Le Luxembourg prévoit le déploiement de militaires au sein de la Minusma jusqu’en 2022

La mission de l’armée luxembourgeoise au sein de la Minusma est prévue pour deux ans

La mission de l’armée luxembourgeoise au sein de la Minusma devrait durer deux ans.

L’armée luxembourgeoise au Mali de 2020 à 2022

Fin novembre, le Conseil de gouvernement luxembourgeois avait annoncé que l’armée luxembourgeoise participerait à nouveau à la Minusma, la mission de l’ONU au Mali. Les contours de cette mission n’avaient pas été précisés. Le règlement grand-ducal, relatif à cette mission, a été mis en ligne hier sur le site de la Chambre des Députés. Selon ce document, le gouvernement luxembourgeois prévoit une participation d’une durée de deux ans à partir de février 2020 jusqu’en mars 2022. Cette décision pourrait changer. « Une évaluation sera menée le moment venu pour voir s’il est opportun de prolonger la participation à la Mission. La période mentionnée dépasse légèrement les 2 années pour permettre une flexibilité au niveau des dates de déploiement et de redéploiement le cas échéant, la coordination détaillée avec les Nations Unies étant encore en cours », précise le règlement grand-ducal. La contribution luxembourgeoise sera dans le domaine des communications.

Une contribution en capacités de transmission satellitaires GOVSAT

La contribution maximale sera de dix militaires mais dans les faits tournera plutôt à trois-quatre hommes. L’armée luxembourgeoise mettra à disposition de la Minusma des capacités de transmission satellitaires GOVSAT permettant de relier les secteurs régionaux au quartier général. Le satellite GOVSAT a d’ailleurs été utilisé en premier par la marine belge en avril 2018 lors du déploiement du navire Godetia en Guinée. Deux militaires luxembourgeois, représentant une équipe mobile de communication satellitaire et un officier affecté à l’Etat-major de la Force militaire à Bamako seront déployés. Pendant la phase initiale, un Contact Team (CT) de 2 personnes sera déployé en surplus des deux militaires pour une durée de 2-4 semaines avec pour mission l’installation initiale des terminaux satellitaires.

Installation de cinq stations au Mali

Plus précisément, l’armée luxembourgeoise sera chargée d’installer et de garder opérationnel les équipements satellitaires utilisés pour un besoin de commandement et contrôle (C2) pour relier les 5 sites et permettre à la mission onusienne l’utilisation d’un MINUSMA Mission Secure Network (MMSN). Le hub central sera basé à Bamako tandis que les quatre autres stations secondaires seront installées à Tombouctou, Gao, Kidal et Mopti. Les militaires luxembourgeois auront pour mission de former les équipes onusiennes en charge de ces stations secondaires et d’intervenir si besoin. La fonction de l’officier d’état-major reste à définir. Selon les besoins et les opportunités, la mission des militaires luxembourgeois pourrait évoluer et il n’est pas exclu qu’ils participent au soutien logistique, administratif ou médical en appui au détachement allemand ou belge, si nécessaire.

Le détachement luxembourgeois sera intégré au contingent allemand et bénéficiera aussi potentiellement du soutien logistique des militaires belges sur place. Le coût de ce déploiement de deux ans avec l’acquisition d’équipements et la fourniture de capacité de communications est estimé à 5 millions d’euros.

2 commentaires

Laisser un commentaire