Vigilant Guardian: Le commandant de la Composante Terre veut des actes concrets pour ses militaires non-assurés

Les premiers Chasseurs Ardennais de l’opération Vigilant Guardian en mission à Bruxelles le 17 janvier 2015 (photo Daniel Orban / BE Defense)

Les militaires de l’opération Vigilant Guardian ne sont pas assurés en cas de décès selon une information de la VRT parue ce dimanche. Le général-major Marc Thys, commandant de la Composante Terre, a réagi via un communiqué sur la page Facebook de la Composante.

Invraisemblable mais pourtant vrai, les militaires de l’opération Vigilant Guardian ne sont pas assurés en cas de décès. Depuis 2015, aucune législation n’a été mise en place pour remédier à cette anomalie. Un projet de loi en ce sens n’a pas abouti faute de consensus. « Cette situation inégale devrait être résolue via une proposition de loi, le plus tôt possible après les élections », a indiqué un porte-parole du ministre de la Défense Didier Reynders. « Si, d’ici à ce qu’une solution intervienne, un problème survenait pour l’un de nos militaires, le ministre de la Défense ferait tout pour intervenir », a-t-il ajouté. Mais les militaires ont-ils le temps d’attendre alors que la mission continue ?

Le général-major Marc Thys, commandant de la Composante Terre, a demandé au gouvernement de ne pas attendre les élections pour agir dans un long communiqué. « L’annonce que cette lacune ne sera pas corrigée dans la loi avant la formation du prochain gouvernement a un goût cruellement amer pour les militaires qui continuent néanmoins à assumer leur mission. Il en va ici d’une question autant fondamentale que de principe », regrette-t-il. « Quatre ans plus tard, nous ne pouvons, en tant que militaires, que déclarer que la limite de l’inacceptable a été franchie. Cela vient en plus du constat que nous continuons à être engagés sur des sites où le niveau de menace est inférieur à 3. Quelle sécurité juridique pour nos militaires sur ces sites ? Car qu’on tourne le problème dans un sens ou dans l’autre, la sécurité juridique est un droit, également pour nos militaires. En tant que commandant des 9.000 hommes et femmes de la Composante Terre belge, je ne demande pas un report mais des actes », conclut-il fermement.

Comme le rappelle le général-major Marc Thys, les militaires de l’opération Vigilant Guardian ont déjà été confrontés par trois fois à des situations dangereuses comme celle des attentats du 22 mars, heureusement sans morts côté militaire. La situation presse alors que l’opération se dirige vers une fin programmée en 2020. Elle montre une fois de plus l’impréparation des politiques qui ont lancé une opération, au départ temporaire, dans la précipitation sans vision d’avenir. Sur le terrain, ce sont les militaires qui en feront les frais. La coupe est pleine face à cette situation qu’on peut qualifier de honteuse tout simplement.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.