Les commandements militaires de province, acteurs méconnus de la gestion de crise

Un officier de liaison du commandement militaire de la province de Namur est détaché au sein de la cellule logistique auprès du Gouverneur de la province

Les commandements militaires de province, acteurs méconnus de la gestion de crise.

Depuis les premiers jours de la crise du coronavirus, les différentes composantes de la Défense agissent à leur niveau pour venir en aide à la population. Nous avons déjà eu l’occasion de vous parler sur ces pages de plusieurs missions que la Défense accomplit (rapatriement par la Composante Air, soutien médical par la Composante du même nom) mais il nous semble opportun de nous intéresser au rôle joué par les commandements militaires de province.

Le colonel Bruno Smets, commandant militaire, en tant que conseiller auprès du gouverneur Denis Mathen

Au nombre de 11 (un par province auquel s’ajoute un pour la région Bruxelles-Capitale), les commandements militaires de province jouent un rôle déterminant dans deux missions particulières. Premièrement, les commandement provinciaux renforcent le lien armée-nation. Ils coordonnent les différentes formes de  soutien que la Défense peut apporter à différentes associations (mouvement de jeunesse, association patriotique) ou lors de l’organisation événements (culturels, sportifs…). Deuxièmement, et surtout, les commandements militaire de province sont les représentants de la Défense auprès des communes et des provinces en ce qui concerne la gestion de crise, de la planification d’urgence à la gestion proprement dite. La Défense s’intègre en effet à la discipline 4 dans la terminologie de la gestion de crise. La discipline 4, selon l’arrêté royal du 16 février 2006 relatif aux plans d’urgence et d’intervention, regroupe l’appui logistique c’est-à-dire fournir un renfort en personnel ou matériel spécialisé, fournir les moyens de  communication indispensable à la gestion de crise et le ravitaillement aux personnes sinistrées et aux membres des services de secours.

L’équipe en soutien du CHU Mont Godinne pour la confection des tenues de protection pour le personnel soignant

Depuis le déclenchement de la crise sanitaire en Belgique, les commandements militaires provinciaux remplissent leur mission au sein des institutions provinciales en collaboration avec les autres disciplines (services de secours, de police etc…). ils ont particulièrement été impliquée dans la redistribution du matériel médical acquis au niveau fédéral et réparti ensuite dans les communes via le niveau provincial. A Namur, le commandement militaire a son officier des opérations, qui est détaché quotidiennement depuis le 18 mars au sein de la cellule logistique auprès du Gouverneur de la province dans une mission de conseil et liaison. La demande de renfort doit être adressée directement par les bourgmestres au sein du Centre de crise provincial. Au sein de cette équipe pluridisciplinaire, une analyse du besoin exprimé est réalisée afin de déterminer quels sont les moyens (civils ou militaires) les plus appropriés pour y répondre. S’il s’avère que c’est la Défense qui est l’acteur le mieux adapté à la situation, alors le commandant militaire relaie cette demande dans sa chaîne hiérarchique afin de désigner l’unité militaire (qualification nécessaire, expertise requise, disponibilité,…) qui effectuera la mission sous son contrôle. C’est le Fédéral qui active les demandes à la Défense.

Reconnaissance dans les maisons de repos avant le déploiement d’ambulanciers

Concrètement, le commandement militaire de la province de Namur a mené plusieurs actions. Il s’occupe ainsi de coordonner et d’inventorier la gestion du matériel médical spécifique, acheminé par camions militaires de la caserne de Peutie (dépôt central national) vers le hub (plateforme) logistique provincial situé dans la banlieue namuroise, avant redistribution vers les acteurs locaux, dont les communes. Il coordonne l’action du 4ème bataillon logistique qui transporte des kits de confection pour fabriquer des vêtements de protection médicaux depuis le Centre Hospitalier Universitaire (CHU) de Mont-Godinne à des points de distribution des provinces de Namur, Liège, Luxembourg et Brabant wallon avant de les ramener 48H plus tard au CHU. Les chauffeurs militaires sillonnent la province et même au-delà six jours sur sept. Cette mission est planifiée au minimum pour un mois. La dernière action coordonnée est celle du déploiement d’ambulanciers dans les maisons de repos, dont Lustin pour la province de Namur. D’autres sont en cours d’évaluation.

Cette crise remet en lumière cette structure militaire, petite par la taille mais indispensable. Les nombreuses couches institutionnelles ne facilitent pas le processus décisionnel. « Les rapports sont parfois tendus entre les représentants institutionnels locaux et le niveau fédéral. Le Commandant militaire, intermédiaire entre le monde civil et militaire dans la province, est alors un médiateur qui prend les coups sans en redonner car ce n’est pas le temps de la polémique, de la critique non constructive et de la recherche des responsabilités ; c’est le temps de l’action », explique le colonel Bruno Smets, commandant militaire de la province de Namur. Cette crise devrait permettre de tirer des renseignements.

De son côté, le ministre de la Défense, Philippe Goffin a tenu à remercier les commandants militaires de province lors d’une visio-conférence le 14 avril dernier pour leur travail fourni et leur disponibilité de chaque instant.

Article co-écrit avec Pierre Brassart

Laisser un commentaire