L’Hôpital Militaire Reine Astrid accueille les rapatriés belges de Chine mis en quarantaine

L’Hôpital Militaire Reine Astrid accueille les rapatriés belges de Chine (crédit-photo Vincent Bordignon/BE Défense)

L’Hôpital Militaire Reine Astrid accueille les rapatriés belges de Chine mis en quarantaine.

Dimanche soir, un avion ramenant 250 étrangers de 30 nationalités différentes depuis Wuhan, épicentre de l’épidémie du coronavirus, a atterri à l’aéroport militaire de Melsbroek. Parmi ces étrangers, se trouvaient neuf Belges qui ont été ensuite transportés dans un bus de l’armée escorté de la police à l’Hôpital Militaire Reine Astrid de Neder-over-Heembeek. La Défense avait été avertie le 29 janvier au soir par le ministère de la Santé qu’elle devrait prendre en charge les rapatriés belges et la planification a été organisée dans un délai très court.

Les rapatriés belges seront mis en quarantaine dans l’hôpital militaire au sein d’un service mis en place à cet effet durant une quinzaine de jours. Les patients ont accès à une bibliothèque, une salle commune avec télévision, une terrasse extérieure et peuvent également utiliser l’internet et les appareils de fitness. « Au cours de cette soirée du 2 février, l’objectif principal était de mettre les gens à l’aise, après un long voyage depuis la Chine. Une chambre leur a été attribuée puis un repas leur a été servi. Un infectiologue les a ensuite examinés pour la première fois », explique la Défense sur son site officiel. Les échantillons ont été envoyés au laboratoire de référence de l’Université catholique de Louvain, le seul en Belgique qui peut dépister le coronavirus.

« Encore un exemple de l’utilité de notre hôpital militaire et de maintenir des capacités médicales spécifiques. Comme lors des attentats du 22 mars 2016, nos militaires se tiennent toujours prêts à faire face à des crises sur le territoire national et à l’étranger. Comme d’habitude ce sont également eux qui prennent les risques pour protéger la nation », a réagi le syndicat SLPF-Défense ce lundi. L’Hôpital Militaire Reine Astrid a été souvent l’objet de discussions sur son avenir ces dernières années. Un audit en 2016 a confirmé son maintien avec la nécessité de s’associer avec des partenaires civils, ce qui se faisait déjà, et de conserver une structure médicale militaire avec ces spécificités.

Aux Pays-Bas, c’est également la Défense qui a pris en charge les 15 rapatriés néerlandais, qui sont également passés par l’aéroport militaire de Melsbroek avant d’arriver à l’aéroport militaire néerlandais d’Eindhoven. Ces derniers seront mis en quarantaine sur le site de la Défense d’Huis ter Heide au camp New Amsterdam où est casernée entre autre une brigade spéciale de la Maréchaussée (BSB).

Laisser un commentaire