Des équipements d’hiver supplémentaires pour les militaires déployés en Estonie

Des Lanciers lors de l’exercice Iron Wolf en Lituanie en novembre 2018 (crédit-photo Vincent Bordignon/BE Defense)

Les militaires belges déployés en Estonie à partir de janvier recevront des équipements d’hiver supplémentaires.

En janvier 2019, 264 militaires belges seront déployés en Estonie au sein d’un battlegroup britannique dans le cadre de l’opération “enhanced Forward Presence”(eFP). Le gros des troupes sera fourni par les Chasseurs Ardennais avec 121 hommes. Le reste se composera d’hommes de la Composante Médicale, de spécialistes de communication, des artilleurs, des géniaques, de logisticiens ainsi que des policiers militaires. Ce déploiement se fera en pleine période hivernale et se terminera au mois de mai.

Le syndicat ACMP-CGPM a interrogé l’Etat-Major de la Défense ainsi que le ministre pour savoir si des équipements suffisants seraient fournis à tous les militaires sans qu’ils en aient à acheter au civil. Selon la réponse du ministère, les équipements hivernaux seront largement suffisants. En plus des tenues d’hiver basiques déjà présentes dans l’équipement, des équipements supplémentaires seront livrés par la chaîne militaire notamment des vêtements de ski, des sous-vêtements d’hiver ou encore un chauffage portable. Une procédure d’achat urgente et ponctuelle est actuellement en cours et tous les équipements seront livrés à temps pour le début de la mission. Selon la Défense, les militaires ne seront pas obligés de se fournir au civil.

Cette interrogation du syndicat n’est pas sans rappeler la situation qu’avaient connu les militaires néerlandais en novembre dernier lors de l’exercice Trident Juncture en Norvège. Le journal néerlandais De Telegraaf avait relaté que 1.000 militaires n’avaient pas reçu de vêtements chauds et que la Défense leur avait donné de l’argent pour s’en acheter eux-mêmes. La Défense néerlandaise avait démenti par la suite cette information en indiquant avoir accéléré l’achat et la livraison d’équipements supplémentaires en outrepassant peut-être certaines règles relatives aux procédures de marché public.

Quant à ce déploiement, le syndicat s’est également interrogé sur une autre mesure qui aurait été prise à savoir avec l’interdiction d’utiliser leurs téléphones portables personnels que ce soit avec leur carte SIM belge ou avec une carte SIM locale pour des raisons de sécurité. Les moyens de télécommunication seraient fournis par l’armée elle-même. Le syndicat s’interroge sur l’opportunité d’une telle mesure pour une opération dissuasive et médiatisée alors qu’elle n’a pas été prise pour d’autre détachement. C’est pourquoi il a demandé plus d’informations au ministre Sander Loones mais comme celui-ci vient juste de partir difficile de dire s’il aura une réponse.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.