier déploiement en Bulgarie en 2022 et sera à nouveau déployé en 2023 en Pologne (crédit-photo NL Defensie)

Le F-35, un appareil qui cristallise les passions

Par son histoire ainsi que ses déboires dans le développement, le F-35 continue de cristalliser les passions tant de la part de ses détracteurs que de la part de ses défenseurs inconditionnels et d’alimenter les fantasmes. Il ne fera jamais l’unanimité ou consensus surtout en France. La Belgique n’y échappe pas. Pour ceux qui veulent prendre de la hauteur, il est difficile de se faire une véritable opinion objective au milieu de ce déchaînement de passions. Ailleurs en Europe, il engrange les marchés. Sur sa chaîne YouTube, l’ancien pilote de chasse franco-canadien, Pierre-Henri Chuet « Até », parlait récemment d’un succès commercial équivalent à celui du F-16. Sur Twitter le général-major Harold Van Pee, qui a été responsable du dossier d’achat du remplacement des F-16 et qui est aujourd’hui commandant du centre d’opérations aériennes combinées (CAOC) de l’OTAN, est un des seuls qui défend le choix du F-35 en apportant des corrections et des explications à chaque nouvelle information sur le sujet mais il n’est sans doute pas assez lu et relayé dans la presse. Ce n’est pas surprenant quand on sait que sa probité avait été mise en cause, que des députés avaient réclamé des sanctions à son égard et qu’il avait été un temps écarté de ses fonctions lors du « F-16 gate » entre mars et avril 2018.

En 2023, la Belgique recevra son premier F-35. Il devrait se poser sur le sol belge en 2025. Loin des polémiques, le programme continue de suivre son cours au sein de la Composante Air. Aux Pays-Bas, il a déjà remplacé le F-16 et la Luchtmacht connaît ses premiers déploiements opérationnels avec cet appareil. Pour autant, le débat semble toujours sans fin notamment sur la question des retours économiques en grande partie et de la dépendance américaine dans une moindre mesure. On devrait surtout ouvrir le débat sur le successeur du F-35 au risque de voir la Belgique encore une fois à l’écart de tous programmes avec les conséquences que cela implique pour son industrie militaire.

16 commentaires

  1. Bonjour à tous,

    La Belgique, pays des débats éternels et des décisions de dernières minutes, décisions qui s’avèrent parfois mauvaises d’ailleurs?
    La question malheureusement ne se pose plus. Les exemples se multiplient et j’assiste à ce triste spectacle depuis que j’ai l’âge de raison (7 ans).
    Voici une liste non exhaustive :

    1) achat des F-16 : débats interminables dans les années 70 : problèmes de fric et F-16 dit peu fiables à l’époque puis reconnus comme finalement bons.
    2) Achat des F-35 : rebelote même problèmatique : peu de fric même pour l’achat d’un nombre échantillonnaire et insufisant de F-35 (34).
    3) armement des drones Reaper : on est pas sorti de l’auberge (voir mes commentaires du 16/11)
    4) décision de non collaboration vis-à-vis d’un de nos plus précieux alliés pour la livraison de matétiel pour l’entretien d’armes nucléaires (le Royaume-Uni qui est entré en guerre à nos côtés en 14-18 pour défendre la neutralité de la Belgique qu’il avait garanti lors de l’indépendance).Bravo pour la gratitude.
    Y a-t-il ce genre de problème aux Pays-Bas?Y a-t-il encore un sens de l’honneur dans ce pays?
    On envoie nos lycéens visiter Dachau pour entretenir un devoir de mémoire mais ne faudait-il pas y envoyer en premier lieu et de toute urgence nos politiciens.

    Comme je l’ai déjà dit , la Défense est un terrain où l’inefficacité de notre système politique peut s’exprimer au grand jour mais ce n’est pas le seul où il y a des manquements.

