La Composante Terre pose les prochains jalons du contrat CaMo

Avant l’arrivée des nouveaux véhicules en 2025, la Composante Terre poursuit sa transformation doctrinale (crédit-photo Erwin Ceuppens/BE Défense)

La Composante Terre pose les prochains jalons du contrat CaMo.

En novembre 2018, la Belgique et la France signaient le contrat CaMo (capacité motorisée) qui formalisait la coopération entre la Composante Terre et l’Armée de Terre. En plus de l’achat de 442 blindés (382 Griffon et 60 Jaguar) du programme Scorpion à la France, l’accord comprenait également un volet opérationnel incluant des entraînements, de la formation et le maintien en condition opérationnelle des matériels concernés.

Ces dernières années, les jalons de cette coopération se sont mises peu à peu en place avant la conclusion du contrat. En 2017, l’ancienne Brigade Médiane signait un partenariat avec la 7ème Brigade blindée française. Des jumelages entre unités se sont accentués avec des exercices communs. Septembre 2019 marquait un tournant important puisque la Belgique organisait le premier grand exercice de ce partenariat stratégique sous le nom Celtic Uprise. Ce dernier rassemblait plus de 1.000 militaires belges et français.

Sur son site officiel, la Défense fait l’état des lieux et les perspectives de ce contrat. 2020 aurait dû marquer un nouvel accélérateur mais le covid-19 a freiné certaines opportunités. Les Chasseurs Ardennais, qui s’entraînaient au CENTAC en France, ont dû rentrer prématurément en Belgique avec l’arrivée du confinement durant le mois de mars. En février 2020, un SGTIA belge, composé en majorité du bataillon 1/3 Lanciers, avait pu se former au CENZUB français. « En 2020, la Composante Terre était le premier partenaire de l’Armée de Terre française en termes d’activités bilatérale », note toutefois la Défense. Ce partenariat devrait s’accentuer dans les prochaines années.

Depuis deux ans, la Composante Terre participe à la présentation des capacités de l’armée de Terre française (crédit-photo Composante Terre)

Cet été, le premier ordre de transformation sortira et concrétisera le cadre du projet et sa mise en place. À partir de 2022, des instructeurs belges seront affectés dans des écoles françaises pour donner cours sur la formation de chauffeurs, de mécaniciens, au tir ou encore à l’utilisation du système Scorpion d’information du combat (SICS). En 2023, la France organisera un grand exercice en terrain libre (Field Training Exercise) auquel la Belgique participera. Des unités de la Brigade motorisée participeront à l’exercice d’expérimentation annuel qui permettra de tester la nouvelle doctrine de Scorpion. À partir de 2024, la doctrine française de Scorpion sera adoptée à la suite des formations spécifiques pour les cadres et les soldats.

Les premières livraisons auront lieu en 2025 et s’étaleront jusqu’en 2030. Le premier bataillon de la Brigade Motorisée sera transformé en 2026 et utilisera le Griffon. « Le partenariat vise une interopérabilité infra-brigade, jusqu’au niveau des véhicules et des soldats », explique la Défense. Tous les autres véhicules, qui équiperont dans les années à venir la Composante Terre, seront complètement intégrés dans le programme Scorpion c’est-à-dire qu’ils seront équipés des mêmes systèmes de communication.

Selon le colonel Laurent, officier de projet CaMo, l’objectif est de pouvoir s’engager avec la France en opération grâce une doctrine commune, une organisation semblable et des systèmes d’armes presque identiques d’ici 2026. Cela dépendra aussi d’une volonté politique pour participer à des opérations de haute intensité. Il semblerait que la potentielle participation belge à l’opération française Barkhane ne soit plus à l’ordre du jour du moins pour 2021.

