Les Pays-Bas enverront un C-130 au Mali et une Force Protection en Irak en 2021

Ces dernières années, le C-130 de la Luchtmacht a été utilisé en Afghanistan, en Irak et au Mali (crédit-photo NL Defensie)

Les Pays-Bas enverront un C-130 au Mali et une Force Protection en Irak en 2021.

Le gouvernement néerlandais a approuvé le lancement la semaine dernière de deux nouvelles missions pour l’année 2021. Alors que la Défense néerlandaise avait retiré une grande partie de ces troupes de la MINUSMA en 2019 (ndlr: 4 officiers d’état-major sont déployés actuellement à Bamako et 2 autres militaires à Gao au sein du détachement allemand), elle fera son retour en 2021 avec l’envoi d’un C-130 et d’un détachement de 70 à 130 hommes qui sera fourni par le 336ème escadron d’Eindhoven. Ce détachement comprendra également une équipe médicale de rôle 1, une unité Force Protection et une équipe de la Maréchaussée. Le C-130 néerlandais opérera depuis la base de Bamako pour des missions de transport aérien de fret et personnes, des évacuations médicales ainsi que des vols de reconnaissance et des missions tactiques. Il pourrait être assigné à d’autres missions comme l’EUTM Mali mais c’est encore en cours de négociations avec l’ONU. La mission débutera mi-novembre 2021 et durera six mois mais pourrait être prolongée comme cela avait été le cas pour la Belgique qui avait envoyé un C-130 au Mali entre mai 2018 et mai 2019.  Elle entre dans une rotation mis en place par la Norvège.

Comme le Mali avait été la dernière mission opérationnelle pour le C-130 belge, ce sera sans doute également le cas pour le C-130 néerlandais. Le gouvernement néerlandais a accéléré en octobre dernier son remplacement car la flotte est en fin de vie. Une modernisation aurait été trop coûteuse. Les 4 C-130 de la Luchtmacht sont de plus en plus difficiles à entretenir d’autant que deux avaient été achetés d’occasion en 2005. La livraison des nouveaux premiers appareils, dont le nom n’est pas encore connu, est prévue pour 2026. Son successeur devra effectuer au moins 2.400 heures de vol par an et transporter un minimum de 60 parachutistes.

En Irak, la Défense néerlandaise a pratiquement retiré aussi la majorité de son personnel depuis avril en raison de la pandémie de la Covid-19. La coalition internationale a définitivement mis à fin à la mission de formation de l’armée irakienne et les militaires néerlandais ne sont pas retournés en Irak. Il reste juste une dizaine d’officiers d’état-major comme équipe consultative pour le ministère de la Défense irakien. A la demande de la coalition internationale contre Daesh, les Pays-Bas vont toutefois déployer une Force Protection de 100 à 150 hommes pour sécuriser l’aéroport d’Erbil en coopération avec les Etats-Unis qui fourniront deux autres équipes. Il s’agit avant tout de protéger les unités et le matériel de la coalition, le reste de l’aéroport étant gardé par les forces kurdes. Le déploiement doit débuter au plus tôt à partir de mi-décembre de cette année et se poursuivra au moins jusqu’à mai 2021. Dans sa lettre à la Chambre, le gouvernement néerlandais indique également que dans le cadre d’un programme d’échange avec les Etats-Unis, un pilote de F-16 néerlandais est déployé au sein de l’opération Inherent Resolve et est intégré dans une unité américaine.

Les deux plus grosses missions de la Défense néerlandaise sont actuellement l’Afghanistan avec 100 hommes et la Lituanie avec 230 hommes.

2 commentaires

  1. Tous les pays alliés des américains ont profité du prétexte COVID-19 pour diminuer la voilure après l’exécution de Soleimani:
    https://defencebelgium.com/2020/03/26/larmee-neerlandaise-retire-environ-80-militaires-dafghanistan-et-dirak/

    De même, l’initiative Takuba n’a pas soulevé un grand enthousiasme:
    https://defencebelgium.com/2020/03/27/les-pays-bas-soutiennent-timidement-la-force-europeenne-de-forces-speciales-takuba-au-mali/

Laisser un commentaire