L’armée belge veut recruter 2.035 nouveaux militaires en 2019

Présentation à la presse de la campagne de recrutement 2019 au centre d’entrainement des Commandos à Marche-les-Dames (crédit-photo Malek Azoug/BE Defense)

La Défense va ouvrir l’an prochain un nombre record de postes, 2035 militaires et plus de 50 civils, soit plus de 30% que le recrutement prévu cette année. Le recrutement est depuis longtemps une préoccupation constante pour l’armée belge.

L’armée est ainsi à la recherche de 220 officiers, de 600 sous-officiers et de 1215 soldats et matelots tous sous le statut BDL à durée limitée. Il s’agira de 667 soldats et matelots néerlandophones et de 548 francophones, de 332 sous-officiers néerlandophones et de 248 francophones – ainsi que vingt fonctions pour laquelle aucune préférence n’est donnée au rôle linguistique, ainsi que de 124 officiers néerlandophones et 94 francophones (plus deux indifféremment francophones ou néerlandophones) par le biais de l’Ecole royale militaire (ERM) ou de recrutements spécialisés (pilotes, contrôleurs aériens, médecins, informaticiens…).
Le nombre de 2035 fonctions, supérieur de 30% à celui de postes ouverts en 2018, est plus important que ce qui avait été prévu dans la vision stratégique du ministre Steven Vandeput. Effectivement le document prévoyait en 2016 le recrutement de 1.409 personnes en 2019. On devait atteindre la barre des 2.100 personnes seulement en 2021. Il faut dire que dernièrement la VRT indiquait que le nombre de militaires au sein de la Défense était descendu sous la barre des 25.000 prévus à cause d’un vague de départs à la pension. La Défense doit également faire face à un manque de techniciens avec 1.000 recrues à trouver dans les années à venir surtout avec l’arrivée de nouveaux matériels. En septembre dernier, le ministre Steven Vandeput participait lui-même avec la Composante Air  à une journée de promotion organisée par Unizo pour attirer des jeunes vers des métiers TechCLASS.
Des recrues du bataillon Carabiniers Prince Baudouin-Grenadiers s’entraînent au camp de Bergen en Allemagne avec leurs collègues (photo Brigade Médiane)

L’armée a pris une série de mesures pour diminuer le taux d’attrition des nouvelles recrues dont l’une consiste à accroître le nombre de centres de formation de base au delà de ceux d’Arlon et de Bourg-Léopold (Limbourg). Quatre centres régionaux se sont ajoutés en 2018: Brasschaat (province d’Anvers), Marche-les-Dames, Spa et Marche-en-Famenne. Certaines recrues pourront ainsi recevoir une formation dans l’unité même où elles seront ensuite affectées comme c’est le cas actuellement lors de la période d’exercice de la Brigade Médiane au camp de Bergen en Allemagne qui mobilise environ 900 militaires. Quatorze recrues du bataillon Carabiniers Prince Baudouin-Grenadiers ou bien encore 34 recrues du bataillon 1/3 Lanciers en profitent pour parfaire leur formation au sein de leurs unités.

Les deux Composantes, les plus concernées par ce manque de recrues, sont la Marine et la Terre. Le général-major Marc Thys en faisait le cœur de son message de vœux pour l’année 2018 et l’amiral Wim Robberecht nous confiait récemment que le plus grand défi de la Marine se trouvait dans le domaine du personnel.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.