Le point sur les gros dossiers d’investissements militaires

Le 25 octobre 2018 a marqué une étape importante dans l’accomplissement de la loi de programmation militaire. Le gouvernement a concrétisé le remplacement important de matériel dans le domaine terrestre et de l’air. Le dossier maritime est en cours et pourrait aboutir d’ici la fin de l’année. A l’Avant-Garde fait le point sur les différents dossiers. 

Remplacement des F-16: Pour ce marché, le gouvernement a choisi de passer par un RfGP. Il y avait cinq dossiers de candidature: le Boeing Super Hornet américain, le Rafale français de Dassault, l’Eurofighter Typhoon, le F-35 américain, le Saab Gripen suédois. Deux s’étaient retirés de la course à savoir Boeing et Saab tandis que la France a choisi de faire une proposition hors de l’appel d’offres.  Une équipe de 33 experts du Ministère de la Défense et de l’Economie ont évalué les offres entre février et mai 2018. Il ne faisait plus grand doute que la Belgique choisirait le F-35 américain. Le gouvernement a officialisé son choix lors du Conseil des Ministres du 25 octobre, les Américains ayant accepté de prolonger leur offre jusqu’au 29 octobre. Le coût de l’investissement s’élève à 3,6 milliards d’euros dont le paiement sera étalé sur douze ans. La flotte aérienne passera de 54 appareils à 34. Sur les 600 millions restants du budget initial prévu, 300 devrait aller dans un projet de défense européenne comme l’a indiqué le Premier ministre Charles Michel à la Chambre en séance plénière. Le nom du programme SCAF, le futur avion franco-allemand, a été évoqué mais n’a pas été formellement confirmé. Maintenant que le choix a été fait, un accord entre la Belgique et les Etats-Unis doit être signé par le ministre Steven Vandeput selon ce qui a été indiqué. Cela signifierait que la signature interviendrait avant janvier 2019 et son départ du ministère. L’entrée en service des premiers avions est prévu pour 2023 jusqu’en 2030. A partir de la première livraison, les F-16 seront peu à peu retirés du service avec un retrait définitif prévu pour 2028.

Remplacement des blindés: Le gouvernement belge a décidé de négocier directement avec la France sans passer par un appel d’offres, considérant que c’était le meilleur programme disponible. Le colonel Eric Claessen, responsable du contrat CaMo, a expliqué en commission que la Belgique ne commanderait finalement que 382 véhicules Griffon au lieu de 417 et 60 véhicules Jaguar, l’armée belge s’étant rendue compte durant les négociations que ce nombre serait suffisant pour assurer ses missions. Le programme Scorpion se tient en deux documents: le contrat CaMo en lui-même ou l’accord inter-gouvernemental et le document « protocole de fourniture ». Les blindés seront livrés entre 2025 et 2030. Le contrat initial prévoyait un investissement d’1,1 milliard d’euros mais la somme d’1,6 milliards d’euros a été indiquée en dernier. La coopération sera poussée dans le domaine de la formation, l’entraînement, le soutien logistique et de la doctrine. Une lettre d’intention entre les deux pays a été signée le 29 juin 2017. Maintenant que le Conseil des Ministres a approuvé le contrat, il ne manque plus que la signature finale qui pourrait avoir lieu lors de la visite d’Emmanuel Macron en novembre prochain.

Schéma de l’ensemble des systèmes constituant la future capacité de lutte contre les mines de la Composante Marine (crédit Kurt De Clerq/BE Defence)

Remplacement des chasseurs de mines: La procédure pour les chasseurs de mines est toujours en cours et a été lancée plus tardivement après l’approbation du Conseil des Ministres en janvier dernier. Elle sera similaire à celle des avions de chasse. Une équipe, composée d’experts du ministère de la Défense et de l’Economie, a été formée pour analyser les offres et vient de débuter ses travaux. Quatre candidats se sont déclarés: le groupe suédois Saab, le consortium franco-belge Sea Naval Solutions (STX France-Socarenam-EDR), le groupe néerlandais Damen ainsi que le consortium français Belgium Naval & Robotics (Naval Group-ECA Group). Une décision est attendue d’ici la fin de l’année. Le contrat est de 1 milliard d’euros pour une première mise en service prévue pour 2023. Le dossier des frégates est géré par les Néerlandais et sera également de 1 milliard d’euros.

Acquisition de drones: Le gouvernement belge souhaitait se doter d’une capacité de drones de reconnaissance. Il s’agit d’acquérir deux systèmes pour 180 millions d’euros. Il a été décidé de négocier directement avec un seul pays comme pour CaMo à savoir les Etats-Unis et la firme General Atomics avec son drone MQ-9B SkyGuardian.  La livraison est prévue pour 2022-2024 et la capacité finale de déploiement pour 2025. Pour l’instant, aucun document n’a été signé. La Belgique a également marqué sa volonté d’investir dans le développement de drones européens de type MALE, un projet lancé à l’initiative de la France, de l’Allemagne, de l’Espagne et de l’Italie.

Ces grands achats s’inscrivent dans le cadre de la loi de programmation militaire, votée le 11 mai 2017, et la mise en place de la vision stratégique du ministre Steven Vandeput. Il faut rappeler que cette loi de programmation militaire n’est pas normative. En attendant celle des chasseurs de mines, les plus grandes décisions ont été prises. D’autres dossiers devraient être lancés en 2019 dont celui du remplacement des véhicules Unimog, Iveco, de camions lourds blindés, l’achat de différents types de radios, l’achat de drones tactiques, le block update NH-90 et la participation au centre d’entraînement international.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.