    L’imbroglio des réacteurs nucléaires a donné l’occasion à nos politiciens de s’illuster dans le mauvais sens.
    Débat débuté en 2004. Après 19 ans de non décision et de débats interminables , on arrive à un accord global mais partiel (oxymore) (problèmes des traitement des déchets toujours en suspens). La décision de dernière minute de prolonger deux réacteurs à mis Engie en position de force dans les négociations car Engie avait demandé d’être fixé là-dessus en 2020 et on ne prolonge pas des réacteurs nucléaires d’un claquement de doigt. En plus , on veut taxer les surprofits . Bref, on a tout fait pour qu’Engie ne lâche pas du lest facilement . Le manque de prévoyance a aussi avivé le risque de black-out. De nouveau félicitations!

    Conclusion : notre classe politique pléthorique est non seulement très coûteuse mais elle est aussi totalement incapable de prendre une décision rapide et efficace. Comme je dis toujours, si on nous déclarait la guerre, les politiciens seraient toujours en pleine discussion pour savoir s’il faut mobiliser que le pays serait déjà totalement occupé depuis 2 ans!

    Bonne chance aussi pour trouver un parti qui vale mieux qu’un autre aux élections.

    Courage!

    J’aime

    • L’anti américanisme primaire de certains  » (irr) responsables  » politiques omnibulés par l’ Europe de la défense qui n’existe que sur certains papiers ou dans les rêves doux de la France ( Dassault- Airbus – Safran – Thalès )qui voudrait se faire passer pour une Force capable d’intervenir pour protéger les nations EU . On a pu se rendre compte déjà de son oeuvre au Mali , en Centrafrique et elle se fait expulser maintenant du Bénin sans parler de son attentisme envers l’ Ukraine et la considération encore dévolue à POUTINE . Hé bien OUI les USA sont l’ Unique parapluie pr . l’ EU et les pays du Nord ( Norvège , Suède , Finlande) l’ont bien compris d’ ailleurs tout comme les Polonais . Rappelons aussi ici que les Français n’ont pas daignés soumissionner à l’appel d’ offres émis par la Be. pour le remplacement des F16 par des Rafales de Dassault qui imposait ces propres conditions ? Rien que çà !!!
      -Alors que les nostalgiques de l’ Europe de la défense ici en Belgique soient bien conscients que notre force aérienne doit être équipée du meilleur qui soit comme il en a été avec nos F16 et nos bons C130 tous de chez Lockheed Martin qui commence déjà à nous fournir son 1er appareil alors qu’il nous a fallu 20″ vingt » longues années (je dis bien 20 ans ***) pour voir arriver ENFIN notre 1er Airbus A400M à Melsbroek au 15th Wing Air Transport – Belgian Air Force .

      J’aime

      • Malgré l’amitié que je porte à la France, je dois reconnaître que vous avez en partie raison.
        Pas tellement sur l’Afrique mais plutôt sur le volume de production de matériel militaire.
        Pour l’Afrique : je ne me prononcerai pas sur le cas du Bénin que je ne connais pas. En ce qui concerne la république Centrafricaine et le Mali, si mes souvenirs sont bons, les autorités de ces pays ont demandé au Français de s’en aller et ceux-ci se sont exécutés pour respecter la volonté de ces pays souverains. Ceux-ci ont préféré accorder leur confiance aux voyoux du groupe Wagner qui vont s’empresser de piller leurs richesses. Je leur souhaite bonne chance car ils auront beaucoup plus difficile à s’en débarasser.
        Par contre , la France est malheureusement pour elle , très limitée en volume annuel de production de matériel militaire . Il faut compter qu’ils sortent seulement 10 Rafales/an et que ceux-ci sont particulièrement chers. La Grèce en a acquis récemment une vingtaine dont 2/3 d’occasion et on arrivait à un prix unitaire de 130 millions d’euros pour des avions de génération 4,5.
        Il y a pas photos avec le F-35 produit à plus ou moins 120 unités/an, avec un coût de moins de 100 millions de dollars l’unité et totalement furtifs (chasseur de 5ème génération).
        Je profite de l’occasion pour dire quelques mots sur la société Lockheed Martin qui me paraît remarquable à plusieurs points de vue.Elle accumule beaucoup de succès en ce moment.
        Bien-sûr , ils ont produit le F-22 dont la vente est limitée pour des raisons de secret militaire aux U.S.A , mais produisent aussi après le F-16 , le F-35 qui se vend comme des petits pains.
        A côté de cela , leurs missiles antichars Javelins et leurs missiles moyenne portée Himars ont fait leur preuve en Ukraine et sont très demandés.
        Enfin , à signaler leurs recherches classifiées dans le domaine des réacteurs à fission nucléaire
        (Z machine visible sur Google) développée par leur Skunk division.

