La Belgique et la France signent le contrat CaMo 2 pour l’acquisition de canons Caesar

Après la signature du contrat CaMo en 2018, la Belgique et la France en ont signé un deuxième dans le domaine de l’artillerie (crédit-photo DGMR)

La Belgique et la France signent le contrat CaMo 2 pour l’acquisition de canons Caesar.

En novembre 2021, le gouvernement belge a marqué son accord pour le lancement d’un marché public pour l’acquisition d’une artillerie mobile de précision à longue portée. A l’époque, la Défense belge nous avait indiqué que la formule choisie serait celle identique à celle du contrat CaMo avec un accord de gouvernement à gouvernement. Le choix s’est porté sur le système français Caesar NG. L’intérêt de la Composante Terre pour ce système datait de janvier 2021. Le contrat devait être attribué sur la base du « devis » fourni par la DGA française qui se chargerait ensuite de passer le contrat auprès de Nexter.

Le contrat a été officiellement signé hier à distance entre la ministre Ludivine Dedonder et la ministre Florence Parly pour l’acquisition de neuf systèmes infovalorisés d’artillerie français à longue portée Caesar de nouvelle génération (NG). « Cela comprend également le matériel pour les systèmes de Communication et d’Information (CIS), le matériel et logiciel nécessaires pour intégrer les pièces d’artillerie dans le réseau infovalorisé, l’outillage, la documentation et le matériel d’accompagnement, tel que celui de programmation des munitions, le matériel et le logiciel indépendants supplémentaires pour contrôler indépendamment les éléments de tir, etc. », détaille le communiqué du ministère de la Défense. Comme pour son grand frère CaMo 1, CaMo 2 a un volet de formation commune et d’entraînement intégré.

De leur côté, les mortiers de 120 mm ne rejoindront finalement pas les bataillons de manoeuvre de la Brigade Motorisée comme le prévoyait la Vision stratégique et resteront au bataillon d’Artillerie. Ils seront remplacés par des Griffon MEPAC. « Ces systèmes Caesar NG infovalorisés permettent de compléter la chaîne d’artillerie belge dont les premiers constituants (Griffon Véhicules d’Observation d’Artillerie et Griffon Engins Poste de Commandement) ont été commandés au titre de la 1ère capacité CaMo », selon le communiqué du ministère. Ces pièces d’artillerie sol-sol de 155mm apportent une capacité d’artillerie lourde de précision à longue portée avec une haute mobilité tactique et stratégique, est-il expliqué.

Le contrat d’acquisition sera notifié dans les prochaines semaines par la DGA française à Nexter. Le montant du contrat est de 62 millions d’euros avec une livraison planifiée pour 2027. CaMo 2 sera piloté par le bureau de programme commun CaMo mis en place en 2019 par la DGMR et la DGA. 

 

7 commentaires

  1. Bonjour chers amis de l’armée belge,

    Juste quelques mots pour vous dire que le système d’artillerie Caesar à longue portée est excellent mais le nombre de 9 exemplaires achetés est ridicule et confirme la non crédibilité de l’armée belge au sein de l’OTAN, armée belge, victime de la politique de non investissement du gouvernement. A se rappeler que le Danemark, pays de 6 millions d’habitants en a commandé 15 dans sa version 8X8. L’idéal est de l’utiliser avec les obus américains téléguidés Excalibur pour augmenter sa portée de 40 à 50 km ainsi que sa précision. Ces obus sont d’ailleurs présents dans l’armée néerlandaise mais il ne faut pas trop en demander à notre lasagne institutionelle belge plus préoccupée par l’entretien de 50000 fonctionnaires provinciaux (2X l’effectif de l’armée) et les 900 cabinetards du gouvernement Vivaldi.
    P.S. Le Danemark a la 40 ème puissance de feu mondiale , la Belgique la 68ème …

