Pour ses formations, la Composante Marine pourrait faire appel au civil

Le Zenobe Gramme est le seul voilier-école de la Marine belge (crédit-photo Composante Marine)

Pour ses formations, la Composante Marine pourrait faire appel au civil.

L’afflux de postulants et de recrues au sein de la Défense, et plus particulièrement au sein de la Composante Marine, pose des problèmes au niveau de l’infrastructure pour les accueillir et les former.

Cette problématique est suivie par la député Jasper Pillen, dont la circonscription est la Flandre Occidentale. La ministre Ludivine Dedonder reconnait le problème et en expliquait les raisons en mars dernier dans une réponse écrite. « La Marine ne dispose que du Zenobe Gramme comme voilier-école. C’est pourquoi la formation pratique en mer se poursuit également à bord de navires opérationnels. En raison d’un recrutement accru combiné avec un nombre réduit de navires, la disponibilité des places de formation pratique à bord est temporairement limitée », expliquait-elle. L’arrivée des nouveaux chasseurs de mines à partir de 2024 devrait résoudre le problème.

Durant cette période de transition, la Marine belge cherche des solutions avec des Marines alliées, dont la France et les Pays-Bas. Elle sollicite des places chaque année. En juillet dernier, une vingtaine d’élèves et instructeurs belges ont embarqué à bord de navires de la Marine française. Mais ce n’est pas suffisant car ces Marines ont aussi des problèmes de disponibilités. « En ce moment, la faisabilité de louer un ou plusieurs navires pour la formation en 2022-2025 est à l’étude », indiquait-elle toujours en mars. Cette piste a été confirmée cette semaine en commission par la ministre.

La location d’une plate-forme civile reste toujours à l’étude. Le contrat éventuel entrerait en vigueur à partir de la campagne d’été 2022. Un seul navire sera loué. « Une prospection a déjà été menée en France, en Grande-Bretagne et en Pologne. La Défense a besoin de 12 à 40 places de formation », a-t-elle précisé. Elle n’a pu fournir aucune information sur l’ampleur de l’équipage permanent et sur le coût.

Cette pénurie ne touche pas que la formation des recrues mais aussi la formation d’autres spécialités. C’est le cas de celle de plongeur-démineur qui a été suspendue. Interrogé par le député Kris Verduyckt, la ministre a fourni des explications sur cette suspension. Le stage de clôture en mer est normalement organisé soit sur un navire belge soit sur un navire néerlandais. En raison de moyens insuffisants, il n’a pas pu avoir lieu. Parmi les solutions envisagées, il y a la mobilisation de moyens civils par le biais des contrats existants de la Défense. « Nous remuons ciel et terre afin de disposer d’un navire en 2022 », a assuré la ministre Ludivine Dedonder. En attendant, cette suspension n’est pas un bon signal.

Le voilier-école Zenobe Gramme est en service au sein de la Marine depuis 1962. Son remplacement éventuel est encore à l’étude selon Ludivine Dedonder. Le dossier n’est donc pas d’actualité. Au début de l’année, il a subi un entretien dans un chantier naval d’Ostende. Le Zenobe Gramme a repris ses périodes de formation au mois de mai.

Laisser un commentaire