Les deux tiers de la flotte de la Marine belge déployés en opérations

La frégate Léopold Ier est déployé au sein de l’escadre de l’OTAN (crédit-photo US Navy – SNMG1)

Actuellement les deux tiers de la flotte de la Marine belge sont déployés en opérations.

C’est un véritable tour de force réussi par les techniciens de la Composante Marine quand on connaît les difficultés actuelles de la Défense. Huit navires, dont les deux frégates, sont déployés pour des opérations ou des exercices.

La frégate Léopold Ier partie de l’escadre de l’OTAN « SNMG1 », la force de réaction immédiate maritime de l’OTAN, depuis juillet dernier. Le déploiement est prévu pour une durée de cinq mois. Après avoir effectué des exercices devant les côtes américaines, elle se trouve en Espagne  pour participer à l’exercice Dynamic Mariner. La frégate a reçu la semaine dernière la visite du Roi Philippe, du ministre de la Défense Didier Reynders et du général Marc Compernol, chef de la Défense.

La frégate Louise-Marie est partie avec le chasseur de mines Lobelia pour un stage de formation en mer d’Irlande au profit des nouveaux élèves officier de quart (école nautique) et de jeunes techniciens (école technique) du Centre de compétence de la Marine. Sa période de maintenance s’est terminée à la fin du mois de septembre. Un NH-90 est embarqué sur la frégate afin de le mettre en œuvre de façon optimale lors des futures opérations de luttes contre les menaces sous-marines et de surface.

Le navire de commandement et de logistique Godetia a quitté Zeebrugges le 7 octobre pour une campagne de dix semaines dans le Golfe de Guinée. Ses missions principales seront de participer au programme « African Partnership Station » (APS) et de contribuer aux accords bilatéraux avec divers partenaires ouest-africains afin d’améliorer la sécurité maritime dans cette région en formant, appuyant et professionnalisant davantage les marines et les garde-côtes d’Afrique Occidentale. Le Godetia acheminera aussi de l’aide humanitaire dans divers ports ouest-africains tels que Banjul et Cotonou. Il rentrera en Belgique le 15 décembre.

Le chasseur de mines Narcis est déployé au sein de la flotte de déminage de l’OTAN  (SNMCMG1) depuis le mois de septembre. Elle participe aux opérations HOD (Historical Ordnance Disposal – destruction d’engins explosifs historiques, provenant des deux guerres mondiales).

Le Zénobe Gramme, navire-école de la Marine, hissera les voiles début novembre avec des étudiants de l’institut maritime Mercator pour une campagne de deux semaines.

Les patrouilleurs Castor et Pollux sont constamment déployés dans la zone économique exclusive belge où ils réalisent des missions de garde-pêche et des missions de patrouille contre le trafic de drogue et d’êtres humains ou des opérations de sauvetage.

Pour la Marine belge, cette période de déploiement est exceptionnelle. « Cet engagement n’est pas évident. Cela demande beaucoup d’efforts tant à bord qu’à terre (…) Force est de reconnaître que nous ne sommes plus en mesure de le faire sur de longues périodes ou de façon répétée. Cette période est une exception que nous ne répéterons pas souvent au cours des prochaines années », explique la Marine dans un communiqué.

Les trois navires, restés à quai, sont les chasseurs de mines Bellis, Crocus et Primula ainsi que le navire de recherche Belgica.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.