    J’aime

  2. Bonjour,

    Le Danemark dispose en fait de 19 systèmes, suite à un achat supplémentaire au 15 premiers. Sûrement pour compléter un bataillon de 3 batteries de 6 , plus un exemplaire pour formation. Un autre exemple édifiant est un autre Pays européen de moins de 7 millions d’habitants, qui dispose, lui, de 348 (trois cent quarante huit ) M109 très modernisés localement, avec un tube de PZH 2000 pouvant tirer des obus spéciaux à 70 km, un système automatique de chargement requérant un équipage réduit et une cadence de tir de 8 à 10 coups/minutes…Voilà un Pays sérieux, qui est la Suisse. Tout aussi sérieux que les scandinaves, qui sont eux aussi bien dotés en artillerie et achètent même , à toute vitesse, à la Corée du Sud. Pour en revenir au Caesar NG, il est acquis pour pouvoir mieux s’intégrer avec l’armée de terre française. Un choix également politique et économique , mais soit. La France elle-même ne donne malheureusement pas l’exemple non plus, d’une dotation suffisante, puisqu’elle ambitionne environ 109 canons.(Elle en a actuellement moins de 80 ) Et seulement pour…. le début de la prochaine décennie ! Compte-tenu de l’émergence annoncée d’un nouveau prédateur en Europe, il faut enfin réaliser que l’artillerie est absolument essentielle à la guerre de haute intensité. Selon moi, un Pays de 11 million d’habitant, comme le nôtre, aurait besoin, au strict minimum, de 9 batteries de 6 systèmes de 155 mm (pas nécessairement tous du Caesar) et une réserve de maintenance, formation et attrition . Pour un total qui tournerait autour de 60 systèmes. Et pas besoin de craindre le manque de personnel. Pour autant que soit fondamentalement revu le mode de constitution de l’armée. Un seul bataillon serait actif et il formerait des personnels procurés par une nouvelle forme de « réserve formée », déployable en cas de crise. Et c’est possible ! Voyez à quelle vitesse les ukrainiens forment des civils pour les rendre aptes au combat. Avec des gens intelligents et motivés, tout est possible !. Croyez-vous que les suisses entretiennent 348 équipages permanents pour leur artillerie blindée automotrice ? Bien sûr que non. Autre chose, le prix demandé à la Belgique pour du matériel qui , en plus, n’est livrable qu’ en 2026 / 2027. Délais qui est une éternité avec un contexte de guerre à nos portes !!. Et ceci, alors que se trouve pour le moment en production , et pour BEAUCOUP MOINS CHER en terme de coût unitaire (selon des sources ouvertes internationales), des systèmes Caesar placés , eux, sur d’excellentes plate- formes tchèques TATRA 8 x 8, extrêmement mobiles, fortement blindées (niveau 3 du Stanag 4569) et dotées d’une plus grande automatisation que les Caesar français actuels. Et emportant plus de Mun. Fort logiquement, c’est le modèle de production choisi par les Danois (19 engins), les tchèques ( 54 engins) et les marocains (36 engins). Cette version est très bien adaptée à la haute intensité, pèse 32 tonnes (excellente stabilité au tir ) mais en restant reste transportable en A-400 M. Elle pèse le double que la version NG franco- francaise 6 x 6 Renault qui est promise à notre artillerie pour dans 5 ans. En plus, il existe des raisons de penser que les futurs camions siglés DAF de l’armée belge, dont certains seront des 8 x 8 , ne seront pas natifs du plat pays néerlandais, mais en réalité de chez….TATRA. Où DAF possède des parts et a su tirer profit des hautes compétences locales en matière de véhicules tout-terrains. Donc, il y aurait eu ,aussi, un avantage logistique. Que d’étrangetés diverses, n’est-ce pas ! Je suis un simple retraité, qui n’était pas militaire, mais je voudrais proposer aux instances s’occupant d’Europe de la Défense, que les Pays membres se voient recommander de disposer de quantités données de certains matériels majeurs – notamment de l’artillerie mobile de 155 mm- proportionnellement à l’importance numérique de leur POPULATION. Même si une grande partie de ces matériels est placée en réserve, on apprendrait à s’en servir à des réservistes d’un nouveau genre. Bien des pays agissent de cette manière. Et cette approche ferait tomber le mauvais prétexte actuellement évoqué, de ne pas acheter du matériel « parce qu’on manque de personnel d’active pouvant l’utiliser » ! La situation , pour ceux à qui la chose échappe, est vraiment dangereuse. Nous devons monter très vite en puissance pour dissuader