SOCOM, Special Operations Regiment : La Belgique renforce sa capacité de Forces Spéciales

Démonstration des Forces Spéciales lors de l’inauguration du Special Operations Regiment (crédit-photo Malek Azoug/BE Defence)

Les Forces Spéciales belges ont une place importante et spécifique dans la Vision stratégique du ministre Steven Vandeput. « Il est aussi possible, (…), d’élargir l’éventail des engagements de nos para-commandos dans le cadre du renforcement général de notre capacité SOF, une capacité de plus en plus réclamée par l’OTAN, notamment pour faire face aux menaces hybrides », est-il écrit dans le document. Cette décision implique une transformation de la Brigade Légère, qui est devenue  Régiment des Opérations Spéciales (SO Regt) au début du mois de juillet. Elle était l’une des priorités de la réforme de la Composante Terre pour le ministre Vandeput. Ce changement s’est  accompagné de la mise en place d’un SOCOM national et d’un Composite-Special Operations Component Command (C-SOCC) avec les Pays-Bas et le Danemark,  afin de renforcer également la capacité de command and control pour les opérations spéciales. Explications.

De la Brigade Légère au Régiment des Opérations Spéciales

Transformer les unités para-commandos en Special Operation Forces demande plus qu’un simple changement d’appellation. C’est un changement important demandant de nombreux efforts.  « Ce changement aura de nombreuses implications au niveau de la formation, de l’organisation, de l’équipement et de l’entraînement des bataillons para-commandos. Le but est de les préparer à mener des opérations spéciales, soit en appui du Special Forces Group, soit pour certaines missions en autonomie complète, en fonction des spécificités de chaque situation », nous explique le colonel Tom Bilo, commandant en second du commandement des opérations spéciales (SOCOM) au sein de la Défense belge. A terme, l’ambition de l’armée belge serait de disposer d’une capacité SOF d’environ 1300 hommes. En plus de la Composante Terre, l’Air serait également concernée avec l’acquisition de quatre avions de type STOL (short take off and landing), qui pourront opérer à partir de pistes courtes pour des missions d’insertion, d’extraction et de ravitaillement pour les Forces Spéciales. Différentes unités vont donc s’imbriquer pour former cette nouvelle capacité SOF qui sera chapeautée par le SOCOM.

Logo du nouveau SOCOM

SOCOM, nouvelle structure de mise en condition de la capacité SOF

Pour la Défense belge, il est désormais impératif de disposer d’une structure pour coordonner et faciliter la mise en oeuvre de cette nouvelle capacité SOF. Ceci explique la création du SOCOM au sein du Département des opérations conjointes en 2017. « Le SOCOM a pour mission d’assurer la cohérence globale en tout ce qui concerne les opérations spéciales. Il a ainsi une responsabilité fonctionnelle vis-à-vis des unités des forces spéciales qui se situent au sein des différentes composantes », précise le colonel Tom Bilo. Au-delà de sa fonction de soutien à la mise en condition, le SOCOM a  des responsabilités au niveau stratégique et opérationnel en participant activement à la planification des opérations spéciales et en étant le conseiller du chef de la Défense en matière d’opérations spéciales. L’évolution sécuritaire a clairement influencé cette création par les décisionnaires politiques et militaires comme l’explique le colonel Tom Bilo : « Il est clair que le politique a voulu étendre ses capacités pour lutter plus efficacement entre autres contre le terrorisme. Cette recherche d’efficience et d’efficacité passe dès lors par une meilleure interopérabilité avec les autres acteurs de la sécurité, qu’ils soient militaires, policiers ou civils. » De plus, la Belgique a décidé d’apporter une contribution supplémentaire à l’OTAN avec un ancrage international.

Démonstration des Forces Spéciales lors de l’inauguration du Special Operations Regiment (crédit-photo Malek Azoug/BE Defence)

Le C-SOCC, ancrage international de la nouvelle capacité SOF belge

Le 7 juin dernier, la Belgique avec les Pays-Bas et le Danemark créaient un commandement des opérations spéciales au sein de l’OTAN : le C-SOCC qui devrait être pleinement opérationnel en 2021. Depuis longtemps, la Belgique a une tradition de coopération avec les Pays-Bas. La coopération s’est étendue au Danemark car ce projet nécessitait d’y intégrer un troisième partenaire. Le colonel Tom Bilo n’a pas d’inquiétude particulière avec cette nouvelle coopération : « Après deux ans de travail en tripartite, nous sommes confiants que cette coopération mènera réellement à un rapport gagnant-gagnant et permettra d’atteindre nos objectifs conjoints », souligne-t-il. Ce C-SOCC répond à un besoin spécifique demandé par l’OTAN pour ses opérations auquel a répondu la Belgique qui l’a inscrit dans son renforcement de sa capacité de forces spéciales. « Cet effort de mettre sur pied ce type de structure de commandement est d’ailleurs très apprécié par l’OTAN qui nous remercie pour ce rôle de précurseurs, persuadé que cela ouvrira la voie à d’autres initiatives du même type au sein de l’organisation », se félicite le colonel Tom Bilo. Son rôle serait ponctuel et non-permanent. Le C-SOCC pourra notamment temporairement être mis à la disposition des forces de réaction rapide de l’OTAN (NRF – NATO Response Force). Il pourra cependant être engagé également dans des structures et coalitions différentes telle que l’ONU.

Le colonel Vincent Descheemaeker, commandant de la désormais ancienne Brigade Légère depuis novembre 2016, sera le tout premier commandant du nouveau Régiment des Opérations Spéciales. Il devra mener la transformation de ses unités pour rendre le SO Regt pleinement opérationnel le plus rapidement possible. Dans le cadre de la réforme de la Composante Terre, la Brigade Médiane tout comme la Brigade Légère connaîtra aussi des transformations pour devenir une brigade motorisée interarmes courant 2018. « L’enjeu pour les prochaines années : déceler l’organisation capable de soutenir les brigades. Je dois trouver des solutions entre les deux grands commandements que sont le SO Regt et la Brigade Médiane pour que cela fonctionne et se complète de manière opérationnelle. Un beau défi », expliquait le commandant de la Composante Terre le général-major Marc Thys dans le magazine en ligne Belgian Army. Tout un programme dont la création du SO Regt n’était qu’une première étape.

Pour en savoir plus sur le SOCOM

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.