Un an après le dossier des pensions, le « plan des quartiers » relance l’inquiétude des militaires

Le « plan des casernes » selon les informations du journaliste Jens Franssen

L’information de la VRT sur le plan d’implantation des quartiers qui prévoit la fermeture de 14 casernes a fait l’effet d’une bombe dans le milieu militaire belge. Il faut dire que le sujet est brûlant depuis déjà deux ans alors que des rumeurs circulent sur les probabilités dans l’attente d’une annonce officielle. Le ministre Steven Vandeput a tenté de calmer ses troupes via la feuille d’information interne et un communiqué mais le malaise ne sera pas pour autant dissipé.

14 casernes potentiellement fermées

Selon les informations du journaliste de la VRT Jens Franssen, 14 casernes vont être fermées pour moitié en Flandre pour une autre moitié en Wallonie. Les casernes concernées seraient la base aérienne de Coxyde – dont les hélicoptères sont appelés à déménager vers l’aéroport d’Ostende -, le quartier Lemahieu à Ypres, la caserne de Gavere (Flandre orientale), qui abrite le centre de contrôle du trafic aérien (ATCC) militaire, la caserne de Tielen (province d’Anvers), qui abrite le 3ème bataillon de parachutistes, et des installations à Ostende, Zutendaal (Limbourg) et Berlaar (province d’Anvers) ainsi que Glons, Nivelles, Liège, Bastogne et Tournai pour la Wallonie.

Aucune caserne fermée avant 2019

Le ministre n’a pas tardé à réagir indiquant qu’aucune caserne ne serait fermée durant cette législature, précisant dans un communiqué: » Ceci n’empêche que, conformément à la Vision stratégique, nous organiserons un certain nombre de choses de manière différente. Ceci peut donner lieu à des mouvements de personnel pour lesquels les personnes concernées seront préalablement informées et ce, bien à l’avance. » Le dossier est également sensible pour les bourgmestres alors que des élections communales se profilent en 2018. Le CD&V, parti de la majorité, est en premier concerné en Flandre. Selon une source gouvernementale citée par la VRT, Steven Vandeput aurait « laissé pourrir le dossier » en ne tenant pas compte plus rapidement des sensibilités politiques.

Le « pourrissement du dossier » 

L’explication du pourrissement du dossier semble la plus plausible car il était bien question au départ d’une prise de décision durant cette législature mais d’année en année, elle a été retardée sans qu’aucune date précise ne soit jamais donnée. Si le flou est entretenu dans le document de la Vision Stratégique sur une date, le sujet de la rationalisation des infrastructures est bien évoqué dans le document qui reprend l’accord de gouvernement: » l’implantation future des unités de la Défense sera fixée en conséquence, en tenant compte également du potentiel des quartiers, des coûts et des équilibres en matière de dispersion régionale, en intégrant l’impact éventuel du recrutement sous-régional, le bien-être des militaires, l’articulation territoriale de l’aide à la Nation et à la lumière également des actuelles ou futures coopérations multinationales », est-il écrit. Le dossier brûlant semble avoir été refilé au prochain gouvernement.

Les syndicats veulent plus de clarté

Les syndicats n’ont pas été ravis par cette annonce. Le syndicat ACMP-CGMP n’accable pas le ministre mais souligne sa « maladresse politique »: « Cela entretient en particulier la confusion et l’insécurité auprès des militaires. L’agitation couve au sein du personnel. Tous les soldats savent que la proposition du cabinet de la Défense se trouve sur la table du gouvernement », explique le syndicat. Tout comme ses collègues, le syndicat SLFP-Défense a appelé à plus de clarté: « Le SLFP Défense considère que le personnel de la Défense mérite un message très clair sur son avenir avec des dates concrètes afin de lui permettre de planifier ses projets. En effet, l’annonce de ce jour ne fait que conforter l’incertitude de ce même personnel depuis de longues années », a-t-il indiqué dans un communiqué.

Il y a un an, le dossier du rallongement des pensions secouait le monde militaire belge qui se préparait à manifester dans la rue le 15 novembre 2017. Aujourd’hui, c’est le dossier du « plan des casernes » qui refait surface. Si le dossier semble reporté de deux ans, l’inquiétude n’est pas pour autant dissipée car une décision devra être précise que ce soit maintenant ou plus tard. Il y a fort à parier qu’il sera évoqué lors de la prochaine commission de la Défense par l’opposition.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s