Un premier aperçu des opérations de l’armée belge en 2019

Des militaires du bataillon ISTAR en patrouille de reconnaissance en Afghanistan en mai 2018 (crédit-photo Daniel Orban/BE Defence)

En novembre, le gouvernement belge devrait présenter le plan des opérations de l’armée belge en 2019. Des premières informations sorties permettent déjà d’avoir une indication sur certaines orientations.

Les Pays Baltes feront toujours partie des missions importantes de l’armée belge. Pascal Heyman, responsable de la cellule diplomatique du ministère de la Défense, l’a confirmé sur son compte Twitter. Cette fois-ci, les militaires belges seront déployés en Estonie. Le nouveau chef de corps des Chasseurs Ardennais, le lieutenant-colonel Damien Lathuy, a indiqué à la presse locale LaMeuse que 130 Chasseurs Ardennais feront partie d’un détachement belge de 250 militaires qui sera déployé au sein d’un battlegroup britannique.  De plus, la Composante Air participera pour la neuvième fois à la mission Baltic Air Policing. Quant à la Composante Marine, elle apportera également sa contribution sans doute dans des missions de déminage.

En 2018, l’armée belge a augmenté sa contribution en Afghanistan. Actuellement, un détachement de 40 hommes du bataillon ISTAR est en mission à l’aéroport de Mazar-E-Sharif depuis le mi-mars. Avant même son déploiement, il était déjà question que la mission soit prolongée et reprise par d’autres bataillons de la brigade Médiane dont les Chasseurs Ardennais. Cette information a été également confirmée par le lieutenant-colonel Damien Lathuy puisqu’un détachement d’une trentaine de snipers et éclaireurs Chasseurs Ardennais effectueront une mission similaire entre mars et juillet 2019 sous commandement allemand.

La semaine dernière, le site d’informations Bruxelles2 révélait que la Belgique ne participerait plus à l’opération Sophia que ce soit en navire ou en officiers d’Etat-Major en 2019. La nouvelle n’est pas une surprise. En 2018, le choix avait déjà été fait de participer à l’opération Sea Guardian plutôt qu’à l’opération Sophia. Les raisons, que nous avaient avancées le ministère de la Défense à l’époque, étaient de l’ordre de l’efficacité mais aussi de l’entraînement opérationnel. Une participation pour 2019 était à l’étude et une décision a donc été prise.

Il restera à savoir ce que la Belgique va faire au Mali. La mission du C-130 devrait être prolongé de six mois à la fin de l’année. On ne voit pas l’armée belge ne pas être déployée au Sahel. L’inconnu est aussi du côté de l’Irak et notamment du côté de l’opération Desert Falcon puisque le gouvernement néerlandais a annoncé dernièrement qu’il ne prolongerait pas le déploiement de ses F-16. Comme en 2016, la Belgique va-t-elle prendre la suite pendant un an ? Pour l’instant, le ministère de la Défense ne souhaite pas communiquer à ce sujet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.