Six ans après, la Défense belge met fin à l’opération Vigilant Guardian

L’opération Vigilant Guardian se termine après six ans (crédit-photo BE Défense)

Six ans après, la Défense belge met fin à l’opération Vigilant Guardian.

Après plusieurs reports, l’opération Vigilant Guardian se termine définitivement. A partir d’aujourd’hui, plus aucun militaire belge ne patrouille dans les rues.

Lancée le 17 janvier 2015, l’opération Vigilant Guardian a connu plusieurs évolutions. Au départ, elle ne mobilisait que 150 militaires. Le pic a été atteint en 2016 après les attentats du 22 mars quand jusqu’à 1.800 militaires patrouillaient dans les rues. La décrue s’est amorcée en 2018, le chiffre se stabilisant autour de 550. En novembre 2020, le gouvernement a officiellement annoncé la fin de l’opération Vigilant Guardian en réduisant les effectifs à 300. Le 1er septembre 2021 était la date choisie pour la fin totale de l’opération. Le dispositif a changé durant ces six années. Au départ, les militaires effectuaient leur mission en posture statique avant d’évoluer vers des patrouilles dynamiques à l’été 2017.

D’abord temporaire, le déploiement des militaires dans les rues belges a perduré dans le temps pour devenir une opération à part entière à partir de 2017. Il était prolongé chaque mois par le Conseil des Ministres et était décidé en fonction du niveau de menace fourni par l’Ocam (Organe de coordination pour l’analyse de la menace).

Depuis le 5 mars 2016, les militaires belges apportaient également leur aide pour sécuriser les centrales nucléaires dans le cadre de l’opération Spring Guardian, qui a mobilisé jusqu’à 140 militaires.

Pour remplacer les militaires, le gouvernement Charles Michel a lancé en 2018 la Direction de la sécurisation (DAB), un nouveau corps au sein de la Police Fédérale. Sa lente mise en place et ses difficultés de recrutement ne lui ont pas permis de reprendre de suite toutes les missions de l’armée. A partir d’octobre 2018, la DAB a repris la surveillance d’une quarantaine de sites, des centrales nucléaires, et a commencé à se déployer à l’aéroport de Bruxelles. Depuis le début de l’année, la DAB a continué de se déployer progressivement: gares et métros de Bruxelles plus l’aéroport de Zaventem en avril puis les ambassades en juin. Les derniers sites le seront à partir d’aujourd’hui.

Les effectifs de l’opération Vigilant Guardian ont d’abord été fournis uniquement par les unités de combat de la Composante Terre. Les effectifs mobilisés étant de plus en plus nombreux, le vivier s’est ensuite élargi aux unités de soutien (logistique, CIS), aux réservistes de la nouvelle réserve opérationnelle et à des unités de la Composante Air et de la Composante Médicale.

L’opération Vigilant Guardian était financée par un fonds interdépartemental destiné à la lutte contre le terrorisme au niveau fédéral de 200 millions d’euros. Elle aura coûté plus de 216 millions d’euros.

Laisser un commentaire