Le blindé belge Dingo a montré une deuxième fois son efficacité face à l’explosion d’un IED

Le Dingo a montré une deuxième fois qu’il était bien protégé contre les attaques IED (crédit-photo Vincent Bordignon/BE Défense)

Touché une deuxième fois en un mois par l’explosion d’un engin explosif improvisé (IED), le blindé belge Dingo a montré son efficacité. 

La Défense a fait un point de situation vendredi dernier après la deuxième attaque dont a été victime un Dingo belge, qui a fait trois blessés dont un plus grave qui a nécessité son rapatriement du Mali. Les militaires belges revenaient d’une mission de reconnaissance et se déplaçaient en colonne de sept véhicules afin de rejoindre le camp de Gao lorsque le deuxième a roulé sur l’IED, a expliqué la Défense. Le véhicule a été détruit mais la cellule où se trouvaient les militaires est intacte. Le 1er janvier, le Dingo a été touché à l’avant. Cette fois-ci, il l’a été à l’arrière ce qui a fait ironiser le président du syndicat SLFP-Défense Boris Morenville en commission de la Défense la semaine dernière lors de son audition.« Avec les deux véhicules on pourrait en faire un puisque la semaine passée, il a été touché à l’arrière », illustrant l’ingéniosité de l’armée belge ces dernières années faisant les moyens du bord avec les restrictions budgétaires.

L’armée belge a rappelé une nouvelle fois l’efficacité du véhicule Dingo, qui a sauvé pour la deuxième fois les militaires belges. « Nous voulons récupérer les épaves afin de les inspecter pour améliorer notre équipement mais aussi nos techniques et tactiques », a indiqué le capitaine de vaisseau Carl Gillis, responsable de la division Opérations de la Défense. Le type d’engin utilisé et la nature de l’explosif n’ont pas encore été déterminés. Comme pour la première attaque, le parquet fédéral a ouvert une enquête pour terrorisme.

Après avoir bénéficié d’un soutien psychologique, les militaires ont décidé de rester au Mali et de reprendre leurs patrouilles à partir de cette semaine.

5 commentaires

  1. L’EUTM Mali et la MINUSMA n’ont pas les résultats escomptés, mais sont des missions relativement dangereuses.
    https://www.lemonde.fr/afrique/article/2019/05/17/au-nord-du-mali-l-operation-barkhane-face-aux-mines-artisanales_5463181_3212.html

    En France, le discours sur la protection des soldats dans les VBL et les VAB est bien loin du discours belge.
    http://www.opex360.com/2020/02/26/en-vue-du-remplacement-des-vbl-de-larmee-de-terre-arquus-veut-commercialiser-son-blinde-scarabee-en-2020/

    Pourtant la doctrine du « zéro mort » continue de stériliser la pensée stratégique occidentale.
    https://comptoir.org/2017/05/24/gerard-chaliand-pour-les-pays-occidentaux-les-attentats-cest-du-spectacle/

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.