qui vous savez. Car seule la puissance permet d’être respectés par de tels barbares. Le Danemark dispose en fait de 19 systèmes, suite à un achat supplémentaire au 15 premiers. Sûrement pour compléter un bataillon de 3 batteries de 6 , plus un exemplaire pour formation. Un autre exemple édifiant est un autre Pays européen de moins de 7 millions d’habitants, qui dispose, lui, de 348 (trois cent quarante huit ) M109 très modernisés localement, avec un tube de PZH 2000 pouvant tirer des obus spéciaux à 70 km, un système automatique de chargement requérant un équipage réduit et une cadence de tir de 8 à 10 coups/minutes…Voilà un Pays sérieux, qui est la Suisse. Tout aussi sérieux que les scandinaves, qui sont aussi bien dotés et achètent même , à toute vitesse, à la Corée du Sud. Pour en revenir au Caesar NG, il est acquis pour pouvoir mieux s’intégrer avec les français. Un choix également politique et économique , mais soit. La France elle-même ne donne pas l’exemple d’une dotation suffisante, puisqu’elle ambitionne environ 109 canons.. Et seulement pour…. le début de la prochaine décennie ! On croit rêver… Compte-tenu de l’émergence annoncée d’un nouveau prédateur en Europe, il faut enfin réaliser que l’artillerie est absolument essentielle à la guerre de haute intensité. Selon moi, un Pays de 11 million d’habitant, comme le nôtre, aurait besoin, au strict minimum, de 9 batterie de 6 systèmes de 155 mm (pas nécessairement tous du Caesar) et une réserve de maintenance, formation et attrition dont le total tournerait autour de 60 systèmes. Et pas besoin de craindre le manque de personnel. Pour autant que soit fondamentalement revu le mode de constitution de l’armée. Un seul bataillon serait actif et il formerait des personnels procurés par une nouvelle forme de « réserve formée », déployable en cas de crise. Et c’est possible ! ,Voyez à quelle vitesse les ukrainiens forment des civils pour les rendre aptes au combat. Avec des gens intelligents et motivés, tout est possible !. Croyez-vous que les suisses entretiennent 348 équipages permanents pour leur artillerie blindée automotrice ? Bien sûr que non. Autre chose, le prix demandé à la Belgique pour du matériel qui , en plus, n’est livrable qu’ en 2026 / 2027. Une éternité avec un contexte de guerre à nos portes !!. Alors que, pour le moment, sont en production, pour BEAUCOUP MOINS CHER en terme de coût unitaire (selon des sources ouvertes internationales), des Caesar placés , eux, sur d’excellentes plate- formes tchèques TATRA 8 x 8, extrêmement mobiles, fortement blindées (niveau 3 du Stanag 4569) et dotées d’une plus grande automatisation que les Caesar français actuels. Et emportant plus de Mun. Fort logiquement, c’est le modèle de production choisi par les Danois (19 engins), les tchèques ( 54 engins) et les marocains (36 engins). Cette version est très bien adaptée à la haute intensité, pèse 32 tonnes (excellente stabilité au tir ) mais en restant reste transportable en A-400 M. Elle pèse le double que la version NG franco- francaise 6 x 6 Renault qui est promise à notre artillerie pour dans 5 ans. En plus, il existe des raisons de penser que les futurs camions siglés DAF de l’armée belge, dont certains seront des 8 x 8 , ne seront pas natifs du plat pays néerlandais, mais en réalité de chez….TATRA. Où DAF possède des parts et a su tirer profit des hautes compétences locales en matière de véhicules tout-terrains. Donc, il y aurait eu ,aussi, un avantage logistique. Que d’étrangetés diverses, n’est-ce pas ! Je suis un simple retraité, qui n’était pas militaire, mais je voudrais proposer à une instance s’occupant d’Europe de la Défense, que les Pays membres se voient recommander de disposer de quantités données de certains matériels majeurs modernes – notamment de l’artillerie mobile de 155 mm- proportionnellement à leur POPULATION. Même si une grande partie de ces matériels est placée en réserve, on apprendrait à s’en servir à des réservistes d’un nouveau genre. Bien des pays agissent de cette manière. Et cette approche ferait tomber le mauvais prétexte actuellement évoqué, de ne pas acheter du matériel « parce qu’on manque de personnel d’active pouvant l’utiliser » ! La situation , pour ceux à qui la chose échappe, est vraiment dangereuse. Nous devons monter très vite en puissance pour dissuader qui vous savez. Car seule la puissance permet d’être respectés par de tels barbares. Le