14 commentaires

  1. En France, on insiste sur la différence de confort, mais en 40 ans de différence, c’est un peu normal.
    Ce qui ne l’est pas, c’est de devoir continuer avec des VAB jusqu’à 2030 en opérations extérieures…

    La formation des mécanos s’etale sur 3 ans:
    https://www.ouest-france.fr/politique/defense/pres-de-rennes-pour-les-maintenanciers-militaires-un-nouveau-blinde-est-un-challenge-92bd486c-95f0-11eb-8cec-5ff33461cb1a

    On a des petites approximations avec les journalistes qui parlent d’armes lourdes pour des kalachnikov et de char pour le Jaguar:
    https://www.ouest-france.fr/politique/defense/pres-de-rennes-avec-le-griffon-les-mecanos-militaires-montent-en-gamme-3403d82e-92e2-11eb-b7ad-118f2f0ec24d

    https://www.ouest-france.fr/bretagne/rennes-35000/pres-de-rennes-avec-le-griffon-les-mecanos-militaires-changent-d-ere-63c731a8-9154-11eb-954a-acefbc765f05

    Et de devoir prolonger le vieux matériel faute d’arrivée massive des matériels récents:
    https://www.forcesoperations.com/top-depart-pour-linfovalorisation-des-vbci-et-amx-10-rc/https://www.forcesoperations.com/derriere-le-mco-des-parcs-dentrainement-un-partenariat-inedit-entre-nexter-et-larmee-de-terre/

    Il ne faut pas oublier aussi, la politique de gestion des parcs de véhicules, qui est pointée du doigt par le chef d’état-major de l’armée de terre lui-même, avec un objectif de 40% de la maintenance effectuée par les entreprises privées (contre 15% en 2017):
    https://www.forcesoperations.com/derriere-le-mco-des-parcs-dentrainement-un-partenariat-inedit-entre-nexter-et-larmee-de-terre/

  2. Les premières radios SYNAPS sont arrivées :
    https://forcesoperations.com/synaps-premiere-brique-scorpion-livree-a-la-belgique/

    Dans la perspective d’un éventuel déploiement au Sahel, d’autres matériels ont été rajoutés:
    https://defencebelgium.com/2020/11/23/la-composante-terre-recevra-60-nouveaux-brouilleurs-contre-les-ied/

    Cela évitera de bricoler pour les exercices interalliés:
    https://forcesoperations.com/camo-derriere-lequipement-la-construction-dun-modele-dinteroperabilite/

  3. Il faut comprendre l’état réel des armées en Europe.

    1/ La Bundeswehr, on peut en soulever un coin du voile derrière pour cerner un peu mieux le contexte de toutes ces annonces, car l’Allemagne developpe une intégration des moyens militaires avec les Pays-Bas en particulier, mais aussi plus largement le Benelux,… dans le but de vendre du matériel militaire allemand.

    Quelques infos sur l’état des l’armée outre-Rhin:
    En un mot, selon tous les rapports allemands accessibles, la Bundeswehr elle-même estime qu’elle est actuellement une armée qui n’est apte ni au combat ni à la guerre.

    Le constat est à la fois très grave et lucide (cette lucidité étant à l’honneur des allemands).

    Son plan stratégique de progrès, baptisé Heer 4.0 (il est accessible ici en version finale intégrale pour 1,5€ : http://esut.de/2021/02/fachbeitraege/25235/das-heer-4-0-auf-dem-weg-in-das-jahr-2032/) prévoit la mise sur pied d’UNE brigade mécanisée opérationnelle en 2027 et trois à partir de 2032 (http://esut.de/wp-content/uploads/2019/07/Der-Aufwuchs-des-Heeres-im-F%C3%A4higkeitsprofil-bis-2031.jpg).

    – On découvre au passage des détails via l’audit qui a motivé ce plan 2032 :

    – Aucune des brigades actuelles composant l’armée allemande n’est considérée comme opérationnelle et apte au combat. La qualification OTAN VJTF (Very High Readiness Joint Task Force) censée refléter l’état de préparation au combat sous préavis très court, n’a été obtenue par l’Allemagne en 2019 qu’au prix de cannibaliser des ressources d’autres brigades pour équiper la brigade test afin de passer l’examen. Ressources qui ont été rendues ensuite à leurs unités respectives.