        Aimé par 1 personne

      • En réalité c’est au Burkina Faso (et non au Bénin*) désormais que la France est conspuée :  »  » « Plusieurs centaines de personnes ont manifesté vendredi contre la présence de la France au Burkina Faso, pays sahélien miné depuis plusieurs années par des violences jihadistes. Le gouvernement burkinabè a appelé la population « au calme et à la retenue » .

        J’aime

  2. « Une certaine presse française spécialiste ne semble toujours pas digérer la « défaite » et s’empresse de relayer la moindre nouvelle négative sur le sujet.  »
    Où ça ?
    Sérieusement, la presse française et les Français en général sont passé à autre chose depuis longtemps et ont assez facilement digérés cette « défaite ». Certes, la presse spécialiste française continue de relater les déboires du F-35, mais exactement comme le fait la presse spécialisée américaine.
    Les déboires de la Belgique avec son achat de F-35, c’est un problème belge, relaté par la presse belge. Le reste du monde s’en fout (et c’est bien normal)

    Aimé par 1 personne

  3. Que de diatribes anti-française ! On pourrait se croire sur le site de la société Wagner qui n’a de cesse de balancer des fake news pour aider des dictateurs africains à se maintenir au pouvoir.
    Pour le contrat du F35, les dés étaient pipés. Dassault s’est retiré de l’appel d’offre, comme Boeing et comme Saab car la Belgique a fait le choix de conserver la possibilité d’emport de la bombe nucléaire B61 et les USA ont refusé qu’elle puisse être installée sur un autre avion que le F35. Donc seul le F35 pouvait répondre à tous les critères.
    « Il ne fera jamais l’unanimité ou consensus surtout en France. La Belgique n’y échappe pas. » Il n’y a pas beaucoup de pays où le F35 fait l’unanimité et consensus. Même les USA le critiquent et réduisent leurs commandes. Maintenant, une fois que ses problèmes techniques seront réglés, ce sera surement un excellent avion. Il y a intérêt pour la défense de l’Europe vu son succès commercial chez nous.
    Si la Grèce a acheté des Rafale d’occasion, ce n’est pas pour une raison de coût mais pour un impératif de délai, son voisin turc devant de plus en plus agressif.
    Pour la furtivité, c’est vrai et c’est faux en même temps. Le F35 a une SER bien meilleure que le Rafale ou d’autres appareils de même génération. En plus, il peut emporter des armements en soute, ce qui ne nuit pas à sa furtivité. Par contre, il a des réacteurs qui génèrent de la chaleur qui est facilement détectable avec les systèmes IRST (ils travaillent dans l’infra rouge) et qui peut être utilisé pour guider des missiles IR. Le F35 peut être visible.

    J’aime

  4. On admet généralement que la détection par infra-rouge des avions n’est possible que s’ils utilisent leur post-combustion. C’est pour cela qu’avoir la supercroisière est un critère important dans les spécifications d’un avion furtif (la supercroisière étant la possibilité de dépasser la vitesse du son (mach 1) s’en faire appel à la post-combustion). Le F-35 pourrait voler plus ou moins 120 miles nautiques (222 km) en supercroisière. Il est moins performant à ce sujet que le F-22 qu’il est impossible d’obtenir hors U.S.A. et qui est hors de prix.
    Cordialement.