Danemark dispose en fait de 19 systèmes, suite à un achat supplémentaire au 15 premiers. Sûrement pour compléter un bataillon de 3 batteries de 6 , plus un exemplaire pour formation. Un autre exemple édifiant est un autre Pays européen de moins de 7 millions d’habitants, qui dispose, lui, de 348 (trois cent quarante huit ) M109 très modernisés localement, avec un tube de PZH 2000 pouvant tirer des obus spéciaux à 70 km, un système automatique de chargement requérant un équipage réduit et une cadence de tir de 8 à 10 coups/minutes…Voilà un Pays sérieux, qui est la Suisse. Tout aussi sérieux que les scandinaves, qui sont aussi bien dotés et achètent même , à toute vitesse, à la Corée du Sud. Pour en revenir au Caesar NG, il est acquis pour pouvoir mieux s’intégrer avec les français. Un choix également politique et économique , mais soit. La France elle-même ne donne pas l’exemple d’une dotation suffisante, puisqu’elle ambitionne environ 109 canons.. Et seulement pour…. le début de la prochaine décennie ! On croit rêver… Compte-tenu de l’émergence annoncée d’un nouveau prédateur en Europe, il faut enfin réaliser que l’artillerie est absolument essentielle à la guerre de haute intensité. Selon moi, un Pays de 11 million d’habitant, comme le nôtre, aurait besoin, au strict minimum, de 9 batterie de 6 systèmes de 155 mm (pas nécessairement tous du Caesar) et une réserve de maintenance, formation et attrition dont le total tournerait autour de 60 systèmes. Et pas besoin de craindre le manque de personnel. Pour autant que soit fondamentalement revu le mode de constitution de l’armée. Un seul bataillon serait actif et il formerait des personnels procurés par une nouvelle forme de « réserve formée », déployable en cas de crise. Et c’est possible ! ,Voyez à quelle vitesse les ukrainiens forment des civils pour les rendre aptes au combat. Avec des gens intelligents et motivés, tout est possible !. Croyez-vous que les suisses entretiennent 348 équipages permanents pour leur artillerie blindée automotrice ? Bien sûr que non. Autre chose, le prix demandé à la Belgique pour du matériel qui , en plus, n’est livrable qu’ en 2026 / 2027. Une éternité avec un contexte de guerre à nos portes !!. Alors que, pour le moment, sont en production, pour BEAUCOUP MOINS CHER en terme de coût unitaire (selon des sources ouvertes internationales), des Caesar placés , eux, sur d’excellentes plate- formes tchèques TATRA 8 x 8, extrêmement mobiles, fortement blindées (niveau 3 du Stanag 4569) et dotées d’une plus grande automatisation que les Caesar français actuels. Et emportant plus de Mun. Fort logiquement, c’est le modèle de production choisi par les Danois (19 engins), les tchèques ( 54 engins) et les marocains (36 engins). Cette version est très bien adaptée à la haute intensité, pèse 32 tonnes (excellente stabilité au tir ) mais en restant reste transportable en A-400 M. Elle pèse le double que la version NG franco- francaise 6 x 6 Renault qui est promise à notre artillerie pour dans 5 ans. En plus, il existe des raisons de penser que les futurs camions siglés DAF de l’armée belge, dont certains seront des 8 x 8 , ne seront pas natifs du plat pays néerlandais, mais en réalité de chez….TATRA. Où DAF possède des parts et a su tirer profit des hautes compétences locales en matière de véhicules tout-terrains. Donc, il y aurait eu ,aussi, un avantage logistique. Que d’étrangetés diverses, n’est-ce pas ! Je suis un simple retraité, qui n’était pas militaire, mais je voudrais proposer à une instance s’occupant d’Europe de la Défense, que les Pays membres se voient recommander de disposer de quantités données de certains matériels majeurs modernes – notamment de l’artillerie mobile de 155 mm- proportionnellement à leur POPULATION. Même si une grande partie de ces matériels est placée en réserve, on apprendrait à s’en servir à des réservistes d’un nouveau genre. Bien des pays agissent de cette manière. Et cette approche ferait tomber le mauvais prétexte actuellement évoqué, de ne pas acheter du matériel « parce qu’on manque de personnel d’active pouvant l’utiliser » ! La situation , pour ceux à qui la chose échappe, est vraiment dangereuse. Nous devons monter très vite en puissance pour dissuader qui vous savez. Car seule la puissance permet d’être respectés par de tels barbares.

    J’aime

Répondre à Dikkenek Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.