    Le fait que ce procédé ne marchera pas une deuxième fois en 2023 a déjà fuité dans la presse allemande.

    – La seule brigade disposant de certaines capacités appartient à la 10e Panzerdivision et c’est …la brigade franco-allemande. Elle dispose de capacités dans le domaine de la reconnaissance offensive, mais sa construction politique interdit à la Bundeswehr de s’en servir seule.

    – Le taux de disponibilité des chars (Puma) est catastrophique. Le problème est identifié, c’est la motorisation trop légère (couple 2200 Nm au lieu de 3000 Nm minimum pour manoeuvrer).

    Et l’origine de cette motorisation trop légère est aussi identifié : c’est le cahier des charges qui imposait au Puma d’être aérotransportable par A 400 M.

    Résultat = le MCO s’envole et devient incontrôlable.

    Cela explique (en partie) la fébrilité allemande à vouloir à tout prix contrôler les échéances industrielles du futur MGCS, quitte à faire pression politiquement sur le partenaire français.

    – Le taux de disponibilité des Tigre est lui aussi très bas. Le problème identifié est l’extrême lourdeur bureaucratique des processus de maintenance.

    L’industriel Airbus a sa part de responsabilité, mais l’essentiel du problème se trouve au sein de la Bundeswehr. Quel que soit le futur hélico, Apache, Tigre 3 ou autre, le problème perdurera tant que la Bundeswehr ne le prendra pas à bras le corps.

    – Les auditeurs se sont aperçus que les motivations des autres pays à forger des divisions communes avec les allemands (Pays-Bas, Hongrie…) étaient essentiellement de pouvoir accéder à de la formation et de l’entraînement à moindre frais en Allemagne.
    Elles font des divisions communes mais elles gardent le contrôle d’emploi de leurs forces.

    Les différences de compétences sont parfois notables en faveur de ces pays (par ex. les Korps Mariniers néerlandais, équivalents des RIMA les régiments d’infanterie de marine français, sont plus qualifiés opérationnellement que leurs homologues allemands et n’ont pas besoin de progresser vis-à-vis d’eux).

    L’Allemagne tente d’obtenir des contreparties économiques en imposant du matériel allemand à ces pays, mais avec un succès relatif.

    En bref, la Bundeswehr, une armée en devenir, lucide et qui se cherche, pas assez performante pour être un véritable levier politique.

    Cela oblige les politiques allemands à faire pression uniquement via (ou sur) l’industrie de défense, pour bouger leurs fournisseur et leurs partenaires.

    C’est le Bundestag qui a le dernier mot, pas les généraux, car c’est lui qui détient les crédits d’engagement.

    Et il les dépensera avec une seule idée : préserver les emplois en Allemagne.
    A moins que Boeing ne fasse assembler l’Apache entièrement en Allemagne…

    Cela explique (en partie) la fébrilité allemande à vouloir à tout prix contrôler les échéances industrielles du futur MGCS, quitte à faire pression politiquement sur le partenaire français.

    – Le taux de disponibilité des Tigre est lui aussi très bas. Le problème identifié est l’extrême lourdeur bureaucratique des processus de maintenance.

    L’industriel Airbus a sa part de responsabilité, mais l’essentiel du problème se trouve au sein de la Bundeswehr. Quel que soit le futur hélico, Apache, Tigre 3 ou autre, le problème perdurera tant que la Bundeswehr ne le prendra pas à bras le corps.

    – Les auditeurs se sont aperçus que les motivations des autres pays à forger des divisions communes avec les allemands (Pays-Bas, Hongrie…) étaient essentiellement de pouvoir accéder à de la formation et de l’entraînement à moindre frais en Allemagne.
    Elles font des divisions communes mais elles gardent le contrôle d’emploi de leurs forces.

