Les opérations militaires belges remonteront en puissance en 2022

Les opérations de la Défense belge ont été à leur plus bas historique en 2021 (crédit-photo bataillon 2 Commandos)

Les opérations militaires belges remonteront en puissance en 2022.

Après une baisse historique en 2021, retour à la hausse en 2022

Le commandant Kristof Van Belleghem, directeur des opérations militaires au sein du cabinet de la ministre de la Défense Ludivine Dedonder, a présenté le plan des opérations pour 2022. Alors qu’en 2021, les opérations avaient été à leur plus bas, celles-ci devraient remonter en puissance l’année prochaine. Cette baisse était dûe à la fin d’opérations et la transition entre le gouvernement en affaires courantes et celui de plein exercice. La ministre Ludivine Dedonder était arrivée à son poste en octobre 2020 et n’avait pas eu le temps de travailler sur un plan des opérations, qui avait été plus dans la continuité. Il faut cependant souligner que la Défense a été très sollicitée dans l’Aide à la Nation que ce soit avec l’opération Vigilant Guardian, qui s’est terminée en septembre, la pandémie ou bien les inondations. En août, elle s’est mobilisée dans l’urgence pour l’opération Red Kite en Afghanistan. L’amiral Michel Hofman, chef de la Défense, avait parlé à la presse en octobre d’une période de « reconditionnement » face à cette situation et qu’elle allait être utile pour former davantage le personnel, « entretenir le matériel » et « renforcer nos structures ».

Le Mali reste un théâtre d’opérations très important (crédit-photo IPR bataillon ISTAR)

Une nouvelle possibilité de déploiement robuste au sein de Takuba

En 2022, les principaux théâtres d’opérations seront le Sahel et l’Est de l’Europe. Au Sahel, la troisième tentative sera peut-être la bonne avec la possibilité du déploiement d’un sous-groupement tactique interarmes (SGTIA), qui évoluera de 165 vers 255 militaires, au sein de la Task Force Takuba. Ce SGTIA aura pour mission de protéger la base de déploiement de Takuba et des convois logistiques et d’être en appui en deuxième ligne des forces spéciales et de leurs partenaires maliens. Le commandant Kristof Van Belleghem a précisé que l’analyse détaillée de cet engagement opérationnel inédit pour l’armée belge était encore en cours au sein de l’état-major de la Défense. Il faudra encore attendre également un accord politique mais ce déploiement fera plus consensus que pour l’opération Barkhane car dans le cadre d’une coopération européenne. La Task Force Takuba est un groupement de forces spéciales européennes qui forme et accompagne les forces maliennes, lancé à l’initiative de la France et commandé actuellement par un général suédois.

L’A400M pourrait connaître sa première longue opération au sein de la Minusma (crédit-photo Composante Air)

Une première opération pour l’A400M ?

Les autres opérations déjà en cours en Afrique continueront. La Composante Terre n’aura plus que quelques spécialistes déployés au sein de la Minusma. En revanche, l’A400M pourrait connaître son premier déploiement pour une période de trois mois fin 2022 si la capacité opérationnelle le permet. Il s’effectuera dans le cadre du concept de rotation multinationale (MRC) sous la coordination de la Norvège. Actuellement, la rotation est assurée par les Pays-Bas pour six mois. La Composante Air en avait effectué une avec un C-130 entre mai 2018 et mai 2019.

Avec la fin de la mission METT Maradi, l’opération New Nero connaîtra une nouvelle évolution (crédit-photo Vincent Bordignon/BE Défense)

Une nouvelle évolution pour l’opération New Nero au Niger

Après la fin de la mission METT Maradi, l’opération New Nero au Niger est appelée à évoluer. Elle était d’ailleurs au programme de la commission de suivi des missions à l’étranger ce mercredi. Les activités de l’armée belge se déplaceraient de Niamey à Torodi, à la demande de l’armée nigérienne. « On créerait un pôle de sécurité et de développement avec la Coopération belge. L’état-major se fonde sur le principe de la localisation strategy offrant des solutions contextualisées, en utilisant le potentiel local et en cernant les problèmes locaux. Cette stratégie favorise l’approche interdépartementale indispensable dans la région pour générer un environnement sécurisé qui renforcerait la cohésion sociale et les services publics de base », expliquait la ministre en commission le 27 octobre. A voir donc pour les futures orientations.