    J’aime

  5. Les Belges ont choisi
    A eux d’assumer même si les coûts dérapent
    Par ailleurs l Europe de La Défense est en état de mort cérébrale seul le Président Macron y croit encore mais pas la majorité du peuple
    La brigade franco allemande est un leurre, les uns allant se battre en Afrique les autres faisant de la logistique ou du médical,devinez lesquels
    Les Allemands ,comme beaucoup d’autres, sont au garde à vous devant les Américains et sabotent tous les projets de coopération avec la France tel le char de combat du futur,le remplacement des avions de patrouille maritime, l’avion de combat du futur,la modernisation des hélicoptères etc
    Les Polonais n’en parlons pas et depuis longtemps sauf pour les subventions européennes bien sûr
    Bref tirons en les conclusions et faisons cavalier seul ou alors avec des alliés fiables comme les Espagnols et les Italiens

    La France vient

    J’aime

    • Les Italiens alliés fiables? C’est une blague? Ils ont une BITD positionnée sur des segments directement en concurrence avec la nôtre et y a pas plus atlantiste et à la remorque des US qu’eux. On a échappé de très très peu au sacrifice du chantier naval de saint nazaire à fincantieri. Et ce sont eux qui ont vendu des fremm aux us, et pas naval…

      J’aime

  6. « 130 millions d’euros pour des avions de génération 4,5.
    Il y a pas photos avec le F-35 produit à plus ou moins 120 unités/an, avec un coût de moins de 100 millions de dollars l’unité et totalement furtifs (chasseur de 5ème génération). »

    Très drôle. C’était pas 72 millions pièce au moment ou on a signé? C’est fou l’inflation, non? On verra ce qu’il en sera, avec les mises à jour et les options, toit ouvrant, freins céramiques, spoiler et subwoofer qui n’arriveront que bien plus tard.

    C’est vrai, on va économiser sur les frais de vol, puisqu’il semble que LM va sortir une app pour iphone permettant aux pilotes de s’entraîner depuis chez eux sur leur portable. Note: le mindef ne prévoit pas de leur fournir de téléphone de fonction, l’achat de l’iphone reste à charge des pilotes.

    J’aime

  7. On tape beaucoup sur le F-35, mais qu’en aurait-il été des Rafales de Dassault ? Candidat maladroit qui digère le moins bien son éviction ? N’aurait-on pas perdu notre dissuasion nucléaire au profit du bon vouloir de Paris qui aurait profité de cet avantage pour pousser ses pions dans notre pays. Le tout avec l’aide du grand parti national inféodé à M. Macron via un grand dirigeant Européen bien connu… dans le domaine de la patate !
    Et donc non, l’alternative ne menait pas très loin. Et puis en tant qu’ancien qui a de la mémoire, il faut aussi se souvenir des méthodes corruptrices du grand industriel français. L’affaire Agusta Dassault avait qui ont couté la tête du secrétaire général de l’OTAN, Willy Claes, du ministre de la défense Léo Delcroix , une condamnation au pénal pour Serge Dassault en personne et surtout la chute de dieu Spitaels en personne !
    Vous allez me dire que c’était une autre époque, pourtant les mêmes bruits de casseroles ressortent en Inde actuellement !
    Et donc tout cela pour dire que le F-35 était le bon choix technique et politique pour moi !
    Et attention au SCAF, la presse française spécialisée annonce déjà que la Belgique souhaiterait monter dans le programme !

    Aimé par 1 personne

    • « Et donc non, l’alternative ne menait pas très loin. Et puis en tant qu’ancien qui a de la mémoire, il faut aussi se souvenir des méthodes corruptrices du grand industriel français. »

      C’est vrai. C’est pas comme si la plus grande affaire de corruption de tout les temps, qui avait fait tomber des gouvernements et vaciller la couronne des pays-bas, n’avait pas été orchestrée par ces maudits français à l’occasion de l’achat des F104. On parlait de qui, déjà? Lockheed non?

      Ou des Agusta italiens? Mais on a bien acheté des NH90? Ou des obus qui ont fait tomber Vreven? Eurometaal, filiale d’un groupe US?

      Sérieusement, rien de plus intelligent à nous dire?

      J’aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.