    Les différences de compétences sont parfois notables en faveur de ces pays (par ex. les Korps Mariniers néerlandais, équivalents des RIMA les régiments d’infanterie de marine français, sont plus qualifiés opérationnellement que leurs homologues allemands et n’ont pas besoin de progresser vis-à-vis d’eux).

    L’Allemagne tente d’obtenir des contreparties économiques en imposant du matériel allemand à ces pays, mais avec un succès relatif.

    En bref, la Bundeswehr, une armée en devenir, lucide et qui se cherche, pas assez performante pour être un véritable levier politique.

    Cela oblige les politiques allemands à faire pression uniquement via (ou sur) l’industrie de défense, pour bouger leurs fournisseur et leurs partenaires.

    C’est le Bundestag qui a le dernier mot, pas les généraux, car c’est lui qui détient les crédits d’engagement.

    Et il les dépensera avec une seule idée : préserver les emplois en Allemagne.
    A moins que Boeing ne fasse assembler l’Apache entièrement en Allemagne…

    Et si oncle Sam se propose de participer à l’amélioration de la mobilité militaire en Europe, ce ne sera pas gratuitement…
    http://www.opex360.com/2021/03/03/les-etats-unis-se-disent-prets-a-participer-au-projet-de-lue-visant-a-ameliorer-la-mobilite-militaire-en-europe/

    2/ Concernant l’armée britannique, il y a ce podcast:
    https://www.irsem.fr/le-collimateur/insuffisances-et-suffisances-d-une-grande-armee-le-cas-britannique-06-04-2021.html

    3/ Pour l’armée de terre française, on en parle avec le contrat CAMo pour les matériels, mais il y a aussi ce bel article de Nathan Gain sur Nexter et le MCO en France, qui va être confié pour 40% aux entreprises privées:
    https://www.forcesoperations.com/derriere-le-mco-des-parcs-dentrainement-un-partenariat-inedit-entre-nexter-et-larmee-de-terre/

    Et celui-ci sur le futur du MCO, la maintenance prédictive:
    https://blablachars.blogspot.com/2020/06/operation-verite-par-arquus.html

    On est pas sorti de l’auberge…

  4. Le Royaume-Uni vend ses canons 40 mm CTA, n’ayant pas servis:
    https://blablachars.blogspot.com/2021/04/canons-vendre-au-royaume-uni.html

    Petit récapitulatif ici:
    https://blablachars.blogspot.com/2020/03/un-canon-sans-chaine-mais.html

    https://blablachars.blogspot.com/2020/12/40mm-de-pedagogie-par-nexter.htmlPour les engins blindés, il y a le missile.

    Pour s’occuper de plus blindé, il y a du missile:
    Le Brimstone pour les britanniques:
    https://blablachars.blogspot.com/2021/04/un-nouveau-venu-dans-la-famille-ajax.html

    Le MMP pour les belges, les suédois et les français:
    http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2021/05/11/premier-tir-d-un-missile-mmp-depuis-un-vehicule-jaguar-22129.htmlhttps://www.forcesoperations.com/vers-une-explosion-des-couts-du-mco-terrestre/

    Point particulier, même si c’est une goutte d’eau par rapport au F-35, le coût du MCO de ces véhicules est plus élevé que celui des véhicules actuels:
    https://www.forcesoperations.com/vers-une-explosion-des-couts-du-mco-terrestre/

  5. L’interview du GCA Destremau, ancien chef de corps du RICM, peut nous éclairer sur le pourquoi on a pas abandonné cette doctrine RAM… que les américains ont laissé tomber depuis 2003 en la confrontant avec la réalité en Irak.

    Sa biographie est intéressante: retenu en otage à Ouvéa, chef des soldats français bombardés à Bouaké, débordés à l’hotel Ivoire…

    Il est aussi un de ceux qui a commis SCORPION:
    https://www.irsem.fr/le-collimateur/d-ouvea-au-scorpion-entretien-avec-le-general-destremau-directeur-de-l-ihedn-27-10-2020.html

Laisser un commentaire