Comme en 2021, une compagnie de manoeuvre sera déployée dans les Pays Baltes (crédit-photo PAO eFP Lituanie)

Une compagnie de manoeuvre et des F-16 à l’Est de l’Europe

A l’Est de l’Europe, la Belgique déploiera une compagnie de manoeuvre d’environ 140 hommes durant six mois pendant le second semestre de l’année 2021 au sein de l’opération enhanced Forward Presence. Les militaires belges seront intégrés a dans un battlegroup allemand en Lituanie. Quant à la Composante Air, elle effectuera une nouvelle rotation au sein de l’opération Baltic Air Policing avec 4 F-16 et un détachement de 60 hommes entre décembre 2021 et mars 2022 en Estonie. La dernière avait eu lieu entre septembre 2019 et mai 2020 avec une durée exceptionnelle de huit mois, soit deux rotations.

Pour la Marine, trois chasseurs de mines: Lobelia, Primula et Narcis seront déployés au sein des flottes de déminage de l’OTAN: SNMCMG1 et SNMCMG2. L’une de ces missions s’effectuera pour cinq mois en mer Méditerranée. Il est surprenant de remarquer qu’à ce stade, il n’est pas prévu de déployer une frégate dans une opération.

12 commentaires

  1. Ce que je vois c’est surtout que comme d’hab, la Brigade Motorisée est privée de toute possibilité de voir de l’action (non parce d’accord les Russes sont de plus en plus suspects, mais ce n’est jamais que des entraînements eFP). Il y a certes MINUSMA et EUTM-M qui continuent, mais à ce moment-là la seule action qu’il y a c’est éventuellement des IED, et au vu des précédents incidents, c’est relativement « tranquille ».

      • Curieux, puisque Takuba est axé vers les unités et missions spéciales.

        En même temps, comme il semble que la Belgique se limiterait à la sécurisation de quartiers militaires et à l’escorte de convois. A suivre donc.

    • Takuba n’est pas SF only ? Ou du moins le coeur de la TF n’en est pas composé ? J’ai du mal à imaginer comment un détachement d’infanterie pourrait entrer dans une telle structure, vu qu’au contraire des forces spéciales, ils ne sont pas « faits » pour fonctionner en autonomie. Et je doute qu’aller faire le planton pour les SF plaira de dingue aux Lignards, c’est plus une mission pour la Force Prot. Mais oui, à voir. Mais je pense honnêtement que ce sera plus des SF qui seront envoyés, plutôt qu’une unité « régulière », c’est généralement comme ça que ça marche : la haute intensité pour le Special Operations Regiment, et les missions plus « tranquilles » comme les missions de formation, les entraînements à l’étranger, etc, sont pour la Brigade Motorisée (à quelques exceptions près, mais c’est généralement ça)

  2. En ce qui concerne notre Marine et ses (sa ) frégate(s) , vu qu’elle s’est faite exclure d’une mission OTAN pour manque d’entraînement de son équipage on ne la remettra pas en mission de sitôt et je cite : 180 marins ont moins de 35 ans, n’a pas pu être engagé comme prévu dans les exercices de l’Otan étant donné qu’il a été considéré que son équipage était insuffisamment formé, au point de ne pas répondre aux standards requis. Aussi, la frégate Leopold Ier est restée à quai, à Den Helder [Pays-Bas].

    « C’est du jamais vu. Un flop pour notre marine », a déploré un officier belge auprès de l’agence Belga, selon qui la « jeunesse » de l’équipage de la frégate « a coûté la place » de celle-ci aux exercices de l’Otan.( · 4 OCTOBRE 2021)
    TRISTE , désolant mais on savait ! -Alors ne faisons pas les étonnés comme à la fin de l’article ici mentionné en haut dans son dernier &

Laisser un commentaire