Dix pays de l’OTAN, dont la Belgique, lancent une initiative pour le développement d’une capacité d’artillerie antiaérienne

Dix pays de l’OTAN s’unissent pour le développement d’une capacité d’artillerie antiaérienne (crédit-photo OTAN)

Dix pays de l’OTAN, dont la Belgique, lancent une initiative pour le développement d’une capacité d’artillerie antiaérienne.

En marge de la réunion des ministres de la Défense des pays de l’OTAN, dix pays ont signé une lettre d’intention, avec pour objectif la mise en place d’une nouvelle capacité d’artillerie antiaérienne via une solution innovante et efficace. Les pays concernés sont la Belgique, les Pays-Bas, l’Allemagne, l’Espagne, le Royaume-Uni, le Danemark, l’Italie, la Hongrie, la Slovénie et la Lettonie. « Le projet mettra systématiquement en œuvre une approche de type modulaire. Il fournira aux Alliés participants des solutions polyvalentes et modulables, leur permettant ainsi de constituer des ensembles de forces GBAD (Defence Ground-based Air Defence) adaptés à la menace. Ces solutions couvriront l’ensemble du spectre allant des très courtes aux moyennes portées », explique l’OTAN dans un communiqué. « Cette approche modulaire innovante va donner aux forces de défense aérienne basée au sol une souplesse opérationnelle bien plus grande, et va les rendre beaucoup plus modulables et interopérables », a déclaré le secrétaire général délégué M. Mircea Geoană. Les pays signataires pourront avoir accès à l’ensemble du module GBAD en plus de leurs propres capacités nationales.

Mi-octobre, la Composante Terre belge a annoncé qu’elle allait réactiver son artillerie antiaérienne. Cette reconstruction sera progressive avec dans un premier temps un focus sur le maintien et le savoir-faire en interne et ensuite la formation et l’entraînement Mistral avec les partenaires français.

Laisser un commentaire